La Congrès américain vote des sanctions pour les banques finançant le Hezbollah
Rechercher

La Congrès américain vote des sanctions pour les banques finançant le Hezbollah

La Chambre et le Sénat ont adopté la mesure à la suite d’un vote unanime

Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, pendant son discours rendant hommage aux martyrs de son organisation terroriste, le 16 février 2014. (Crédit : capture d'écran YouTube/MTVLebanonNews)
Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, pendant son discours rendant hommage aux martyrs de son organisation terroriste, le 16 février 2014. (Crédit : capture d'écran YouTube/MTVLebanonNews)

La Chambre des représentants des Etats-Unis a voté mercredi à l’unanimité le durcissement des sanctions pour les banques qui font sciemment affaires avec le mouvement Hezbollah, groupe terroriste chiite basé au Liban.

La loi qui cible l’organisation soutenue par l’Iran, que Washington considère comme une organisation terroriste, est maintenant en route pour la Maison Blanche pour être signée par Barack Obama.

La législation cible aussi la chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar, en visant à couper la diffusion des opérateurs satellites qui émettent les programmes de la chaîne.

La Chambre a adopté la mesure par 422 voix à 0, à la suite d’un vote unanime au Sénat le 17 novembre.

Obama signera la loi, a déclaré un haut fonctionnaire à l’AFP, ajoutant que l’administration a travaillé avec le Congrès depuis des années « pour intensifier la pression contre l’organisation terroriste Hezbollah ».

Les nouvelles règles ordonnent au président de prescrire des régulations punitives contre les institutions financières qui mènent des transactions avec le Hezbollah ou d’autres bailleurs de fonds pour l’organisation.

Elles requièrent aussi que l’administration présente au Congrès une série de rapports mettant en évidence le trafic de drogue mené par le groupe, les crimes transnationaux, et les opérations de groupes internationaux liés au Hezbollah, particulièrement en Amérique latine, en Afrique subsaharienne et en Asie.

L’administration établira une liste des pays qui soutiennent le Hezbollah, ou dans lesquels l’organisation a des bases logistiques importantes.

« Le Hezbollah a du déployer un vaste réseau parce que la plupart des banques libanaises ne veulent pas travailler avec lui », a déclaré à l’AFP un expert du Congrès sur cette législation.

« Il n’est pas question que le Hezbollah soit plus fort que jamais », a déclaré la députée républicaine Jackie Walorski, qui a décrit l’organisation comme un ennemi dangereux d’Israël et ayant amassé plus de 150 000 roquettes et missiles.

Le département d’Etat américain a aussi accusé l’organisation de soutenir le régime du président Bachar el-Assad en Syrie.

Les Etats-Unis ont étiqueté le Hezbollah comme une organisation terroriste internationale en 1995, l’accusant d’une longue liste d’attaques violentes, incluant l’attentat à la bombe de l’ambassade américaine et de casernes de la Marine au Liban en 1983.

L’objectif du Hezbollah est « de saper l’indépendance politique libanaise et de soutenir les objectifs dangereux de l’Iran », a déclaré Eliot Engel, élu démocrate le plus haut placé à la commission des affaires étrangères de la Chambre.

« Nous devons avoir un coup d’avance sur eux ».

Le candidat présidentiel républicain, le sénateur Marco Rubio (R-FL) lors de son discours au Republican Jewish Coalition au Ronald Reagan Building, le 3 décembre 2015, a Washington (Crédit :  Alex Wong / Getty Images / AFP)
Le candidat présidentiel républicain, le sénateur Marco Rubio (R-FL) lors de son discours au Republican Jewish Coalition au Ronald Reagan Building, le 3 décembre 2015, a Washington (Crédit : Alex Wong / Getty Images / AFP)

Le groupe, a-t-il ajouté, « est devenu une organisation terroriste complexe et sophistiquée, et nous devons répondre de manière adéquate à ce défi ».

Le sénateur Marco Rubio, qui est candidat à la nomination présidentielle républicaine de 2016, et était le parrain de la loi au Sénat, a déclaré qu’il était crucial pour l’administration de commencer immédiatement à implémenter ces sanctions afin de maitriser la violence du Hezbollah.

« Les Etats-Unis et nos alliés au Moyen-Orient seront plus en sécurité quand nous aurons pu franchir cette étape pour affaiblir le Hezbollah, et, par extension, leurs maitres iraniens », a-t-il ajouté.

Le lobby pro-israélien basé à Washington, AIPAC, a accueilli le vote de la loi, déclarant qu’elle « fournit un outil important contre l’agression iranienne dans la région ».

L’Arabie Saoudite, majoritairement sunnite, un rival régional de l’Iran, a élargi le mois dernier ses propres sanctions contre le Hezbollah, ajoutant 12 noms à une liste noire des individus et compagnies dont les actifs seront gelés dans le royaume.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...