Rechercher

La hausse des prix des matériaux de construction fait grimper les prix des logements

Pour un appartement d’une valeur de 2 millions de shekels, le surcoût s’établit à 20 000 shekels depuis mars

Des ouvriers travaillent sur un chantier de construction d’un gratte-ciel à Tel-Aviv, en Israël. Illustration, avril 2022 (Crédit : Roman Mykhalchuk via iStock de Getty Images)
Des ouvriers travaillent sur un chantier de construction d’un gratte-ciel à Tel-Aviv, en Israël. Illustration, avril 2022 (Crédit : Roman Mykhalchuk via iStock de Getty Images)

Les prix des appartements neufs en Israël continue de grimper, comme le suggère l’indice mensuel de construction résidentielle du Bureau central des statistiques (CBS), qui examine les coûts des matériaux de construction.

L’indice est conçu pour s’assurer que, s’agissant de projets susceptibles de s’étendre sur plusieurs années – entre conception, tarification et livraison -, tout changement important dans le prix des matériaux puisse donner lieu à une correction.

Tout achat sur plan dispose généralement d’une clause contractuelle liant le prix final à l’indice de construction applicable au moment de la livraison. Cela signifie que toute hausse de l’indice entraîne une hausse du prix des constructions.

Les constructeurs eux-mêmes ont déjà indiqué être très fortement affectés par la hausse des prix des matières premières.

Le mois dernier, l’indice général de la construction résidentielle a augmenté de 1 %. Ainsi, pour un appartement d’une valeur de 2 millions de shekels, le surcoût pour les acheteurs est aujourd’hui de 20 000 shekels.

Depuis mars 2021, l’indice des coûts de construction a augmenté de 6,6 %, soit un surcoût de 132 000 shekels.

Ces augmentations concernent principalement les matériaux et produits utilisés dans la construction de maisons et la location d’équipements et de véhicules (y compris les coûts de carburant) pour les chantiers de construction.

La pression sur ces coûts, mondiale et permanente, s’est encore accrue du fait des perturbations du transport maritime de par le monde et de la guerre en Ukraine, avec un impact majeur sur les prix de l’énergie. Et tout cela s’ajoute évidemment à d’autres coûts.

Norman Shapiro de First Israel Mortgages a déclaré au Times of Israel qu’il était de plus en plus courant que les contrats immobiliers garantissent que, quel que soit le mode de paiement anticipé, toute augmentation des prix de la construction s’applique à l’ensemble du prix du logement, et pas seulement au solde restant dû. Donc, même si l’appartement est en majeure partie payé, le reliquat pourrait s’avérer important par la répercussion de la hausse des prix de la construction.

« Les entrepreneurs indiquent dans les contrats que vous pouvez payer le solde quand vous le souhaitez, mais l’indice de construction s’applique toujours au prix final de la propriété », a-t-il précisé.

En outre, la Banque d’Israël a non seulement augmenté les taux d’intérêt de 0,25 %, mais a également signalé qu’elle s’attendait à des augmentations supplémentaires allant jusqu’à 1,5% au cours de l’année à venir.

Les emprunteurs à taux autres que le taux fixe verront probablement leur prêt suivre une tendance haussière, renchérissant de dizaines de milliers de shekels le prix d’achat d’une maison. Les taux seront proportionnellement plus élevés et les prix des appartements sur le marché de l’occasion seront également considérablement affectés.

Selon un autre rapport de CBS plus tôt ce mois-ci, les prix des logements en Israël ont augmenté de 15,2 % entre janvier-février 2021 et janvier-février de cette année, une forte hausse en l’espace de 12 mois dans un marché immobilier déjà difficile, défini par une demande en hausse et une offre insuffisante.

Selon ce rapport de CBS, le prix des appartements neufs a augmenté de 17,8% en janvier et février 2022 par rapport à la même période de 2021, et d’un peu plus de 5% par rapport à décembre 2021. La demande la plus forte est enregistrée à Tel Aviv-Jaffa, Bat Yam, Jérusalem, Ashkelon, Netanya et Rishon Lezion.

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, avait déclaré en décembre que les prix de l’immobilier « se calmeraient » d’ici la fin de 2022, et qu’il était possible que les prix baissent dans les années à venir.

L’indignation suscitée par la flambée du coût des logements et de la vie va crescendo dans tout le pays, plus d’une décennie après les derniers troubles sociaux en date sur des questions similaires.

Comme l’a illustré la participation massive à la première loterie du logement organisée par le gouvernement cette année, il existe une énorme demande – refoulée – en logements abordables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...