L’ancienne n°1 du Meretz, T. Zandberg, élue à la 2e place de la liste du parti
Rechercher

L’ancienne n°1 du Meretz, T. Zandberg, élue à la 2e place de la liste du parti

Le comité central du parti de gauche choisit des députés expérimentés plutôt que des parvenus pour occuper la tête de sa liste en vue du scrutin national du 17 septembre

De gauche à droite :  Gaby Lasky, Issawi Frej, Tamar Zandberg et Mossi Raz lors d'une conférence de presse du Meretz, le 17 juin 2019 (Crédit :  Elad Malka)
De gauche à droite : Gaby Lasky, Issawi Frej, Tamar Zandberg et Mossi Raz lors d'une conférence de presse du Meretz, le 17 juin 2019 (Crédit : Elad Malka)

Le parti de gauche Meretz a désigné sa dirigeante récemment déchue, Tamar Zandberg, à la deuxième place de la liste électorale législative en vue du scrutin de septembre, lors d’un vote interne organisé jeudi.

Le vote n’était ouvert qu’au millier de membres qui compose son comité central, craignant que des primaires ouvertes lui soient trop coûteuses si peu de temps après les précédentes élections d’avril.

Plus de 800 voix se sont exprimées, soit une participation de 85,3 % d’après la formation.

Son nouveau dirigeant, Nitzan Horowitz, ancien député Meretz, a été élu à la première place il y a deux semaines, dans le cadre d’une élection distincte, raflant le poste à Tamar Zandberg, qui ne l’aura occupé qu’un peu plus d’un an.

Après Nitzan Horowitz et Zandberg, suivent le député chevronné Ilan Gilon, puis Issawi Frej, l’ancien député Mossi Raz et Michal Rozin à la sixième place, a fait savoir le parti jeudi.

Nitzan Horowitz, le chef nouvellement élu du parti Meretz, montre sa joie alors qu’il prononce son discours de victoire, après avoir pris la tête du parti lors d’un vote qui s’est tenu à Tel aviv le 27 juin 2019. (Gili Yaari / Flash90)

Le Meretz n’avait remporté que quatre sièges parlementaires en avril, et ne devrait pas dépasser les cinq en septembre d’après des sondages.

La constitution de la liste laisse indiquer un désir de stabilité, des députés antérieurs et actuels ayant battu les nouveaux venus et arrivistes.

« Nous avons une équipe excellente, expérimentée », s’est félicité Nitzan Horowitz dans un communiqué après l’annonce des résultats..

La liste comprend « des femmes et des hommes, des Juifs et des Arabes, du centre [du pays] et de sa périphérie », a-t-il ajouté.

Les citoyens « ne sont plus dupes des illusions du dernier scrutin ; la gauche s’est réveillée, se renforce et revient à sa place ».

Le Meretz serait en discussion avec le Parti travailliste et d’autres formations de gauche pour former une liste de gauche unie en septembre.

Le n°1 du Meretz, Nitzan Horowitz, pose avec le député de son parti, Ilan Gilon, devant un bureau de vote à Tel Aviv le 11 juillet 2019, le comité central du parti devant voter pour la constitution de la liste électorale pour les élections du 17 septembre. (Crédit : Flash90)

Ce scrutin interne est survenu au lendemain du lancement de la campagne du parti, avec comme slogan, « Cette fois-ci, le Meretz ».

Il a promis de s’engager encore plus pour la réduction des fractures sociales, dans la lutte contre la discrimination des femmes, des arabes et de la communauté LGBT, dans la conclusion de la paix avec les Palestiniens et la baisse des inégalités économiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...