La police face à la violence : 4 meurtres en 48 heures dans la communauté arabe
Rechercher

La police face à la violence : 4 meurtres en 48 heures dans la communauté arabe

"Nous avons perdu le contrôle des rues", prévient un responsable de la police ; un homme de Segev Shalom a été retrouvé abattu dans une voiture incendiée

Le chef de la police israélienne Kobi Shabtai. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de la police israélienne Kobi Shabtai. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La police a été une fois de plus confrontée dimanche à la violence rampante qui sévit dans la communauté arabe d’Israël après que quatre personnes ont été tuées dans des homicides apparents au cours du week-end.

Le commissaire de police Kobi Shabtai a convoqué le commandant du district central Moshe Barkat et d’autres responsables de la police pour une réunion urgente sur la violence, a rapporté le site d’information Ynet.

« Nous avons perdu le contrôle des rues », a déclaré un responsable de la police sous couvert d’anonymat au site d’information.

« Le plan de travail doit être modifié et nous devons vraiment agir de toutes nos forces dans les villes problématiques, et là où nous savons qu’il y a un conflit sanglant », a déclaré l’officier supérieur.

« Jusqu’à présent, nous ne réagissons que tardivement à ces incidents, et le prochain meurtre n’est qu’une question de temps. »

Ibrahim Abu Amra, 26 ans, de la ville bédouine de Tel Sheva, a été abattu vendredi soir, dans ce que la police soupçonne être un meurtre lié à une querelle familiale. Samedi, Anas Al-Wahwah, 18 ans, a été abattu dans la ville de Lod alors qu’il était assis dans une voiture, dans ce que la police soupçonne également être une querelle de famille. Plus tard dans la nuit de samedi à dimanche, Abed Qurmata, 26 ans, a été tué dans une fusillade dans la ville de Kafr Qasim, dans le centre du pays, mais il n’y a pas eu de nouvelles immédiates sur le motif présumé.

Photo composite : Anas Al-Wahwah, 18 ans (à gauche), Ibrahim Abu Amra, 26 ans (à droite) et Abed Qurmata, 26 ans (à gauche), tous tués par balle lors d’incidents distincts de violence armée les 28 et 29 août 2021.

Dimanche matin, le corps de Nur Ajaj, 26 ans, originaire de la ville bédouine de Segev Shalom, a été retrouvé dans une voiture brûlée près de la ville centrale de Hagor. La police soupçonne qu’il a été abattu avant que son véhicule ne soit incendié.

Ajaj, originaire de la ville centrale de Ramle, avait récemment été libéré de prison, selon Ynet. Son corps a été transféré à l’Institut médico-légal Abu Kabir de Tel Aviv pour des examens complémentaires.

Nur Ajaj, 26 ans, de la ville bédouine de Segev Shalom, a été retrouvé mort par balle dans une voiture incendiée près de la ville de Hagor, le 29 août 2021. (courtoisie)

La réunion d’urgence doit avoir lieu au siège central de la police à Ramle. Barkat, qui dirige actuellement le district, a informé le commissaire le mois dernier qu’il quitterait la police dès qu’un remplaçant serait trouvé.

Entre-temps, M. Shabtai a rencontré le ministre de la Justice Gideon Saar dimanche au siège national de la police à Jérusalem pour discuter du renforcement de la coopération entre la police israélienne et le ministère de la Justice, entre autres sujets, a indiqué la police.

La police a déclaré que les deux hommes ont discuté de peines plus sévères pour les crimes violents et les crimes avec armes, d’une application plus stricte de la loi sur la contrebande d’armes et de l’augmentation des activités contre les délits économiques.

Le chef de la police, Kobi Shabtai, rencontre le ministre de la Justice, Gideon Sa’ar, le 29 août 2021, au siège de la police à Jérusalem. (Police israélienne)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...