Rechercher

L’Américain pour qui le mur Occidental n’est pas en Israël pourrait perdre son poste (média)

David Berns, conseiller politique du consulat américain de Jérusalem, avait choqué ses homologues israéliens et a embarrassé l'administration Trump

David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
David Friedman, nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Israël, embrasse le mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 15 mai 2017. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le responsable américain qui avait choqué ses homologues israéliens en disant que le mur Occidental, le lieu de prière juif le plus saint, ne faisait pas partie d’Israël et n’était pas de la responsabilité d’Israël serait, selon la Deuxième chaîne, David Berns, conseiller politique du consulat américain de Jérusalem.

Un deuxième responsable américain, le conseiller économique du consulat, Jonathan Shrier, a lui aussi été impliqué dans cet incident diplomatique, qui s’est transformé en foire d’empoigne, selon la chaîne.

La Deuxième chaîne a indiqué que le poste de Berns pourrait être menacé, puisque l’incident a embarrassé l’administration de Donald Trump juste avant la visite du président américain en Israël la semaine prochaine.

Après la publication des propos de Berns lundi soir, le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait exprimé sa surprise et demandé des clarifications de la Maison Blanche, tout en affirmant qu’il pensait que ces déclarations ne représentaient pas l’opinion de Trump.

Peu après, la Maison Blanche avait dit au Times of Israël que « les propos sur le mur Occidental n’étaient pas autorisés et ne représentent pas la position des Etats-Unis, et certainement pas celle du président. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...