Rechercher

L’Allemagne approuve son premier plan gouvernemental de lutte contre l’antisémitisme

Berlin veut combattre la haine des juifs au niveau social et politique et rendre la vie juive locale "visible" ; Katharina von Schnurbein salue une "étape importante" pour le pays

Felix Klein, commissaire du gouvernement fédéral pour la vie juive en Allemagne, s'exprime lors d'une conférence de presse sur le thème "Stopper l'antisémitisme, une action conjointe est nécessaire de la part de la politique et de la société civile" lors de la conférence de presse fédérale à Berlin, en Allemagne, le 8 novembre 2022. (Crédit : Christian Marquardt/NurPhoto via Getty Images)
Felix Klein, commissaire du gouvernement fédéral pour la vie juive en Allemagne, s'exprime lors d'une conférence de presse sur le thème "Stopper l'antisémitisme, une action conjointe est nécessaire de la part de la politique et de la société civile" lors de la conférence de presse fédérale à Berlin, en Allemagne, le 8 novembre 2022. (Crédit : Christian Marquardt/NurPhoto via Getty Images)

BERLIN (JTA) – Quelques jours avant que des informations sur un complot terroriste d’extrême droite visant à renverser le gouvernement allemand n’alimentent les craintes sur la montée de l’extrémisme dans le pays, les représentants du gouvernement ont approuvé le tout premier programme allemand spécifiquement conçu pour combattre l’antisémitisme et promouvoir la vie juive.

Approuvée jeudi dernier par l’ensemble du cabinet allemand et présentée à Berlin par Felix Klein, commissaire allemand à l’antisémitisme, la « Stratégie nationale contre l’antisémitisme et pour la vie juive » met en avant les meilleures pratiques et recommande de nouvelles actions à entreprendre aux niveaux politique et sociétal.

Le complot déjoué mercredi était orchestré par un groupe inspiré par les théories du complot de QAnon et l’idéologie d’extrême droite épousée par des partis dont l’influence ne cesse de croître en Europe, notamment l’AfD en Allemagne. Au moins 25 personnes, dont un ancien parlementaire et d’anciens membres des forces militaires spéciales allemandes, ont été arrêtées lors d’environ 130 raids, a rapporté CBS News. Le groupe, composé d’un vaste réseau souterrain, visait à attaquer le Bundestag, le Parlement allemand.

L’augmentation du nombre de néonazis et d’autres extrémistes dans l’armée allemande a alarmé les autorités ces dernières années. Les extrémistes de droite ont été impliqués dans de multiples attaques terroristes, notamment contre une synagogue à Halle en 2019.

Les données fédérales ont montré une hausse significative des crimes antisémites à travers le pays de 2020 à 2021, mais un rapport cette semaine du groupe de surveillance RIAS a montré que les incidents antisémites à Berlin au cours du premier semestre de cette année ont chuté à 450, contre un total de 574 au cours de la même période l’année dernière.

La nouvelle stratégie du gouvernement allemand identifie cinq champs d’action : la collecte de données, la recherche et l’évaluation précise de l’antisémitisme ; l’éducation en tant que prévention ; de nouvelles approches de la mémoire de la Shoah ; le renforcement de la sécurité ; et la visibilité de la vie juive actuelle et passée en Allemagne.

La police effectue un raid contre des membres présumés du groupe d’extrême droite Reichsbürger à Saaldorf, en Allemagne, le 7 décembre 2022. (Crédit : Bodo Schackow/picture alliance via Getty Images)

Le plan de 52 pages est une réponse à l’appel à l’action lancé par l’Union européenne en 2021, dans lequel les États membres étaient invités à soumettre des stratégies nationales de lutte contre l’antisémitisme avant la fin de 2022.

Le principal dirigeant juif d’Allemagne a salué la proposition.

« L’accent mis sur la perspective des personnes touchées est un signe important au bon moment pour la communauté juive d’Allemagne », a déclaré Josef Schuster, chef du Conseil central des Juifs d’Allemagne, dans un communiqué.

« Les incidents antisémites survenus à la Documenta et la façon dont ils ont été traités ont montré de manière flagrante comment les voix juives sont ignorées », a-t-il ajouté, en faisant référence aux œuvres controversées présentées à la foire internationale d’art de cette année, à Kassel.

Ce n’est pas la première fois que l’Allemagne redouble d’efforts pour lutter contre l’antisémitisme. Par le passé, les initiatives ont porté sur l’éducation à la démocratie, la sensibilisation des personnes ayant quitté les groupes extrémistes, les projets visant à présenter les Juifs et la diversité juive au public non juif, les lois introduites pour interdire les nouvelles formes d’expression antijuive, etc.

Avant l’anniversaire de la Nuit de cristal de cette année, le gouvernement a distribué des affiches remettant en cause une série de tropes, notamment des comparaisons entre Israël et les nazis.

Des policiers derrière les pierres tombales d’un cimetière juif proche du site d’une fusillade à Halle an der Saale, dans l’est de l’Allemagne, le 9 octobre 2019. (Crédit : Sebastian Willnow/dpa/AFP)

Klein a déclaré que le nouveau plan vise à regrouper et à améliorer les mesures existantes, à identifier les lacunes et à créer « des conditions optimales pour prévenir et combattre la haine des Juifs. » Il a fait spécifiquement référence à l’antisémitisme lié à la haine d’Israël, qui, selon lui, se développe dans les milieux intellectuels et universitaires.

Le Bundestag allemand a officiellement approuvé la définition de travail de l’antisémitisme formulée par l’Association internationale pour la mémoire de l’Holocauste, qui inclut certaines formes de critique d’Israël, en 2017.

Katharina von Schnurbein, commissaire européenne chargée de la lutte contre l’antisémitisme et de la promotion de la vie juive, également allemande, a qualifié la stratégie d' »étape importante pour l’Allemagne » qui pourrait « donner un élan important au niveau international ».

Katharina von Schnurbein, coordinatrice de l’UE pour la lutte contre l’antisémitisme, s’adressant au Conseil israélien des relations extérieures à Jérusalem, le 14 juillet 2016 (Crédit : Andres Lacko)

Il a fallu deux ans pour élaborer ce plan, auquel ont participé tous les ministères fédéraux et plus de 40 organisations juives et non juives de la société civile.

Schuster a salué la stratégie qui aborde les problèmes pratiques auxquels les Juifs sont confrontés aujourd’hui, notamment la pauvreté chez les immigrants juifs et l’antisémitisme dans les écoles. Elle aborde le fait que certaines écoles programment encore des examens sans tenir compte du calendrier juif, un exemple de ce qu’il a appelé « l’invisibilité ».

« L’engagement à concilier les dates d’examen avec les fêtes juives est un signal positif qui devrait être mis en œuvre rapidement », a déclaré Schuster.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.