La sœur du soldat blessé près de Gaza critique la politisation de la situation
Rechercher

La sœur du soldat blessé près de Gaza critique la politisation de la situation

Un service de prière de Selichot en son honneur s'est tenu à l'hôpital Soroka

(G) L'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence à Jérusalem, le 1er août 2021. (C) L'officier de la police des frontières Barel Shmueli, grièvement blessé lors d'une fusillade à la frontière de Gaza, le 21 août 2021. (D) Le Premier ministre Naftali Bennett reçoit un troisième vaccin COVID-19 à l'hôpital Meir de Kfar Saba, le 20 août 2021. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash9, Police des frontières, Olivier Fitoussi/Flash90)
(G) L'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence à Jérusalem, le 1er août 2021. (C) L'officier de la police des frontières Barel Shmueli, grièvement blessé lors d'une fusillade à la frontière de Gaza, le 21 août 2021. (D) Le Premier ministre Naftali Bennett reçoit un troisième vaccin COVID-19 à l'hôpital Meir de Kfar Saba, le 20 août 2021. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash9, Police des frontières, Olivier Fitoussi/Flash90)

La sœur d’un soldat de Tsahal grièvement blessé par des tirs à la frontière de Gaza ce week-end a dit que la blessure de son frère ne devait pas être politisée.

« Mettez la politique de côté, ce n’est pas la position que nous voulions, c’est inapproprié », a déclaré Hila Rahimi, ajoutant que son frère, Barel Hadaria Shmueli, « est un héros, un soldat qui a combattu avec son corps pour le pays et qui est entre la vie et la mort. »

Après que le Premier ministre Naftali Bennett a confondu le nom de Shmueli lorsqu’il a appelé pour prendre des nouvelles de sa famille, le chef de l’opposition Benjamin Netanyahu a saisi l’occasion lundi pour attaquer le Premier ministre, mais a ensuite fait marche arrière.

Les parents de l’agent de la police des frontières, âgé de 21 ans, qui est toujours hospitalisé dans un état grave après avoir reçu une balle dans la tête lors de violences le long de la frontière de Gaza samedi, ont fortement critiqué la conduite du gouvernement.

Un service de prière de Selichot en son honneur s’est tenu à l’hôpital Soroka.

Des centaines de personnes y ont assisté lundi soir à l’extérieur de l’hôpital.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...