La première élue sourde de la Knesset prononce un discours en langage des signes
Rechercher

La première élue sourde de la Knesset prononce un discours en langage des signes

"À mes côtés se tiennent 1,8 million d'hommes, de femmes et d'enfants souffrant de handicaps physiques, mentaux, émotionnels et intellectuels", a déclaré Shirly Pinto, de Yamina

Shirley Pinto, la première membre sourde de la Knesset, prend la parole lors d'une session plénière le 12 juillet 2021. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)
Shirley Pinto, la première membre sourde de la Knesset, prend la parole lors d'une session plénière le 12 juillet 2021. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

La députée Yamina Shirly Pinto, première législatrice sourde de l’histoire de la Knesset, a prononcé lundi soir son premier discours en langage des signes devant le plénum de la Knesset.

Pinto, dont les paroles ont été prononcées par son interprète, Liat Petcho, a remercié ses ancêtres de l’avoir amenée à ce moment, marquant le premier discours jamais prononcé depuis le podium en langage des signes.

« Me voici, Shirly Pinto Kadosh », a-t-elle commencé, après une citation des Psaumes. Elle a déclaré que son amour de l’État d’Israël, des traditions juives, des arts et de la culture lui est venu grâce à ses parents et grands-parents. « Ils ont répondu à chaque question que j’ai posée, et à chaque interrogation que j’ai présentée, ils m’ont rappelé chaque jour que là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

Pinto, 32 ans, est entrée au Parlement israélien après la démission de l’un des ministres de Yamina en vertu de la « loi norvégienne », qui permet à chaque député nommé à un poste ministériel de se retirer temporairement de la Knesset, permettant ainsi au candidat suivant sur la liste du parti d’entrer au Parlement à sa place.

Elle milite depuis longtemps pour les questions liées au handicap, en particulier celles qui concernent les malentendants, et est la représentante de Yamina au Congrès sioniste mondial.

« Dès mon plus jeune âge, avec mes parents [qui sont tous deux sourds], j’ai fait l’expérience directe du manque d’accessibilité, de l’absence de sensibilisation, et des barrières inhérentes à la société », a déclaré Mme Pinto.

Malgré ces difficultés, a-t-elle ajouté, sa famille lui a inculqué un amour profond pour l’État d’Israël et ses valeurs. « Aujourd’hui, je me tiens devant le plénum de la Knesset, où des générations de dirigeants israéliens se sont tenues », a-t-elle déclaré. « Je suis excitée et je suis fière ».

« Je ne me tiens pas ici en mon seul nom », a-t-elle ajouté. « À mes côtés se tiennent 1,8 million d’hommes, de femmes et d’enfants atteints de handicaps physiques, mentaux, émotionnels et intellectuels, ainsi que ceux atteints de maladies invisibles, comme le stress post-traumatique, qui ne sont pas en mesure de vivre pleinement leur vie dans l’État d’Israël en tant que citoyens égaux. »

Depuis la fondation de l’État d’Israël, a-t-elle déclaré, « Israël n’a pas réussi à apporter un soutien approprié aux personnes handicapées. Cette même population a été rejetée et complètement mise à l’écart. Elle a crié, mais n’a pas été entendue ».

Mme Pinto a promis d’être cette voix depuis son nouveau poste à la Knesset.

« En mon nom et au nom de millions d’Israéliens handicapés et de tous les citoyens israéliens, je m’engage », a déclaré Mme Pinto à la fin de son discours.

Elle a reçu une standing ovation, composée d’un mélange d’applaudissements et de signes de la main (« applaudissements sourds ») par les membres de la Knesset présents.

Après son discours, Mme Pinto a été saluée par les législateurs de la coalition et de l’opposition, dont le Premier ministre Naftali Bennett et le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...