La Syrie dit avoir « repoussé » des avions de surveillance israéliens
Rechercher

La Syrie dit avoir « repoussé » des avions de surveillance israéliens

Israël a récemment mené une série d'attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi "iraniennes" et perdant un de ses F-16

Vue sur le passage de Qouneitra - 27 août 2014 (Crédit : Jack Guez/AFP)
Vue sur le passage de Qouneitra - 27 août 2014 (Crédit : Jack Guez/AFP)

La Syrie a annoncé que sa défense anti-aérienne a « repoussé » mercredi des avions de surveillance israéliens qui survolaient le passage de Qouneitra dans le sud du pays, quatre jours après une série d’attaques aériennes israéliennes en Syrie durant lesquelles Israël avait perdu un avion.

« Les défenses anti-aériennes syriennes ont repoussé des avions de surveillance israéliennes au-dessus de Qouneitra, les obligeant à quitter l’espace aérien » syrien, a rapporté dans la soirée l’agence officielle syrienne Sana.

Samedi, Damas avait annoncé que sa défense anti-aérienne avait repoussé « une nouvelle agression » israélienne contre une base militaire dans le centre de la Syrie et affirmé que « plus d’un avion israélien avait été touché par les tirs ».

Ce jour-là, Israël a mené une série d’attaques aériennes en Syrie, frappant des cibles militaires syriennes mais aussi « iraniennes » et perdant un de ses F-16, au cours du plus sévère accès de tensions impliquant les trois pays depuis des années.

Une photo prise dans le nord d’Israël montrant les débris d’un F-16 israélien qui s’est écrasé après avoir été la cible de tirs de la part de la défense aérienne syrienne (Crédit : AFP/ Jack GUEZ)

Selon Israël, un drone piloté à distance par des Iraniens basés en Syrie avait pénétré samedi avant l’aube dans l’espace aérien israélien, où il a été abattu. En représailles, l’aviation israélienne a attaqué la base « iranienne » d’où était parti le drone.

Un des appareils israéliens ayant participé à l’opération a toutefois été touché par la défense anti-aérienne syrienne, avant de s’écraser en territoire israélien.

Ces hostilités étaient intervenues sur fond de crispations grandissantes coïncidant avec le cours pris par le conflit syrien en faveur du régime du président Bachar al-Assad, un ennemi d’Israël soutenu militairement par la Russie, mais aussi par deux autres bêtes noires de l’Etat hébreu, l’Iran et le groupe terroriste chiite du Hezbollah libanais.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...