La fille de Peres : mon père était passionné, exigeant, intriguant
Rechercher

La fille de Peres : mon père était passionné, exigeant, intriguant

Tsvia Walden a déclaré à Walla que son père avait écrit un livre destiné à être publié à titre posthume

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Chemi Peres et Tsvia Walden, deux des enfants de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, le 14 janvier 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)
Chemi Peres et Tsvia Walden, deux des enfants de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer de Ramat Gan, le 14 janvier 2016. (Crédit : AFP/Jack Guez)

La fille du défunt neuvième président Shimon Peres a rendu hommage à son père après son décès mercredi matin, disant qu’il était un homme passionné et exigeant, qui « intriguait » les dirigeants mondiaux avec son énergie inlassable et son énergie pour créer un futur meilleur pour le monde.

Tsvia Walden a déclaré à Non-stop Radio 103 FM que Peres pouvait impressionner les dirigeants en raison de son approche unique des affaires mondiales.

« Tout le temps, il passait toute son énergie à penser au futur du monde, au futur d’Israël, au futur des autres pays, il était plongé là-dedans tout le temps… c’était sa capacité, a-t-elle déclaré. Et les gens étaient intrigués et curieux, ‘Qui est cet homme ? Il pense aux choses qui nous ennuient, mais il sait comment les présenter différemment’. »

« C’est la première chose qui intriguait tout le monde, ce qu’il dirait sur des sujets que tout le monde connaît », a-t-elle déclaré.

Une photographie encadrée de noir de l'ancien président Shimon Peres, 1923 - 2016, dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 28 septembre 2016. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Une photographie encadrée de noir de l’ancien président Shimon Peres, 1923 – 2016, dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 28 septembre 2016. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Peres, 93 ans, est mort deux semaines après un important accident vasculaire cérébral. Des dizaines de dirigeants, de ministres et de figures du monde entier sont attendues à ses obsèques prévues vendredi à Jérusalem.

Walden a déclaré que son père était « un père compliqué, splendide, plein, exigeant, exigeant envers lui-même, amusant, un conteur. Il connaissait très bien l’histoire du peuple juif et les annales de l’Etat d’Israël. Cette intimité a changé la manière dont il regardait de nombreuses choses, dont je me souviendrai bien. »

La famille organisera la shiva [semaine de deuil] au Centre Peres pour la Paix à Jaffa, à partir de vendredi, après les funérailles.

Peres, qui pendant sa longue carrière a également été Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, pouvait affronter l’adversité politique grâce à sa pure force de caractère, a expliqué Walden.

« Il avait une passion qui lui a permis de traverser les moments difficiles et de ne pas abandonner, et de ne pas se rendre. Pendant les années où il était dans l’arène politique, il y a eu beaucoup de moments difficiles, mais je ne pense pas que cela ait changé son engagement. »

« A côté de cela, c’était un vrai gentleman, une personne réservée. Et les gens aiment un vrai gentleman qui respecte les êtres humains. »

Tsvia Walden a également déclaré à Walla que son père avait écrit un livre destiné à être publié à titre posthume.

Ayelet Frisch, porte-parole de l'ancien président Shimon Peres, devant le centre médical Sheba de Ramat Gan, le 14 septembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Ayelet Frisch, porte-parole de l’ancien président Shimon Peres, devant le centre médical Sheba de Ramat Gan, le 14 septembre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ayelet Frisch, qui a été porte-parole de Peres pendant 12 ans, a déclaré qu’il était comme « une figure paternelle » pour son équipe. Et son activisme inspirait son entourage, malgré les pressions personnelles d’accompagner un patron qui parcourt le monde.

« Vous savez que vous ne vivez simplement pas votre vie aux côtés de Shimon Peres », a déclaré Frisch mercredi à la radio militaire. « Vous vivez une vie remplie, active, principalement composée de dévouement et de contribution à ce pays, qu’il aimait tant. »

Même quand son équipe était loin, a raconté Frisch, « passer d’une scène internationale à une autre avec lui, voir son sacrifice et son immense amour pour le pays, c’est quelque chose qui remplit le cœur de fierté. »

Elle a déclaré que Peres était « toujours optimiste », et indifférent aux critiques qui remettaient en cause son service pour Israël, bien qu’ignorant ses activités non publiques.

« Il disait toujours que la vérité sortirait, même si ce n’est que quand j’aurais 90 ans, la vérité sortira. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...