Rechercher

L’accusatrice d’Epstein abandonne les charges contre Alan Dershowitz

Virginia Giuffre, qui a déjà réglé à l’amiable son contentieux avec le prince Andrew, a retiré sa plainte à New York, évoquant des doutes sur l’implication de l’avocat

L'avocat Alan Dershowitz s’entretient avec la presse devant la Cour fédérale à New York, le lundi 2 décembre 2019 (Crédit : AP Photo/Richard Drew)
L'avocat Alan Dershowitz s’entretient avec la presse devant la Cour fédérale à New York, le lundi 2 décembre 2019 (Crédit : AP Photo/Richard Drew)

NEW YORK – La femme qui avait conclu, il y a peu, un accord avec le prince Andrew pour régler le contentieux issu de sa plainte pour trafic sexuel organisé par le financier Jeffrey Epstein, a abandonné les charges contre le célèbre avocat américain Alan Dershowitz, reconnaissant qu’elle l’avait peut-être accusé à tort.

La plainte de Virginia Giuffre contre l’avocat aurait été retirée mardi, selon le registre des dossiers judiciaires de New York.

Dershowitz et elle ont publié une déclaration commune indiquant que l’abandon des charges n’avait donné lieu à aucun paiement d’aucune sorte.

Dans un communiqué, Giuffre explique avoir « longtemps cru avoir été livrée par Jeffrey Epstein à Alan Dershowitz. J’étais très jeune à l’époque, et c’était un environnement très stressant, traumatisant. M. Dershowitz a toujours nié ces allégations. »

« Je reconnais aujourd’hui que j’ai peut-être fait une erreur en accusant M. Dershowitz. Ce procès a été très stressant, lourd pour moi et ma famille. Nous pensons qu’il est temps d’y mettre fin et de passer à autre chose », a-t-elle déclaré.

Dershowitz s’est dit heureux que les charges aient été retirées et que la plaignante ait admis avoir commis une erreur.

« Comme je le répète depuis le début, je n’ai jamais eu de relations sexuelles avec Mme Giuffre. J’en suis néanmoins venu à croire qu’à l’époque où elle m’a accusé, elle en était persuadée », a déclaré Dershowitz, professeur de droit à la retraite de Harvard.

Il a ajouté : « Reconnaissons le courage qu’il a fallu à Mme Giuffre pour déclarer publiquement s’être trompée à mon sujet. Elle a beaucoup souffert de ce que lui a fait subir Jeffrey Epstein, et je salue son acharnement à lutter contre les trafics sexuels. »

Virginia Roberts Giuffre pendant une interview dans l’émission BBC Panorama, le 2 décembre 2019 (Capture d’écran : BBC Panorama via AP)

Giuffre avait intenté une action en diffamation contre Dershowitz après avoir accusé un certain nombre d’hommes influents, parmi lesquels le Prince Andrew, d’avoir profité d’elle sexuellement, lorsqu’elle avait 17 et 18 ans.

Elle avait déclaré, dans des documents déposés au tribunal, qu’Epstein avait fait d’elle son « esclave d’amour » et l’avait forcée à avoir des relations sexuelles avec Dershowitz une demi-douzaine de fois en Floride, à New York, au Nouveau-Mexique et dans les îles Vierges.

Elle avait ajouté que Dershowitz avait également vu Epstein abuser d’autres filles.

Dershowitz a toujours nié tout contact sexuel avec Giuffre, affirmant qu’il ne l’avait même jamais rencontrée.

Il a déclaré à l’Associated Press il y a trois ans, que des documents en sa possession contredisaient les affirmations de Giuffre concernant l’endroit où il se trouvait, ajoutant que l’histoire de Giuffre avait évolué au fil du temps et qu’elle ne l’avait initialement pas impliqué dans sa plainte pour trafic sexuel.

Dans des documents judiciaires de 2019, Dershowitz a déclaré que les affirmations de Giuffre l’avaient plongé dans une grande détresse émotionnelle et lui avaient même occasionné des « problèmes cardiaques ».

L’avocat du prince Andrew n’a pas fait de commentaires à propos de l’abandon des charges de Giuffre contre Dershowitz.

Des manifestants avec des portraits géants de Jeffrey Epstein, devant le tribunal fédéral, le 8 juillet 2019 à New York. (Stephanie Keith/Getty Images/AFP)

En février, le procès de Giuffre contre le Prince Andrew a été réglé par un accord conclu à l’amiable prévoyant le versement par le prince d’un don important au fonds créé par Giuffre.

Dans un communiqué, le prince a déclaré « n’avoir jamais eu l’intention de calomnier Mme Giuffre, et accepter qu’elle ait souffert en tant que victime d’abus et à la suite d’injustes attaques publiques ».

Andrew a reconnu qu’Epstein avait livré « un grand nombre jeunes filles » à son trafic pendant de nombreuses années et déclaré « regretter s’être lié à lui, saluant le courage de Mme Giuffre et d’autres victimes qui se défendent et défendent autrui ».

Giuffre disait avoir eu des relations sexuelles avec Andrew à trois reprises : à Londres lors d’un voyage en 2001, dans le manoir d’Epstein à New York à l’âge de 17 ans et dans les îles Vierges, à 18 ans.

Le Prince Andrew, duc de York, quitte Crathie Kirk, après une messe du dimanche à Crathie, en Écosse, le 11 août 2019. (Crédit : Jane Barlow/PA via AP)

Andrew a nié à plusieurs reprises les accusations de Giuffre et déclaré qu’il ne se souvenait pas de l’avoir jamais rencontrée, bien qu’une photo les montre, Giuffre et lui, dans une maison à Londres.

Sur cette photo, versée au procès, le Prince tient son bras autour du ventre nu de Giuffre.

Epstein s’est suicidé en août 2019 dans une prison fédérale de Manhattan alors qu’il attendait d’être jugé pour trafic sexuel.

Son ex-petite amie, la mondaine britannique Ghislaine Maxwell, aujourd’hui âgée de 60 ans, purge une peine de 20 ans de prison dans une prison fédérale de Floride suite à sa condamnation, en décembre dernier, pour avoir aidé Epstein à abuser sexuellement de filles mineures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...