Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Tsahal a mené deux vagues de frappes sur des cibles du Hezbollah au sud-Liban

Des familles endeuillées plantent des semis sur le site du massacre de Supernova ; Netanyahu : Israël rejette les demandes de « reddition » du Hamas en échange des otages ; Le ministre français de la Défense sera ce soir en Israël après une halte en Egypte et au Liban

  • Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Des manifestants pro-palestiniens lors d'un rassemblement à Barcelone, le 20 janvier 2024. (Crédit : LLUIS GENE / AFP)
    Des manifestants pro-palestiniens lors d'un rassemblement à Barcelone, le 20 janvier 2024. (Crédit : LLUIS GENE / AFP)
  • L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )
    L'intérieur d'un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, où le Hamas aurait détenu les otages, une image diffusée le 20 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne )

Démission de Basechess, nommé au ministère des Finances pour superviser les Affaires civiles pendant la guerre

Tal Basechess, qui a été nommé au début de la guerre au poste de chef de projet du centre de contrôle civil au ministère des Finances, annonce qu’il démissionne de son poste en raison d’un manque d’outils et de pouvoirs pour atteindre les objectifs du poste.

« Environ un mois après le début de la guerre, j’ai été ‘appelé sous les drapeaux’ pour servir en tant que chef » du centre de contrôle du ministère des Finances pour les Affaires civiles liées à la guerre, explique-t-il dans un communiqué.

« Malgré mes efforts considérables et le fait que j’ai travaillé 24 heures sur 24 pour relever les défis et accomplir les missions nationales, j’ai constaté que le centre de contrôle ne disposait pas des pouvoirs ou des outils nécessaires pour s’acquitter de la responsabilité qui lui avait été confiée. »

Le ministère des Finances indique dans un communiqué que le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a reçu la demande de Basechess de démissionner de son poste « du fait que, pour des raisons bureaucratiques et juridiques, le centre de contrôle n’a pas reçu les pouvoirs nécessaires ».

Smotrich remercie Basechess pour son service, le qualifiant de « professionnel et patriote ».

« Ramener 136 otages dans des sacs mortuaires n’est pas une victoire » – père d’un otage

Jon Polin, père de l'otage Hersh Goldberg-Polin, lors d'une manifestation devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
Jon Polin, père de l'otage Hersh Goldberg-Polin, lors d'une manifestation devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

Jon Polin, le père de Hersh Goldberg-Polin, qui a été pris en otage par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, s’adresse aux manifestants devant la résidence privée du Premier ministre à Jérusalem.

Goldberg-Polin a été pris en otage alors qu’il faisait du camping avec son ami dans « l’enveloppe de Gaza » – la région connue en hébreu sous le nom d’Otef Azza. Ils se sont arrêtés au Festival Supernova à proximité du kibboutz Reïm. Et au matin du 7 octobre, ils ont été attaqués par les terroristes du Hamas en même temps que les autres festivaliers.

La dernière fois que Polin a vu son fils, c’était sur une vidéo où il était embarqué dans une camionnette, le bras arraché à partir du coude.

« En tant que citoyens, nous avons tous un contrat avec le pays », explique Polin.

« En échange de nos services et de nos impôts, nous attendons du gouvernement qu’il assure notre sécurité. Et ce gouvernement et ce Premier ministre nous ont totalement abandonnés. »

« Nous leur demandons de réparer l’échec du 7 octobre (…). Ramener 136 otages dans des sacs mortuaires ne peut en aucun cas être considéré comme une victoire », ajoute-t-il.

Gallant aux familles d’otages : L’activité de Tsahal à Khan Younès contribue à atteindre les objectifs de guerre

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, rencontrant les familles des otages au quartier général militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 7 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, au centre, rencontrant les familles des otages au quartier général militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 7 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontre les familles des otages enlevés par le groupe terroriste palestinien du Hamas et leur indique qu’il y a des signes positifs qui montrent que l’armée israélienne est en train d’atteindre les objectifs de la guerre.

« L’opération à Khan Younès bat son plein. Les premiers signes montrent que le fait d’atteindre les sites les plus névralgiques du Hamas nous fait progresser vers la réalisation des deux principaux objectifs de la guerre », affirme-t-il, selon une déclaration de son bureau, faisant référence au retour des otages et au démantèlement du Hamas.

Gallant rencontre chaque semaine les familles des otages et leur fournit des mises à jour sur les opérations.

La mère d’une otage tuée par le Hamas devant la maison de Netanyahu : « Renoncez à votre ego »

Orrin Gantz, la mère de l'otage assassinée Eden Zacharia s'adressant aux manifestants devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
Orrin Gantz, la mère de l'otage assassinée Eden Zacharia s'adressant aux manifestants devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

Une foule de familles d’otages et de manifestants s’est rassemblée devant la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem pour exiger un accord immédiat pour la libération des otages.

« Nous resterons ici jusqu’à ce que le Premier ministre accepte un accord pour ramener les otages », déclare une porte-parole des familles des otages et des disparus.

Orrin Gantz, la mère d’Eden Zacharia, 28 ans, qui a été enlevée et assassinée en captivité par le groupe terroriste palestinien du Hamas, s’adresse à la foule et exhorte le Premier ministre et le cabinet de guerre à « renoncer à leur ego ».

« Ma fille n’est pas seulement morte, elle est morte sous nos yeux », dit-elle.

« Bibi Netanyahu, nous vous faisons confiance. Il n’y a personne d’autre qui puisse [ramener les otages] », poursuit-elle.

« 107 jours, le temps presse. En captivité, il n’y a pas de lendemain. »

Les familles des otages manifestent devant la résidence de Netanyahu à Jérusalem

Des manifestants rassemblés devant le domicile privé du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour exiger un accord sur les otages, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)
Des manifestants rassemblés devant le domicile privé du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour exiger un accord sur les otages, à Jérusalem, le 21 janvier 2024. (Crédit : Charlie Summers/Times of Israel)

Des familles d’otages bloquent la circulation devant la résidence privée du Premier ministre Netanyahu, rue Azza, à Jérusalem.

Le rassemblement se compose de quelques dizaines de manifestants, dont le nombre augmente rapidement.

Ils brandissent des pancartes sur lesquelles figurent les visages et les noms des derniers otages détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La foule scande un chant exigeant un échange immédiat d’otages.

« Le cabinet est responsable de la vie des otages », crient-ils.

À l’issue de la manifestation, les familles devraient planter une tente en contrebas du domicile de Netanyahu et y passer la nuit.

Un millier de Gazaouis soignés à bord d’un navire-hôpital français près de l’Égypte

Des Palestiniens jouant aux cartes devant le personnel soignant militaire à bord du navire militaire français LHD Dixmude, qui sert d'hôpital pour soigner les Palestiniens blessés, dans le port égyptien d'al-Arish, le 21 janvier 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des Palestiniens jouant aux cartes devant le personnel soignant militaire à bord du navire militaire français LHD Dixmude, qui sert d'hôpital pour soigner les Palestiniens blessés, dans le port égyptien d'al-Arish, le 21 janvier 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Un millier de personnes originaires de Gaza ont été soignées dans un hôpital de campagne français à bord d’un navire au large des côtes égyptiennes, selon son capitaine.

Le Dixmude, un porte-hélicoptères français, est amarré depuis le mois de novembre dans le port égyptien d’al-Arish, à 50 kilomètres à l’ouest de la bande de Gaza.

Le navire est équipé de salles de soins, de salles d’opération et de 70 membres du personnel soignant.

Près de 120 blessés ont été hospitalisés à bord, tandis que des centaines d’autres ont été reçus pour des consultations externes, notamment pour le suivi des lésions et des problèmes psychiatriques, a déclaré le capitaine Alexandre Blonce, qui parle d’une « mission sans précédent ».

Banque mondiale : 45 % des immeubles de Gaza rendus invivables par les combats

Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Quelque 45 % des bâtiments résidentiels de la bande de Gaza ont été détruits et rendus invivables depuis que la guerre a éclaté entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, selon un rapport de la Banque mondiale basé sur des images satellites.

Selon le rapport, qui a d’abord été relayé par Zman Yisrael, la version en hébreu du Times of Israel, 60 % des immeubles résidentiels de la bande de Gaza ont subi des dommages importants au cours de la guerre.

Quelque 290 000 bâtiments ont subi des dommages importants, tandis que 70 000 autres ont été complètement détruits.

Le rapport de la Banque mondiale a été transmis toutes les deux semaines aux contacts diplomatiques dans le monde entier depuis le début de la guerre, et cite des données sur les dégâts et l’impact de la guerre.

L’opération terrestre à Khan Younès va s’étendre – Gallant, après avoir survolé Gaza

Le ministre de la Défense Yoav Gallant survolant la bande de Gaza, le 21 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant survolant la bande de Gaza, le 21 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, indique que l’armée israélienne va étendre son incursion terrestre à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

« Nous menons une opération intensive dans la région de Khan Younès, et elle va continuer à s’étendre », affirme Gallant après un survol de la bande de Gaza avec le 100e escadron de l’armée de l’air israélienne.

« Les panaches de fumée des chars, de l’artillerie et des avions de l’armée de l’air continueront à couvrir le ciel de la bande de Gaza jusqu’à ce que nous atteignions nos objectifs, dont les principaux sont la défaite du [groupe terroriste palestinien du] Hamas et le retour des otages dans leurs foyers », ajoute-t-il.

Netanyahu : Israël rejette les demandes de « reddition » du Hamas en échange des otages

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 18 janvier 2024. (Crédit : Yariv Katz/POOL)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprimant lors d'une conférence de presse, au ministère de la Défense, à Tel Aviv, le 18 janvier 2024. (Crédit : Yariv Katz/POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu affirme dans une déclaration vidéo qu’Israël rejette totalement les demandes de « reddition » du groupe terroriste palestinien du Hamas en échange de la libération des 136 otages restants à Gaza.

« Nous avons ramené jusqu’à présent 110 otages, et nous sommes déterminés à tous les ramener », précise Netanyahu.

« J’y travaille jour et nuit. Mais que les choses soient claires : je rejette catégoriquement les conditions de reddition des monstres du Hamas. »

Le Premier ministre explique qu’en échange de la libération des otages, « le Hamas exige la fin de la guerre, la sortie de nos forces de Gaza, la libération de tous les meurtriers et violeurs des [forces] de la Nukhba et le maintien du Hamas dans son intégralité ».

« Si nous acceptons cela, nos soldats seront tombés en vain. Si nous acceptons cela, nous ne pourrons pas garantir la sécurité de nos citoyens. Nous ne pourrons pas ramener les personnes évacuées chez elles en toute sécurité, et le prochain 7 octobre ne sera qu’une question de temps. Je ne peux pas accepter de porter un coup aussi fatal à la sécurité d’Israël, et par conséquent je ne peux pas accepter cela. »

Le Premier ministre affirme avoir fait part de la position d’Israël sur cette question au président américain Biden lors de leur entretien du week-end dernier.

Des familles endeuillées plantent des semis sur le site du massacre de Supernova

Des amis et des membres de la famille priant avant de planter un arbre à la mémoire d'une personne tuée le 7 octobre 2023 au Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 21 janvier 2024. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)
Des amis et des membres de la famille priant avant de planter un arbre à la mémoire d'une personne tuée le 7 octobre 2023 au Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 21 janvier 2024. (Crédit : Leo Correa/AP Photo)

Certaines des familles endeuillées dont les proches ont été tués lors de l’assaut meurtrier du groupe terroriste palestinien du Hamas au Festival Supernova se sont réunies pour planter un arbre sur le site de la rave-party, à proximité du kibboutz Reïm.

Un millier de personnes plantent environ 200 semis dans la terre brûlée du parking de Reïm, où des milliers de festivaliers faisaient la fête à l’aube du 7 octobre, lorsque les terroristes du Hamas ont pris d’assaut le site.

Selon la police, 364 personnes ont été tuées par balle, matraquées ou brûlées lors de la rave qui s’est déroulée dans une zone de broussailles parsemée d’arbres non loin du kibboutz. Quarante autres personnes y ont été prises en otage par le Hamas et emmenées de force à Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Pas de normalisation avec Israël sans « résolution de la question palestinienne » – ministre saoudien des Affaires étrangères

Des journalistes regardent un grand écran montrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhan, s'adressant au sommet international de la paix organisé par le président égyptien dans la nouvelle capitale administrative (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des journalistes regardent un grand écran montrant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhan, s'adressant au sommet international de la paix organisé par le président égyptien dans la nouvelle capitale administrative (NAC), à environ 45 kilomètres à l'est du Caire, le 21 octobre 2023, en pleine guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Il ne peut y avoir de normalisation des relations avec Israël sans résolution de la question palestinienne, affirme le ministre saoudien des Affaires étrangères dans une interview diffusée aujourd’hui sur CNN.

Interrogé sur le fait qu’il ne peut y avoir de relations normales sans une voie vers un État palestinien crédible et irréversible, le prince Fayçal bin Farhan Al Saud a déclaré à CNN que « c’est la seule façon d’en tirer profit ».

« Donc, oui, parce que nous avons besoin de stabilité et que seule la résolution de la question palestinienne apportera la stabilité. »

Sept gazelles retrouvées mortes près de Gaza d’un empoisonnement présumé – INPA

Des gazelles mortes découvertes dans une zone agricole de "l'enveloppe de Gaza", la région connue en hébreu sous le nom d'Otef Azza, le 21 janvier 2024. (Crédit : Koby Soffer/Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Des gazelles mortes découvertes dans une zone agricole de "l'enveloppe de Gaza", la région connue en hébreu sous le nom d'Otef Azza, le 21 janvier 2024. (Crédit : Koby Soffer/Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Sept gazelles de montagne sur un troupeau de 12 ont été retrouvées mortes dans une zone agricole de la frontière de Gaza, soupçonnées d’avoir été empoisonnées, rapporte l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA).

L’INPA a été alertée par un citoyen.

Des gardes forestiers équipés de chiens renifleurs sont à la recherche de poison dans la zone, qui relève de la juridiction du Conseil régional de Sdot Negev, dans le sud d’Israël.

Les agriculteurs empoisonnent parfois illégalement une carcasse d’animal pour attirer et tuer les prédateurs qui attaquent leurs troupeaux.

Tsahal a mené deux vagues de frappes sur des cibles du Hezbollah au sud-Liban

Vue depuis une position dans le nord d'Israël, le long de la frontière avec le Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Vue depuis une position dans le nord d'Israël, le long de la frontière avec le Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’armée israélienne affirme avoir mené deux vagues de frappes contre des cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le village de Markaba, au sud du Liban, plus tôt dans la journée.

Les sites touchés par les avions de combat à Markaba comprennent un bâtiment armé, des postes d’observation, des positions de lancement de roquettes et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste.

Tsahal affirme avoir mené d’autres frappes, à l’aide d’obus de chars et d’avions, dans d’autres régions du sud du Liban, frappant un centre de commandement du Hezbollah et un autre bâtiment utilisé par le groupe terroriste.

Le Hezbollah, quant à lui, nomme un terroriste tué lors d’une frappe israélienne dans le village de Kafra, ce qui porte à 164 le nombre de morts du groupe terroriste chiite libanais depuis le début de la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le ministre français de la Défense sera ce soir en Israël après une halte en Egypte et au Liban

Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, assiste à une cérémonie à Beyrouth le 2 novembre 2023 marquant le 40e anniversaire de l'explosion de l'immeuble Drakkar qui a tué cinquante-huit parachutistes français et cinq soldats libanais. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)
Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, assiste à une cérémonie à Beyrouth le 2 novembre 2023 marquant le 40e anniversaire de l'explosion de l'immeuble Drakkar qui a tué cinquante-huit parachutistes français et cinq soldats libanais. (Crédit : ANWAR AMRO / AFP)

Le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, arrivera ce soir en Israël, avant de rencontrer demain le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer, le membre du cabinet de guerre Benny Gantz et le conseiller à la sécurité nationale, Tzachi Hanegbi.

Selon l’ambassade de France, M. Lecornu s’entretiendra également avec des proches d’otages français à Gaza.

Le dernier passage en Israël de M. Lecornu remonte à novembre dernier. Il s’est rendu très récemment en Égypte et au Liban.

Selon les Français, les réunions porteront sur la guerre à Gaza, les initiatives de libération des otages, la situation humanitaire à Gaza et les initiatives françaises pour empêcher l’embrasement au Liban et en mer Rouge.

Tsahal localise et détruit une usine d’armes et un lance-roquettes dans le centre de Gaza

Les troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les réservistes de la Brigade Yiftah opérant dans le camp Maghazi, au centre de Gaza, ont localisé une usine de fabrication d’armes et un lance-roquettes armé de projectiles, declare l’armée israélienne.

Tsahal indique que les troupes ont effectué un raid sur un site du groupe terroriste palestinien du Hamas à Maghazi, où elles ont trouvé des machines utilisées pour fabriquer des armes à feu dans la cour d’une maison. A proximité, un lance-roquettes a été trouvé.

Les machines, les armes, les roquettes et le lance-roquettes ont tous été détruits par la suite.

Au cours de l’opération, Tsahal affirme que des terroristes du Hamas ont tiré un obus RPG sur l’un des chars de l’unité. Les soldats ont repéré l’escouade à l’origine de l’attaque, ont riposté et ont fait appel à une attaque aérienne.

Certains des terroristes ont été tués, tandis qu’au moins un s’est enfui et a été tué plus tard dans un échange de tirs avec les troupes, après avoir été repéré par la compagnie d’observation de la Brigade Yiftah.

Tsahal a récemment saisi environ 15 M de NIS dans les bastions du Hamas à Gaza

L'argent que l'armée israélienne affirme avoir saisi ces dernières semaines dans les bastions du Hamas à Gaza, sur une photo publiée le 21 janvier 2024. (Crédit : Ministère de la Défense)
L'argent que l'armée israélienne affirme avoir saisi ces dernières semaines dans les bastions du Hamas à Gaza, sur une photo publiée le 21 janvier 2024. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le ministère de la Défense indique que les troupes de l’armée israélienne ont saisi environ 15 millions de shekels dans les bastions du Hamas et aux domiciles de responsables du groupe terroriste palestinien recherchés au cours de ces dernières semaines.

Il précise qu’environ un million de dollars américains a également été saisi, en plus de devises provenant d’Irak, de Jordanie et d’Égypte.

Le ministère souligne que l’argent sera transmis à l’aile financière du ministère de la Défense et transféré dans les caisses de l’État.

Après l’ire de Washington, Tsahal dit enquêter sur l’explosion d’un campus à Gaza la semaine dernière

Photos avant et après de l'université Israa à Gaza, détruite par l'armée israélienne le 17 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran X)
Photos avant et après de l'université Israa à Gaza, détruite par l'armée israélienne le 17 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran X)

L’armée israélienne affirme enquêter sur le processus de validation de l’explosion contrôlée d’un campus universitaire dans la bande de Gaza la semaine dernière.

Des images largement diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une explosion de grande ampleur à l’université d’Israa, ce qui a incité l’administration Biden à demander des éclaircissements à Israël.

En réponse à une question sur le sujet, l’armée a indiqué que « l’effondrement du bâtiment et le processus de validation de l’explosion font l’objet d’une enquête menée par Tsahal ».

L’enquête sera présentée au chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, dans les jours à venir.

Selon l’enquête initiale de Tsahal, le bâtiment de l’université et la zone environnante ont été utilisés par le groupe terroriste palestinien du Hamas « pour des activités terroristes contre nos troupes ».

2 terroristes du Hezbollah tués par un drone israélien dans le sud-Liban – sources de sécurité

Une voiture suite à une attaque attribuée à Israël, dans le sud du Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une voiture suite à une attaque attribuée à Israël, dans le sud du Liban, le 21 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Deux combattants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah ont été tués dans une frappe directe d’un drone israélien sur leur véhicule dans le sud du Liban, selon des sources de sécurité.

Leurs grades n’ont pas été révélés à la suite de la dernière frappe attribuée à Israël dans le sud du Liban, près de la frontière avec Israël, ont indiqué des sources de sécurité.

Le véhicule a été touché dans la région de Bint Jbeil, un bastion du Hezbollah.

Le Washington Post a rapporté vendredi qu’Israël envisageait d’intensifier les combats à la frontière libanaise avec le Hezbollah si un accord diplomatique à long-terme n’était pas conclu rapidement.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Les sirènes retentissent à Sufa, Kissufim, Ein HaShlosha, à proximité de Gaza

Les sirènes retentissent dans les villes de Sufa, Kissufim et Ein HaShlosha, situées à la frontière de Gaza, avertissant de tirs de roquettes.

Les communautés limitrophes de Gaza ont été largement évacuées des civils depuis le 7 octobre.

Au moins 2 morts dans une attaque de drone israélien sur une voiture dans le sud-Liban – sources de sécurité

Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans une attaque présumée de drone israélien qui a visé dimanche une voiture dans le sud du Liban, selon des sources de sécurité.

Des ambulances se sont précipitées sur le site près d’un checkpoint de l’armée libanaise, et il est difficile de savoir qui était visé par la frappe, selon des résidents et des sources de sécurité.

Depuis le 8 octobre, au lendemain de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah se livre à des tirs transfrontaliers quasi-quotidiens, lançant des roquettes, des drones et des missiles sur le nord d’Israël dans le cadre d’une campagne destinée, selon lui, à soutenir le Hamas. Ces attaques ont contraint la plupart des habitants vivant à proximité de la frontière à évacuer les lieux. Israël a répondu par ses propres frappes sur des cibles du Hezbollah et a prévenu qu’il ne serait pas en mesure de tolérer la présence continue de terroristes à la frontière.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Israël a tué 20 à 30 % des terroristes du Hamas à Gaza – Washington

Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza sur des photos autorisées, le 21 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)
Des soldats de Tsahal interviennent dans la bande de Gaza sur des photos autorisées, le 21 janvier 2024. (Crédit : Tsahal)

Les forces de l’ordre israéliennes auraient tué 20 à 30 % des terroristes du Hamas dans la bande de Gaza, estiment les services de renseignement américains.

Selon le Wall Street Journal, les États-Unis sont d’avis que l’organisation terroriste dispose encore de suffisamment de munitions pour continuer à affronter les forces israéliennes pendant plusieurs mois.

Les chiffres américains semblent correspondre pour l’essentiel aux estimations israéliennes.

La semaine passée, l’armée israélienne avait déclaré que plus de 9 000 membres du Hamas et d’autres organisations terroristes avaient été tués par l’armée israélienne dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre, en plus du millier tué en territoire israélien le 7 octobre, lorsque des hommes armés ont saccagé les communautés du sud et massacré près de 1 200 personnes, principalement des civils, et kidnappé plus de 240 personnes à Gaza.

En 2021, un haut commandant de Tsahal avait déclaré que le Hamas disposait de près de 30 000 combattants.

Selon l’armée israélienne, il est probable que les combats à Gaza durent tout au long de l’année 2024, jusqu’à ce qu’Israël parvienne à priver le Hamas de toutes ses capacités militaires et gouvernementales. Tsahal s’est par ailleurs engagé à ce que tous les otages retrouvent la liberté.

Katz s’envole pour assister au Conseil des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles

Le ministre de l'Énergie, Israël Katz, s'exprimant lors d'une conférence à Tel Aviv, le 13 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le ministre de l'Énergie, Israël Katz, s'exprimant lors d'une conférence à Tel Aviv, le 13 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le ministre des Affaires étrangères Israel Katz a décollé pour Bruxelles, où il assistera à une rencontre du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne qui réunit tous les chefs de la diplomatie des États-membres.

Katz prendra la parole lors de cette rencontre et il s’entretiendra avec ses homologues de l’UE et avec les ministres des Affaires étrangères français, grec, autrichien, croate, tchèque, belge, bulgare et danois. Il échangera également avec des officiels de l’Union.

Selon le ministère israélien des Affaires étrangères, Katz évoquera tout particulièrement l’importance de vaincre le Hamas et d’obtenir la libération des otages à Gaza.

Un bâtiment de Gaza où le Hamas préparait une embuscade frappé par Israël

Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les soldats israéliens en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée le 21 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La marine israélienne a attaqué un bâtiment, dans le centre de la bande de Gaza, où un certain nombre de membres du Hamas se préparaient à tendre une embuscade aux soldats israéliens, a indiqué l’armée.

Les militaires ont ajouté que la marine avait identifié cette menace et qu’avec l’aide de la 179e Brigade des Blindés, elle avait pris pour cible les hommes armés.

Par ailleurs, dans le sud de Gaza, Tsahal a annoncé que de nombreux membres du Hamas avaient été tués au cours d’une opération conjointement menée par l’armée de l’air et les snipers de la Brigade des commandos.

A Gaza City, dans les quartiers de Daraj et de Tuffah, l’armée a indiqué que la 401e Brigade des Blindés avait affronté des terroristes du Hamas, en tuant une quinzaine. Les troupes ont mené un raid dans un immeuble utilisé par le groupe terroriste où ils ont trouvé des armes.

Nouveau bilan de 25 105 morts à Gaza – Hamas

Le ministère de la Santé du Hamas a annoncé un bilan de 25 105 personnes tuées, en majorité des femmes, des adolescents et des enfants dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, le 7 octobre.

Durant les dernières 24 heures, 178 personnes ont été tuées, indique le Hamas qui fait également état de 62 681 blessées depuis le début du conflit.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Le Royaume-Uni va moderniser son système de défense contre les attaques en mer Rouge

Le HMS Diamond tire un missile Sea Viper pour abattre un drone au-dessus de la mer Rouge, le 16 décembre 2023. (Crédit : Royal Navy/Ministry of Defence via AP, File)
Le HMS Diamond tire un missile Sea Viper pour abattre un drone au-dessus de la mer Rouge, le 16 décembre 2023. (Crédit : Royal Navy/Ministry of Defence via AP, File)

Le ministère britannique de la Défense a indiqué qu’il avait alloué une enveloppe à hauteur de 405 millions de livres pour moderniser un système de défense anti-missile qui est actuellement utilisé par la Royal Navy pour abattre les drones hostiles au-dessus de la mer Rouge.

Le système de défense anti-aérienne Sea Viper sera ainsi amélioré, équipé d’une nouvelle ogive lui permettant de contrer les menaces présentées par les missiles balistiques, a fait savoir le ministère dans un communiqué.

Le contrat a été attribué à la division britannique de MBDA, une coentreprise de fabrication de missile qui est la propriété d’Airbus, de BAE Systems et de Leonardo.

« Alors que la situation empire au Moyen-Orient, il est vital que nous nous adaptions pour garantir la sûreté du Royaume-Uni, de nos alliés et de nos partenaires », a commenté le ministre de la Défense du Royaume-Uni, Grant Shapps, dans ce communiqué.

« Le système Sea Viper est à l’avant-garde de cette initiative dans la mesure où il est l’arme qui a été choisie par la Navy pour abattre pour la première fois une menace aérienne en l’espace de plus de 30 ans ».

Les forces navales américaines et britanniques, dans la mer Rouge, ont abattu des drones et des missiles tirés par le mouvement Houthi au Yémen, au mois de janvier, alors que la guerre opposant Israël et le Hamas déborde dans la région plus largement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.