L’administrateur de Madoff poursuit des institutions israéliennes
Rechercher

L’administrateur de Madoff poursuit des institutions israéliennes

Une requête pour 'enrichissement sans cause' déposée devant le tribunal de Tel Aviv exige la restitution des fonds reçus

Bernard Madoff (Crédit : Domaine public/Wikimedia Commons)
Bernard Madoff (Crédit : Domaine public/Wikimedia Commons)

Irving Picard, l’administrateur nommé pour liquider les actifs de Bernard Madoff, condamné pour avoir mis au point une arnaque de Ponzi, et restituer l’argent à ses victimes, a engagé des poursuites contre certaines des plus grandes institutions éducatives et médicales israéliennes pour obtenir 95 millions de dollars.

Parmi les accusés dans la requête déposée par Picard mercredi à la cour de district de Tel Aviv, on retrouve l’université hébraïque de Jérusalem, l’Institut Weizmann, le Technion et l’hôpital Sheba, la signalé Globes Daily.

La requête de Picard, qui a été déposée par l’intermédiaire d’un cabinet juridique israélien, allègue que, bien que les institutions ont inconsciemment bénéficié de l’argent volé acquis grâce à leurs investissements dans une fondation israélienne, Yeshaya Horowitz Association, ils ont par la suite refusé de restituer les fonds aux victimes.

Dans un procès intenté à New York en 2010, qui est toujours en cours, Picard a allégué que Yeshaya Horowitz Association et d’autres entités savaient à l’époque que la société d’investissement de Madoff de New York était coupable de fraude, selon Globes.

La requête déposée à Tel Aviv indique que les fonds reçus par les institutions israéliennes à travers Yeshaya Horowitz ont été indûment classés comme des dons et des subventions et étaient en fait de l’argent sale qui a été blanchi.

Globes a cité la requête de Picard dans son article : « Ce compte, qui faisait partie de la chaîne de Ponzi opéré par [Madoff], n’a effectué aucune opération sur les valeurs mobilières et n’a jamais généré de profits pour les 3 millions de dollars, environ, initialement déposés à l’ouverture du compte. Néanmoins, Yeshaya a transféré environ 126,5 millions de dollars sur son compte en banque, les a distribués aux divers instituts en Israël, y compris les défendeurs. Les quelque 123 millions de dollars retirés de [la société de Madoff], utilisés pour financer des activités et des dons Yeshaya, ont ainsi été volés des clients [de Madoff] floués et illégalement transférés à Yeshaya ».

La requête ajoute : « alors que beaucoup ont tout perdu et ont été abandonnés sans un sou dans leur vieillesse, d’autres, y compris, les grands établissements respectés de recherche et d’étude en Israël, ont reçu illégalement des fonds substantiels ».

La requête de Picard, selon Globes, « repose sur la responsabilité délictuelle de l’enrichissement sans cause, qui stipule qu’une personne ou une entreprise qui a reçu un objet volé en bonne foi doivent le restituer à son propriétaire légal lorsque la source de l’objet volé a été révélée »

Jonathan Agmon, l’un des avocats de Picard, a déclaré : « Il y a trois ans, Hadassah Women’s Zionist Organization (à travers son organisation aux États-Unis) a restitué des millions de dollars reçus de [Madoff], une partie [des fonds] qui est provenue par Yeshaya, après avoir découvert que l’argent a été volé chez des clients floués [de Madoff]. Les accusés doivent emboîter le pas et retourner l’argent volé qu’ils ont reçu. En refusant de prendre le chemin moral et respectable, les défendeurs s’associent avec le voleur – Madoff – et non les victimes. Restituer l’argent volé est la bonne chose à faire ».

Dans une déclaration au nom des accusés, l’Association of University Heads of Israel a déclaré : « L’argent en question a été légalement donné aux universités et a déjà été utilisé pour la recherche et les besoins académiques. Les universités ne doivent pas et ne disposaient d’aucune information sur la façon dont l’Horowitz Association a fait ses investissements et toute demande de restutition de l’argent donné est sans fondement ».

Madoff, 77 ans, purge une peine de prison de 150 ans dans une prison fédérale en Caroline du Nord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...