La Turquie critique la décision du Kosovo d’ouvrir une ambassade à Jérusalem
Rechercher

La Turquie critique la décision du Kosovo d’ouvrir une ambassade à Jérusalem

"Rien que l'idée que les responsables du Kosovo fassent un tel pas, qui est une claire violation du droit international, est décevante", a déclaré le chef de la diplomatie turque

Le président serbe Aleksandar Vucic et Donald Trump signent un accord dans le bureau ovale à Washington, le 4 septembre 2020 (Crédit : Anna Moneymaker-Pool/Getty Images/AFP
Le président serbe Aleksandar Vucic et Donald Trump signent un accord dans le bureau ovale à Washington, le 4 septembre 2020 (Crédit : Anna Moneymaker-Pool/Getty Images/AFP

La Turquie s’est déclarée dimanche « déçue » par la décison du Kosovo, à majorité musulmane, d’établir des relations diplomatiques avec Israël et d’ouvrir une ambassade à Jérusalem.

La Turquie, qui défend la cause palestinienne, a été l’un des premiers pays à reconnaître le Kosovo lorsqu’il a proclamé en 2008 son indépendance de la Serbie.

« Rien que l’idée que les responsables du Kosovo fassent un tel pas, qui est une claire violation du droit international, est décevante », a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Il a appelé les dirigeants du Kosovo à éviter toute mesure qui pourrait porter atteinte au statut légal de Jérusalem.

Vendredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé que la Serbie allait devenir le premier pays européen à transférer son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

Il avait également annoncé que le Kosovo allait établir des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu et ouvrir lui aussi son ambassade dans la capitale israélienne.

« Le Kosovo sera le premier pays à majorité musulmane à ouvrir une ambassade à Jérusalem », a déclaré M. Netanyahu, remerciant le président américain Donald Trump pour sa « contribution » à ces succès diplomatiques pour Israël.

Dans un premier communiqué tard samedi, le ministère turc des Affaires étrangères s’est déclaré « gravement préoccupé » par l’initiative de la Serbie.

Avec le transfert de son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, la Serbie emboîte le pas aux Etats-Unis et au Guatemala qui avaient transféré leur ambassade dans la Ville sainte en mai 2018, brisant le consensus international, et provoquant la colère des Palestiniens.

Le statut de Jérusalem est l’une des questions les plus épineuses en vue d’un règlement du conflit israélo-palestinien.

L’ONU considère que cette question doit faire l’objet d’un accord entre Israéliens et Palestiniens, et qu’en attendant les capitales ne doivent pas établir à Jérusalem leur représentation diplomatique en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...