Kohavi : l’armée israélienne prépare de nouveaux « plans » contre l’Iran
Rechercher

Kohavi : l’armée israélienne prépare de nouveaux « plans » contre l’Iran

Kohavi met en garde Washington contre une reprise de l'accord nucléaire de 2015, qualifiant de "mauvais" un accord qui conduirait à une bombe iranienne, ce qu'Israël ne tolère pas

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Aviv Kohavi, s'exprime lors de la conférence annuelle du groupe de réflexion de l'Institut des études de sécurité nationale, le 26 janvier 2021. (Capture d'écran/INSS)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, Aviv Kohavi, s'exprime lors de la conférence annuelle du groupe de réflexion de l'Institut des études de sécurité nationale, le 26 janvier 2021. (Capture d'écran/INSS)

Le chef de l’armée israélienne a affirmé mardi, dans une rare intervention publique, avoir demandé à ses équipes de travailler sur de nouveaux « plans » pour contrer ce qu’il qualifie de menace nucléaire iranienne en cas de décision politique de cibler Téhéran.

Estimant qu’un retour à l’accord sur le nucléaire iranien « serait une mauvaise chose », le général Aviv Kohavi a affirmé avoir ordonné à l’armée de « préparer des plans opérationnels additionnels » en 2021 qui « seront prêts » en cas de décision des politiques de mener une offensive contre l’Iran.

« L’Iran peut décider qu’il veut se diriger vers une bombe, soit secrètement, soit de manière provocatrice. À la lumière de cette analyse de base, j’ai ordonné à l’armée israélienne de préparer un certain nombre de plans opérationnels, en plus de ceux qui existent déjà. Nous étudions ces plans et nous les développerons au cours de l’année prochaine », a déclaré Kohavi.

« C’est bien sûr au gouvernement qu’il appartiendra de décider s’il faut les utiliser. Mais ces plans doivent être sur la table, exister et pour lesquels ils doivent être formés », a-t-il ajouté.

Selon Kohavi, grâce à ses centrifugeuses améliorées et à son stock croissant d’uranium enrichi, l’Iran, s’il devait maintenant « se précipiter », pourrait être à « des mois, voire des semaines » d’une bombe.

Israël a mené à deux reprises des frappes militaires contre les programmes nucléaires de ses ennemis – l’Irak en 1981 et la Syrie en 2007 – dans le cadre de ce qui est connu sous le nom de « doctrine Begin », qui soutient que Jérusalem ne permettra pas à un pays ennemi d’obtenir une arme atomique.

L’Iran, ennemi n°1 d’Israël, et le Groupe des Six (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu en 2015 un Plan d’action global commun (JCPOA en anglais) censé régler la question nucléaire iranienne après douze années de tensions.

Sous l’administration de Donald Trump, les Etats-Unis ont quitté l’accord en 2018 et lancé une campagne de « pression maximale » en rétablissant puis intensifiant les sanctions américaines contre Téhéran, accusé de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil.

Le président américain Donald Trump signe un document rétablissant les sanctions contre l’Iran après avoir annoncé le retrait américain de l’accord nucléaire iranien, dans la salle d’accueil diplomatique de la Maison Blanche à Washington, le 8 mai 2018. (AFP / Saul Loeb)

Depuis, Téhéran s’est affranchi de la plupart de ses engagements liés à cet accord, tout en démentant chercher à obtenir une capacité nucléaire militaire.

Les autorités israéliennes craignent que l’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden, qui considère la politique de Donald Trump vis-à-vis de l’Iran comme un échec, s’accompagne d’une tentative de sauver cet accord.

« Tout accord qui ressemble à l’accord de 2015 est une mauvaise chose, tant sur le plan stratégique qu’opérationnel », a dénoncé Kohavi, s’exprimant en hébreu lors d’un congrès organisé par l’Institut de recherche de défense de l’Université de Tel-Aviv (INSS) et diffusé en ligne.

« Les pressions sur l’Iran doivent se poursuivre, l’Iran ne peut pas avoir de capacités pour posséder une bombe nucléaire », a rajouté Kohavi, indiquant que l’armée israélienne avait attaqué 500 cibles au Moyen-Orient en 2020.

Des centrifugeuses au sein de l’usine d’enrichissement de l’uranium de Natanz, dans le centre de l’Iran, le 5 novembre 2019. (Atomic Energy Organization of Iran via AP)

« Si l’accord nucléaire de 2015 était appliqué, l’Iran pourrait se procurer une arme car l’accord ne prévoyait pas de limites pour l’empêcher à la fin de l’accord. A ce jour, l’Iran a augmenté la quantité de matières enrichies au-delà de ce qui était autorisé. Il l’a enrichi à des niveaux supérieurs à ceux qui étaient autorisés. Il a développé et fabriqué des centrifugeuses qui lui permettront de se précipiter et de produire une arme à un rythme beaucoup plus rapide, en quelques mois, voire quelques semaines », a déclaré Kohavi.

« Personne n’a de doute. L’Iran espère, veut, a identifié et construit les capacités nécessaires pour être une puissance nucléaire militaire. Et peut-être même les utiliser lorsqu’il décidera de le faire », a déclaré Kohavi.

Le chef d’état-major a averti qu’un retour à l’accord avec l’Iran déclencherait probablement une « course aux armements nucléaires » au Moyen-Orient car d’autres pays de la région – comme l’Arabie saoudite, qui considère également l’Iran comme une menace majeure – chercheraient également à obtenir une arme atomique afin de maintenir l’équilibre des pouvoirs.

Dans son discours, le commandant de Tsahal a appelé les États-Unis à utiliser l’influence sur l’Iran acquise pendant la présidence de Donald Trump grâce à sa campagne dite de « pression maximale » de sanctions financières sur Téhéran, qui a paralysé l’économie iranienne déjà faible. Kohavi a déclaré que les Etats-Unis devraient utiliser cette situation pour négocier un meilleur accord qui mettrait fin au programme nucléaire iranien dans son intégralité, et pas seulement à ses aspects militaires.

« Il faut faire un effort considérable pour qu’à la fin, non seulement il n’y ait pas de bombe, mais aussi qu’il n’y ait pas de possibilité de se précipiter vers une bombe », a-t-il déclaré.

Des étudiants iraniens manifestent lors d’un hommage aux victimes du Boeing 737 d’Ukraine International Airlines devant l’Université Amirkabir de Téhéran, le 11 janvier 2020. (Crédit : Atta KENARE / AFP)

« L’Iran d’aujourd’hui n’est pas l’Iran de 2015, date à laquelle l’accord a été signé. L’Iran est aujourd’hui sous une pression énorme – pression financière, inflation massive, amertume et troubles dans la population, dont les salaires ont chuté – à cause des sanctions américaines. Ces pressions doivent se poursuivre. Quoi qu’il arrive. Tout ce qui libère cette pression leur donne de l’oxygène, leur donne de l’air et leur permettra de continuer à violer l’accord actuel », a déclaré Kohavi.

Depuis le déclenchement de la guerre en Syrie en 2011, Israël a effectué des centaines de frappes aériennes et de missiles dans ce pays, y ciblant les troupes gouvernementales syriennes et leurs alliés: les forces iraniennes et les combattants du groupe terroriste du Hezbollah libanais.

« En ce qui concerne le front Nord (Syrie, Liban, ndlr), l’Iran ne montre pas d’intention de se retirer et nos opérations sont destinées à empêcher la poursuite de cette implantation », a menacé Kohavi.

S’exprimant aussi lors du congrès, le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a estimé que « l’administration Biden ne permettra pas à l’Iran de se doter de l’arme nucléaire ».

« Un Iran nucléaire est un danger pour le monde, pour la région et constitue un défi pour la sécurité d’Israël. Bien sûr, Israël doit être prêt à se défendre de n’importe quelle manière, mais des lignes rouges sont tracées dans des salles closes », a commenté Benny Gantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...