Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

L’Allemagne augmente de 70 % le financement annuel de l’organisation faîtière juive

L'augmentation du budget du Conseil central des Juifs en Allemagne vise à renforcer la sécurité et à aider à soutenir la nouvelle Académie juive de Francfort

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (C) et le président du Conseil central des Juifs en Allemagne Josef Schuster (2e-L) assistent à un service de commémoration pour le premier anniversaire de l'attaque antisémite contre la synagogue de Halle, en Allemagne, le 9 octobre 2020. Illustration (Crédit : Ronny Hartmann/AFP)
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier (C) et le président du Conseil central des Juifs en Allemagne Josef Schuster (2e-L) assistent à un service de commémoration pour le premier anniversaire de l'attaque antisémite contre la synagogue de Halle, en Allemagne, le 9 octobre 2020. Illustration (Crédit : Ronny Hartmann/AFP)

JTA – L’Allemagne a augmenté de 70 % la subvention annuelle de l’organisation faîtière des Juifs d’Allemagne, dans le but de renforcer la sécurité et de soutenir un nouveau centre pour la vie intellectuelle juive sur le modèle d’un centre qui avait été fermé par les nazis à l’époque.

Le Conseil central des Juifs en Allemagne, qui distribue des fonds gouvernementaux aux communautés et institutions juives, recevra 22 millions d’euros de l’Allemagne à partir de l’année prochaine, contre 13 millions d’euros cette année.

La majeure partie de cette somme supplémentaire, soit 16 millions d’euros, servira à financer le fonctionnement de l’Académie juive de Francfort, a indiqué le président du Conseil central, Josef Schuster. La nouvelle institution, considérée comme l’héritière de la Maison juive d’étude libre, ou Lehrhaus, fondée en 1920 par le philosophe juif Franz Rosenzweig, est en chantier depuis plus de dix ans et devrait ouvrir ses portes en 2024.

Une fois ouverte, l’académie « formulera des perspectives juives sur les débats dans la société en général » et dans les contextes juifs, a déclaré Schuster lundi lors d’une cérémonie à Berlin pour célébrer l’accord de son groupe avec le gouvernement. « Elle apportera ainsi une contribution importante à l’ancrage de la pensée et des valeurs juives dans notre société. »

Le gouvernement allemand et le Conseil central ont conclu un premier contrat en 2002, plaçant pour la première fois l’organisation juive sur un pied d’égalité avec les églises catholique et protestante en termes de financement. (L’État n’a pas de contrat avec les musulmans d’Allemagne, qui ont plus d’une organisation faîtière.)

« La protection et le soutien à la communauté juive constituent aujourd’hui une part importante de notre responsabilité », a déclaré la ministre de l’Intérieur, Nancy Faeser, lors de la cérémonie de signature de lundi, ajoutant que l’augmentation des fonds permettrait de « renforcer les activités pédagogiques et les activités liées à la commémoration, ainsi que la sécurité des communautés juives ».

Le conseil a également mis en place un programme national de formation pour le personnel de sécurité des institutions juives, en coopération avec la chambre de commerce et d’industrie. Il consacre également des fonds à des projets relatifs à l’antisémitisme dans les écoles, notamment la formation des auteurs de manuels scolaires et la recherche de contenu antisémite dans les manuscrits de ces manuels.

Une voiture de police devant la synagogue de Gelsenkirchen, en Allemagne, le 13 mai 2021. (Crédit : Martin Meissner/AP)

Le premier contrat public, signé en novembre 2002 avec le chancelier de l’époque, Gerhard Schroeder, a cimenté la relation juridique entre le gouvernement allemand et le Conseil central de la communauté juive, une première depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’Allemagne subventionnait déjà le groupe de coordination juif, mais elle avait triplé son engagement à l’époque pour atteindre près de 3 millions de dollars afin de répondre aux besoins d’une population juive qui avait augmenté considérablement après 1990 avec l’arrivée d’émigrés de l’ex-Union soviétique.

Avant l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, l’Allemagne comptait environ 500 000 Juifs. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la plupart des survivants de la Shoah ont quitté l’Europe pour les États-Unis ou Israël, l’ex-Allemagne de l’Ouest ne comptait plus que 25 000 Juifs, pour la plupart des survivants d’Europe de l’Est. Les communautés juives d’Allemagne comptent aujourd’hui environ 90 000 membres, auxquels s’ajoutent quelque 100 000 personnes non affiliées. La grande majorité d’entre eux ont des racines dans l’ancienne Union soviétique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.