Khenin réévalue le boycott du Hezbollah par les Etats du Golfe
Rechercher

Khenin réévalue le boycott du Hezbollah par les Etats du Golfe

Le député juif du parti arabe dit que son parti ne soutient pas le groupe terroriste libanais, mais a plutôt essayé de démontrer l'hypocrisie des pays arabes concernant l'EI

Dov Khenin (Crédit : Facebook)
Dov Khenin (Crédit : Facebook)

Le député Dov Khenin, le seul représentant juif de de la Liste arabe unie à la Knesset, a cherché vendredi à expliquer le raisonnement derrière la décision des membres de son parti prise plus tôt cette semaine de condamner les pays du Golfe pour avoir classé le groupe chiite libanais du Hezbollah au rang d’organisation terroriste. Le communiqué publié par le parti, a-t-il dit, n’était « pas bien écrit. »

Le Hezbollah est ouvertement engagé à la destruction d’Israël, et dispose d’environ 100 000 roquettes et missiles capables d’atteindre l’Etat juif.

Le mois dernier, le leader du groupe, Hassan Nasrallah. a menacé de bombarder les réserves d’ammoniac de Haïfa, se vantant qu’un tir de missile sur l’installation aurait un impact similaire à une attaque nucléaire.

Dans une interview accordée vendredi soir à la Deuxième chaîne, Khenin a souligné qu’il considérait tout ciblage délibéré des civils comme un acte de terrorisme, et a indiqué que la Liste arabe unie ne soutient pas le groupe chiite, sous quelque forme que ce soit, affirmant que de telles accusations contre lui étaient de la mauvaise foi.

« J’ai eu une semaine très difficile », a déclaré Khenin, qui préside Hadash, l’une des quatre factions qui se sont unies avant les élections de l’année dernière pour former le 3e parti siégeant à la Knesset.

« Je fais partie d’un mouvement judéo-arabe, socialiste et pacifique, et tout à coup nous sommes étiquetés en tant que partisans d’une organisation militaire religieuse et fondamentaliste. Au final, nous avons été étiquetés comme si nous étions en faveur des missiles pointés vers nous. Vraiment ? Vous pouvez faire beaucoup de choses dans un débat politique … mais vraiment, il y a des limites. »

Le député a consenti à reconnaitre que la condamnation des Etats du Golfe par son parti aurait dû être rédigée plus attentivement.

Il a insisté sur le fait que l’objectif principal du texte ne vise pas à absoudre le Hezbollah de ses activités terroristes, mais plutôt de pointer le doigt vers l’hypocrisie des pays arabes dans leurs rapports avec le groupe Etat islamique.

« Hadash a publié une déclaration, un long texte, dont le sujet n’était pas du tout le Hezbollah, la véritable question était Daesh, » a-t-il dit, se référant à l’État islamique par son acronyme arabe.

« Dans l’annonce faite par Hadash il y a le paragraphe qui dénonce l’hypocrisie des dirigeants des Etats du Golfe, dont l’Arabie saoudite, [qui] d’une part, soutiennent Daesh et des organisations telles que Daesh, et d’autre part veulent être considérés comme luttant contre le terrorisme », a poursuivi Khenin.

« Je ne me cache pas de derrière quoique ce soit. [La déclaration] n’a pas été bien écrite et c’est dommage. Si elle avait été débattue, le texte aurait été écrit autrement. »

Le dirigeant de la liste (arabe) unie Ayman Odeh (centre) réagit avec d'autres membres du parti au siège du parti à Nazareth à l'annonce des sondages de sortie des élections le 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat / Flash90)
Le dirigeant de la liste (arabe) unie Ayman Odeh (centre) réagit avec d’autres membres du parti au siège du parti à Nazareth à l’annonce des sondages de sortie des élections le 17 mars 2015 (Crédit : Basel Awidat / Flash90)

Hadash, qui est dirigé par le chef de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh, a dénoncé le blacklisting de l’organisation libanaise lundi.

Le parti a affiché sur son site web en langue arabe une condamnation féroce de l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe pour leur décision d’interdire le Hezbollah, ce qui, selon eux les met « au service de l’occupation et la continuation de l’occupation des terres arabes. »

Balad – l’un des quatre autres partis constituant la Liste arabe unie – a suivi la ligne directrice de Hadash en affichant une condamnation du Conseil de coopération du Golfe sur son site Web lundi après-midi.

L’interview de Khenin a été diffusée peu après que la Ligue Arabe ait également déclarée le Hezbollah comme étant une organisation terroriste. Presque tous les membres de l’organisation pan-arabe ont soutenu la décision, hormis le Liban et l’Irak, qui ont exprimé des « réserves », a déclaré le bloc des 22 membres dans un communiqué lu lors d’une conférence par le diplomate bahreïni Wahid Moubarak Shayar.

Mercredi dernier, le Conseil de coopération des six membres du Golfe a reconnu le Hezbollah, qui a des législateurs au Parlement libanais, comme un groupe terroriste, tandis que les liens entre son supporter chiite iranien et la puissance sunnite d’Arabie Saoudite se détériorent pour cause de multiples conflits régionaux sunnite-chiite.

Les monarchies du Golfe avaient déjà sanctionné le Hezbollah en 2013, en représailles à son intervention armée en Syrie pour appuyer Bachar el-Assad.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a vivement critiqué lundi les députés arabes pour leur condamnation des Etats arabes du Golfe.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu critique les députés arabes qui soutiennent le Hezbollah pendant un discours à la Knesset, le 7 mars 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu critique les députés arabes qui soutiennent le Hezbollah pendant un discours à la Knesset, le 7 mars 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

« Les pays du monde arabe ont décidé de reconnaître le Hezbollah comme un groupe terroriste. Ceci est un développement important. Même incroyable », a déclaré Netanyahu dans la soirée de lundi à la Knesset.

« Mais ce qui n’est pas moins étonnant est que deux partis ici à la Knesset ont condamné la décision. Allez-vous continuer à les condamner quand le Hezbollah tirera des missiles sur vos villages ? Etes-vous devenu fou » s’est interrogé le Premier ministre, ajoutant immédiatement après : « Excusez l’expression ».

Selon un sondage de la Deuxième chaîne publié jeudi, 56 % des répondants étaient en désaccord avec les deux partis de la Liste arabe unie – Hadash et Balad – concernant leur condamnation des Etats arabes du Golfe, tandis qu’un peu moins d’un cinquième (19 %) ont dit qu’ils approuvaient le mouvement. Le quart restant a dit qu’ils ne savent pas si la condamnation était justifiée ou ont refusé de répondre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...