La construction de dizaines de nouveaux logements validée à Jérusalem Est
Rechercher

La construction de dizaines de nouveaux logements validée à Jérusalem Est

La construction à Gilo exaspèrent les Américains ; de nombreux projets de construction vont être « sortis du frigo »

Des habitations dans le quartier de Gilo à Jérusalem-est, le 17 décembre 2015 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)
Des habitations dans le quartier de Gilo à Jérusalem-est, le 17 décembre 2015 (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Le conseil municipal de Jérusalem approuvera vraisemblablement la semaine prochaine le projet de construction de dizaines de nouveaux logements à Gīlo, un quartier juif assis sur la Ligne verte et les terres conquises pendant la guerre de 1967.

La nouvelle construction, sur les territoires vus par Israël comme faisant partie de sa capitale mais considérés comme des territoires discutés par la communauté internationale, recevra son feu vert prochainement de la commission de développement urbain après un an de retard, a rapporté la Deuxième chaine.

Elle a ajouté que cette avancée rendra probablement furieuse l’administration américaine qui considère que construire dans ces quartiers est une expansion des implantations.

Le reportage télévisé, non approuvé par la municipalité, a également cité une source officielle à la municipalité sans la nommer déclarant que la mairie avait encore de nombreux projets de construction, tous validés, dans les quartiers de Jérusalem Est et qu’ils seraient « sortis du frigo » dans quelques mois, à l’approche de la fin du mandat d’Obama.

Tous les projets, « petits et grands » seront validés, a cité la source « et « peu importe la pression politique ».

La construction à Gīlo consiste en trois immeubles de « dizaines d’appartements» a rapporté la télé. Elle a annoncé que le contrat de construction avait été attribué à une société construisant des logements pour les juifs ultra-orthodoxes.

L’administration d’Obama critique sévèrement et régulièrement le gouvernement de Netanyahu pour ces constructions en Cisjordanie et à Jérusalem Est, considérant que ces constructions ruinent tous les efforts de négociation du pays autour d’un accord israélo-palestinien.

Le dirigeant du Conseil de sécurité nationale d'Israël, Yaakov Nagel,  et Thomas Shanon, sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires politiques, après la signature de l'accord d'aide militaire israélo-américain au département d'Etat, le 14 septembre 2016. (Crédit : ambassade israélienne à Washington)
Le dirigeant du Conseil de sécurité nationale d’Israël, Yaakov Nagel, et Thomas Shanon, sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires politiques, après la signature de l’accord d’aide militaire israélo-américain au département d’Etat, le 14 septembre 2016. (Crédit : ambassade israélienne à Washington)

Saluant le nouvel accord militaire entre les Etats-Unis et Israël signé mercredi, le président Barack Obama a déclaré que cette aide sans précédent d’un montant de 38 milliards de dollars sur 10 ans devait aider Israël à se défendre mais insistait sur le fait que « la seule façon pour Israël de voir perdurer un état juif et démocratique serait à travers la mise en place d’une Palestine indépendante et viable. »

Dan Shapiro, l’ambassadeur américain en Israël a déclaré à la Deuxième chaine jeudi soir qu’Obama « fera tout son possible » au cours des derniers mois de son mandat pour assurer que la solution à deux états demeure viable.

Shapiro a ajouté qu’il n’y avait pas de décision prise sur une éventuelle rencontre entre Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans les semaines à venir. Netanyahu s’envole pour l’Assemblée générale des Nations Unis la semaine prochaine.

La semaine dernière, Washington s’est emporté publiquement suite aux propos de Netanyahu dans une vidéo où il accuse les Palestiniens de pratiquer un nettoyage ethnique sur la population juive de Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...