La Maison Blanche condamne les « dangereux » tirs de roquettes vers Israël
Rechercher

La Maison Blanche condamne les « dangereux » tirs de roquettes vers Israël

Sarah Huckabee Sanders, porte-parole de la Maison Blanche a dit "soutenir le droit d'Israël à se défendre" et qualifier l'attaque d' "inacceptable"

Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, montrant apparemment un tir de roquettes iraniennes visant des positions militaires israéliennes sur le plateau du Golan le 10 mai 2018. (Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, montrant apparemment un tir de roquettes iraniennes visant des positions militaires israéliennes sur le plateau du Golan le 10 mai 2018. (Twitter)

WASHINGTON – Les Etats-Unis ont défendu mercredi le droit d’Israël à prendre des mesures militaires afin de protéger ses civils après qu’une vingtaine de projectiles ont été tirés sur Israël depuis la Syrie dans un raid attribué aux forces iraniennes.

« Nous avons connaissance d’informations selon lesquelles environ 20 projectiles auraient été lancés en Israël », a déclaré un responsable du département d’Etat au Times of Israel. « Nous sommes avec Israël dans son combat contre les activités malveillantes de l’Iran et nous soutenons fermement le droit souverain d’Israël à se défendre. »

Un représentant du Conseil de sécurité nationale a également déclaré que l’administration Trump soutenait la prérogative d’Israël pour protéger ses citoyens.

Jeudi matin, les Etats-Unis ont dénoncé jeudi les tirs de roquettes iraniens sur des positions israéliennes, en soutenant « le droit d’Israël à agir pour se défendre ».

« Les Etats-Unis condamnent les attaques provocatrices à la roquette du régime iranien depuis la Syrie contre des citoyens israéliens, et nous soutenons avec force le droit d’Israël à agir pour se défendre », a affirmé la Maison Blanche dans un communiqué.

« Le déploiement par le régime iranien de systèmes de missiles et de roquettes offensives en Syrie, qui visent Israël, est un développement inacceptable et très dangereux pour tout le Moyen-Orient », a ajouté la Maison Blanche.

« Les Gardiens de la révolution iraniens assument l’entière responsabilité des conséquences de leurs actions irréfléchies, et nous les appelons, ainsi que leurs milices par procuration, y compris le Hezbollah, à ne pas aller plus loin dans la provocation », a-t-elle ajouté.

« Les Etats-Unis appellent aussi toutes les nations à dire clairement que les actions du régime iranien représentent une menace sévère pour la paix et la stabilité internationale », a-t-elle encore dit.

Juste après minuit (heure israélienne) jeudi, une vingtaine de roquettes ont été tirées sur des bases militaires israéliennes par les forces iraniennes présentes dans le sud de la Syrie. Certains des missiles ont été interceptés par le système de défense Dôme de fer, a indiqué l’armée israélienne, confrontées à une recrudescence des tensions à la frontière nord.

Aucune victime n’a été signalée du côté israélien, et un porte-parole de l’armée a déclaré que des dégâts « limités » avaient seulement été causés aux bases militaires israéliennes.

L’armée israélienne a déclaré que le tir de missiles avait été effectué par les forces al-Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne. Il s’agissait là de la première fois qu’Israël attribuait directement une telle attaque à l’Iran, qui opère généralement via ses groupes alliés.

En termes du nombre de roquettes tirées, les tirs durant la nuit ont également représenté la plus grande attaque contre Israël à sa frontière nord au cours des sept années de guerre civile syrienne.

L’agence de presse syrienne a annoncé jeudi que les défenses aériennes syriennes avaient intercepté « des missiles israéliens hostiles ». Les médias syriens ont déclaré plus tard que les missiles avaient été tirés sur le sud-ouest de Damas.

Al-Mayadeen TV, une chaine pro-gouvernement syrien, a affirmé que plus de 50 missiles avaient été tirés depuis la Syrie vers les forces israéliennes sur le plateau du Golan.

L’attaque est survenue alors que l’armée israélienne avait appelé la veille les autorités locales du plateau du Golan à ouvrir leurs abris anti-aériens, à la suite d’activités « anormales » des forces iraniennes présentes en Syrie. Les tirs faisaient également suite à l’annonce du président américain Donald Trump, mardi soir, qui a déclaré retirer les Etats-Unis de l’accord nucléaire iranien et la remise en place des sanctions contre Téhéran.

Le porte-parole de l’armée israélienne a confirmé que l’armée avait déjà riposté à l’attaque iranienne présumée, mais n’a pas voulu apporter plus de détails.

« L’armée israélienne perçoit cette attaque iranienne contre Israël avec gravité », a déclaré le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. « Cet événement n’est pas terminé. »

Judah Ari Gross et les agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...