La Haute cour maintient la fermeture du poste-frontière de Taba
Rechercher

La Haute cour maintient la fermeture du poste-frontière de Taba

Les juges ont estimé que les risques sécuritaires justifient la fermeture du poste-frontière de Taba vers l'Egypte pendant Pessah

Le poste-frontière de Taba, entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Le poste-frontière de Taba, entre Israël et l'Egypte. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

La Haute cour de Justice a maintenu dimanche la fermeture gouvernementale du poste-frontière de Taba, qui permet d’entrer en Egypte. Il a été fermé lundi dernier pour la durée de la fête de Pessah.

De manière très inhabituelle, Israël avait fermé le point de passage aux Israéliens voulant entrer dans la péninsule du Sinaï égyptienne à la veille de Pessah, par crainte d’une attaque terroriste imminente du groupe Etat islamique (EI).

La cour a estimé que la menace et le risque pour les touristes israéliens étaient réels et que, par conséquent, le gouvernement avait eu raison de fermer la frontière.

Elle a cependant noté qu’il n’était pas certain que le ministre des Transports et des Renseignements Yisrael Katz avait l’autorité pour le faire, et dit que le ministre devait expliquer la base juridique de sa décision avant la fin du mois.

Deux citoyens israéliens qui comptaient partir en vacances dans le Sinaï ont déposé la pétition jeudi contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre des Transports et des Renseignements Yisrael Katz, le bureau du Premier ministre, et l’Autorité israélienne aéroportuaire, qui gère les postes frontières d’Israël.

La Cour suprême israélienne à Jérusalem (Crédit : Flash90)
La Cour suprême israélienne à Jérusalem (Crédit : Flash90)

Une vingtaine de personnes ont co-signé la pétition, qui affirme que la fermeture de Taba est une infraction à la Loi fondamentale : Dignité et Liberté de l’Homme, ainsi qu’aux accords de paix avec l’Egypte, qui permettent la libre circulation entre les deux pays.

Les demandeurs citent également les dommages financiers causés au quelque 30 000 touristes qui devaient se rendre dans la péninsule du Sinaï pendant la fête, ainsi qu’aux Israéliens qui dirigent des entreprises touristiques dans le Sinaï. Ils affirment que les vacanciers n’ont pas pu réserver d’autres lieux de vacances en Israël en raison du prix.

En réponse à cette pétition, l’Etat a déclaré que tous les responsables du renseignement en Israël s’accordaient sur le niveau de gravité de la menace terroriste.

Le poste-frontière doit rouvrir mardi, à la fin de Pessah. Cependant, cette décision ne sera prise qu’après une évaluation sécuritaire, a indiqué la semaine dernière le ministère des Transports.

Les Israéliens qui sont actuellement dans la péninsule du Sinaï peuvent quitter l’Egypte et ont même été encouragés à le faire immédiatement, a-t-il déclaré dans un communiqué.

La décision de fermer le poste-frontière a été prise lundi dernier, au lendemain de deux attentats mortels contre des églises égyptiennes par le groupe terroriste « Province du Sinaï », affilié de l’EI dans la région.

La fermeture avait été ordonnée par Katz après des discussions avec le ministre de la Défense Avigdor Liberman et d’autres responsables sécuritaires, selon le ministère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...