Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

La Knesset vote en première lecture 30 Mds NIS de nouveaux fonds pour la guerre

Malgré les objections de la coalition, le plan vise à allouer 17 Mds de shekels à Tsahal et 13 Mds au front intérieur, des fonds majoritairement financés par la hausse du déficit

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant sa mise à jour du budget de guerre 2023, à la Knesset, à Jérusalem, le 6 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présentant sa mise à jour du budget de guerre 2023, à la Knesset, à Jérusalem, le 6 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Knesset a avancé mercredi des plans visant à allouer un peu plus de 30 milliards de shekels à l’effort de guerre à Gaza, dont 26 milliards de shekels seront financés par l’élargissement de la dette nationale.

Le plénum a approuvé le plan lors du premier des trois votes en salle requis. Les délibérations devaient ensuite avoir lieu en commission avant le vote final.

Le budget 2023 actualisé alloue quelque 17 milliards de shekels à l’armée israélienne et environ 13,3 milliards de shekels au soutien civil.

Seuls un peu plus de 4 milliards de shekels du plan de 30 milliards de shekels seront couverts par des fonds redirigés depuis le budget 2023-2024 approuvé en mai dernier, a déclaré le ministre des Finances Bezalel Smotrich. Les coupes dans divers ministères constitueront la majorité de cette réaffectation, même si le montant sera également partiellement couvert par d’autres sources, dont environ 1,6 milliard de shekels d’affectations politiques réaffectées à l’effort de guerre et une contribution du Fonds national juif (JNF/KKL), a indiqué le bureau de Smotrich.

Dimanche, la Knesset a avancé un projet de loi parallèle visant à augmenter le déficit opérationnel, ce qui permettra d’augmenter les dépenses pour soutenir la majeure partie de la mise à jour du budget 2023.

Reconnaissant la nécessité d’augmenter les dépenses en temps de guerre, Smotrich a averti qu’Israël devra recouvrir sa dette nationale accrue à l’avenir.

Des troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 6 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

« Il n’y a pas de déjeuners gratuits et ce que nous dépensons aujourd’hui, nous le paierons avec intérêts dans les années à venir », a-t-il souligné.

La mise à jour du budget 2023 a franchi sa première lecture à la Knesset mercredi (62 contre 52), et malgré les objections du parti de Benny Gantz, HaMahane HaMamlahti, qui a rejoint la coalition après le début de la guerre, et du ministre de l’Économie Nir Barkat (Likud).

Smotrich a été critiqué pour avoir élaboré un plan qui permettrait en fin de compte de verser des centaines de millions de shekels à des intérêts politiques sectoriels, dans le cadre d’environ 1 milliard de shekels de fonds discrétionnaires de la coalition déjà promis et dont le décaissement n’a pas été annulé par la guerre.

Déjouant les critiques formulées à la fois par HaMahane HaMamlahti et par l’opposition, Smotrich a affirmé que « personnellement il n’a pas appliqué [ses] priorités en tant que ministre des Finances ». Au contraire, « je ne me suis appuyé que sur des critères techniques rigoureux » pour déterminer le financement.

Le ministre de l’Économie Nir Barkat s’exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 6 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Quant à Barkat, il réclame 250 millions de shekels pour son ministère afin de soutenir les entreprises en difficulté près des frontières sud et nord.

La mise à jour budgétaire proposée ne couvre que les six dernières semaines de 2023, et une réévaluation budgétaire distincte pourrait avoir lieu pour 2024.

« Le Trésor public ne nous rappelle pas. Il est déconnecté des événements », a déclaré Barkat à propos de la mise à jour du budget, réaffirmant sa critique selon laquelle le ministère des Finances avait établi ce budget sans prendre en compte les problématiques auxquelles sont confrontées les sociétés menacées par la guerre.

« Si les entreprises situées dans les zones de combat s’effondrent et ne survivent pas à la guerre, c’est une victoire pour le Hamas », a noté le ministre de l’Économie.

S’attaquant également aux priorités de financement du budget, la députée Merav Cohen (Yesh Atid), a critiqué le gouvernement pour avoir supprimé des « services vitaux » dans le cadre de la redistribution des fonds.

La santé, les affaires sociales et les services sociaux doivent être réduits pour l’effort de guerre, mais « des milliards pour les institutions de la Torah » sont toujours alloués, a écrit la députée de l’opposition sur X.

Le député Yuli Edelstein, qui, comme Barkat, est également membre du parti au pouvoir, a déclaré au plénum qu’il craignait que des fonds non directement liés à l’effort de guerre ne soient ajoutés au budget. Sans rentrer dans les détails, Edelstein a suggéré de supprimer ces postes lors de la prochaine phase de préparation du projet de loi de finances, qui se fera au sein de la commission des Finances de la Knesset.

La semaine dernière, Smotrich avait déclaré que le budget contenait environ 390 millions de shekels pour les priorités de sécurité visant à protéger les résidents d’implantations en Cisjordanie.

Pour la cheffe du parti de l’opposition, Avoda, ce budget ira « avant tout aux implantations et [en soutien de] l’idée messianique et dangereuse qui détruit l’État d’Israël depuis de nombreuses années ». Elle faisait référence à l’idéologie sioniste religieuse de Smotrich, qui lie la rédemption religieuse au maintien de la souveraineté juive sur la conception biblique expansive de la Terre d’Israël.

« Ce budget représente un ordre de priorités déformé dans lequel les implantations viennent en premier, au détriment de tout le reste, même lorsque les résultats [escomptés] sont dévastateurs et critiques », a déclaré Merav Michaeli, lors d’une allocution à la tribune de la Knesset.

Avant le débat parlementaire sur le budget, le chef de l’opposition Yaïr Lapid a exhorté les membres de la coalition à voter contre le budget, affirmant que l’adopter tel qu’il est présenté permettrait un pillage sectoriel des caisses publiques.

La finalisation du budget ouvre la voie à ce que les fonds dits de coalition, actuellement gelés, soient affectés aux priorités des ultra-orthodoxes et des résidents d’implantations de Cisjordanie, entre autres.

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Ce n’est pas un budget, c’est un ordre illégal donné aux députés de voler des fonds publics en temps de guerre [comme manœuvre] politique », a déclaré Lapid en ouvrant une conférence spéciale sur l’économie organisée par son parti Yesh Atid.

Dans des commentaires adressés aux membres de la coalition, Lapid à déclaré : « Que vous arrive-t-il ? Comment pouvez-vous laisser faire cela ? Comment faites-vous cela à nos soldats et à nos commandants ? Aux familles ? Aux réservistes ? Comment faites-vous cela au peuple d’Israël ? »

Le leader de l’opposition a appelé les législateurs « qui ont encore une conscience et un sens des responsabilités envers la nation à voter contre ce budget honteux » et à « arrêter la honte ».

Le parti de Gantz, qui est entré dans la coalition pour les besoins du gouvernement d’urgence et qui devrait la quitter à la fin de la guerre, s’était fermement prononcé contre le budget et a voté en conséquence, mais n’a pas menacé de démissionner.

Après avoir franchi sa prochaine étape au sein de la commission des Finances, le budget sera renvoyé au plénum pour ses deuxième et troisième lectures consécutives, qui devraient avoir lieu la semaine prochaine. Le plan avait été approuvé par le cabinet la semaine dernière, malgré les objections de Barkat et de HaMahane HaMamlahti.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.