L’activiste d’extrême-gauche accusé d’avoir contacté un agent étranger
Rechercher

L’activiste d’extrême-gauche accusé d’avoir contacté un agent étranger

La police a arrêté Ezra Nawi à l'aéroport, pour des suspicions d'aider l'Autorité palestinienne à tuer les arabes qui vendent des terres aux juifs

Ezra Nawi (Crédit : Uri Zakhem/Wikipedia)
Ezra Nawi (Crédit : Uri Zakhem/Wikipedia)

Le militant d’extrême-gauche, Ezra Nawi, est accusé par la police d’être entré en contact avec un agent étranger, une journée après avoir été arrêté alors qu’il tentait de quitter le pays.

Nawi a suscité un tollé politique après avoir été filmé en disant qu’il a aidé l’Autorité palestinienne à traquer les Palestiniens qui vendent des terres à des Juifs pour être condamné à une peine ou à l’exécution, dans un segment diffusé dans un programme de télévision la semaine dernière.

La police lors d’une audience de mise en accusation de Nawi a demandé à ce qu’il reste en prison pendant au moins 10 jours, selon Haaretz.

Les autres détails de l’enquête restent sous encore sous embargo.

L’activiste d’extrême-gauche n’essayait pas de quitter le pays quand il a été arrêté à l’aéroport Ben-Gurion lundi, selon son avocat.

L’avocate Leah Tsemel a déclaré à la Deuxième chaîne mardi qu’Ezra Nawi avait reçu des menaces de mort à la suite du reportage d’investigation montrant Nawi affirmer sur une vidéo qu’il informait sur les Palestiniens qui voulaient vendre des terrains de Cisjordanie à des juifs.

Il devrait comparaître devant la cour de Jérusalem mardi pour une audience étendant sa garde à vue.

La police détient Nawi pour des suspicions de contacts avec un agent ennemi et conspiration en vue de commettre un crime.

« Les gens ont publié son adresse sur toutes sortes de sites de droite et ensuite ses amis à l’étranger lui ont simplement dit de venir les voir, a déclaré Tsemel. Il a clarifié [sa position], il n’y avait pas d’ordre d’arrestation sur lui ou l’empêchant de quitter le pays, et il n’ait pas été convoqué pour une enquête – donc il pensait que ce serait une bonne opportunité de partir en vacances ».

« Toute l’histoire l’a beaucoup blessé, donc il a décidé de voyager, a continué Tsemel. Ce n’était pas une fuite. Il a pris en compte que cela pouvait arriver, mais il avait le droit de le faire ».

La police a arrêté lundi Nawi, un activiste juif d’extrême-gauche de l’organisation Ta’ayush, alors qu’il attendait dans une file d’enregistrement à l’aéroport Ben-Gurion.

Nawi, un militant important des droits des Palestiniens, a été vu dans un reportage télévisé la semaine dernière, où il est enregistré en train de déclarer qu’il aide les autorités palestiniennes à trouver et tuer les Palestiniens qui vendent des terres aux juifs.

Un enregistrement de Nawi a été diffusé jeudi dans l’émission d’investigation Uvda, sur la Deuxième chaîne israélienne.

Dedans, Ezra Nawi est entendu parler de quatre vendeurs d’immobilier palestiniens, dont Nawi dit qu’ils l’ont pris par erreur pour un juif intéressé pour acheter leur propriété.

« J’ai immédiatement donné leurs photos et leurs numéros de téléphone aux forces de sécurité préventive », entend-on Nawi déclarer, faisant référence à la branche de contre-espionnage de l’Autorité palestinienne. « L’Autorité palestinienne les attrape et les tue. Mais avant de les tuer, ils sont beaucoup battus. »

L’émission a déclenché une tempête politique, les politiciens et les militants de droite l’utilisant comme preuve que les organisations de gauche ne sont pas nécessairement intéressées par les droits de l’Homme.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a écrit vendredi sur Facebook que le reportage « démasque les radicaux parmi nous, dont la haine des implantations les a poussé au-delà des limites, au point de livrer des innocents à la torture et à l’exécution. Ceux qui encouragent les meurtres ne peuvent pas continuer à se cacher derrière le prétexte hypocrite de se soucier des droits de l’Homme ».

Dans l’Autorité palestinienne, le code pénal prévoit la peine capitale pour quiconque est condamné pour avoir vendu des terres à des juifs.

La loi, que les fonctionnaires palestiniens défendent comme conçue pour empêcher les prises [de territoires] par les résidents des implantations, n’a pas été mise en place dans les tribunaux palestiniens, où les vendeurs de terrain aux juifs sont généralement condamnés à plusieurs années de prison.

Un certain nombre de meurtres dans ces dernières années seraient liés à la vente de terrains à des Israéliens, selon des rumeurs, mais ces meurtres n’ont jamais été élucidés.

Nawi a également été enregistré en train d’obtenir des informations d’un Palestinien qui pensait que Nawi était un juif intéressé par l’achat de terrain. Nawi est vu déclarant qu’il a l’intention de donner aussi ces informations aux fonctionnaires de sécurité palestiniens.

Selon Uvda, un activiste des droits de l’Homme du groupe B’Tselem a aidé Nawi à piéger le vendeur potentiel pour un coup monté dans lequel le vendeur serait arrêté.

Les enregistrements et les vidéos ont été recueillis par des militants de droite qui avaient secrètement enregistré Nawi.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...