L’AP veut arrêter un dessinateur de Gaza pour une caricature de « sexe » avec un Juif
Rechercher

L’AP veut arrêter un dessinateur de Gaza pour une caricature de « sexe » avec un Juif

Le caricaturiste violemment anti-israélien Bahaa Yassin est accusé d'avoir insulté les femmes et le drapeau palestiniens

La caricature de Bahaa Yassin accusant la Cisjordanie et ses agences de sécurité de collaborer avec Israël (Crédit : Bahaa Yassin / Autorisation Palestinian Media Watch)
La caricature de Bahaa Yassin accusant la Cisjordanie et ses agences de sécurité de collaborer avec Israël (Crédit : Bahaa Yassin / Autorisation Palestinian Media Watch)

Le parquet palestinien en Cisjordanie a récemment émis un mandat d’arrêt contre le caricaturiste Bahaa Yassin basé à Gaza, pour insultes au drapeau et aux femmes palestiniennes dans des dessins récents.

Bien que le mandat d’arrêt ait été déposé le 1er décembre, les informations sur la decision ne sont parues que dimanche quand une copie du document a été fournie aux médias palestiniens par l’un des plaignants.

Connu pour ses caricatures politiques, souvent violentes, Yassin a suscité un tollé général en juin dernier quand il a posté un dessin sur sa page Facebook dépeignant la Cisjordanie comme une femme habillée en jaune – une couleur associée au parti Fatah de Mahmoud Abbas – ayant des rapports sexuels avec un homme juif ultra-orthodoxe stéréotypé, symbolisant Israël.

La caricature, qui accusait le Fatah de collaborer avec l’Etat juif, a été jugé insultante par de nombreux Palestiniens de tout le spectre politique, qui se sont opposés à son imagerie sexuelle explicite.

Les caricatures de Yassin dépeignent souvent la violence intense et prônent ouvertement le meurtre d’Israéliens. Il est connu pour faire l’éloge des attaques terroristes dans ses dessins, comme celui qu’il a publié en novembre 2014 suite à une attaque terroriste contre des fidèles dans une synagogue de Jérusalem dans laquelle cinq hommes sont morts.

Suite aux réactions négatives, Yassin a retiré la caricature et l’a remplacée une autre montrant une femme de Cisjordanie debout fière avec un couteau ensanglanté après avoir poignardé un Juif et reprimendant une autre femme qui représente le Fatah en disant : « Je vais venger mes enfants et te venger, O Autorité [palestinienne] de la honte ! »

La caricature modifiée de Bahaa Yassin (Crédit : page Facebook de Bahaa Yassin)
La caricature modifiée de Bahaa Yassin (Crédit : page Facebook de Bahaa Yassin)

À l’époque, le porte-parole du ministère de l’Intérieur du Hamas, Iyad El-Bozom, avait critiqué le premier dessin sur Facebook et déclaré que les dirigeants de Gaza envisageaient de poursuivre l’artiste pour « offense à notre peuple, leur résistance et leur lutte. »

Finalement le Hamas semble ne pas avoir donné suite à ses menaces, mais cela n’a pas empêché un groupe de trois résidents de Cisjordanie particulièrement irrités de reprendre le dossier.

L’un des plaignants, Hassan Salim, a révélé dimanche à al-Watan news qu’ils avaient déposé la plainte initiale contre Yassin parce que ses dessins « insultaient les femmes palestiniennes » et « montraient du mépris pour le drapeau palestinien. »

Cette dernière accusation se réfère à une image postée par Yassin sur sa page Facebook montrant la photo d’un âne combinée avec le drapeau palestinien.

« Le drapeau palestinien est un symbole de la liberté pour chaque Palestinien et homme libre dans le monde. Ces dessins rabaissent le drapeau palestinien et portent atteinte à son symbolisme à son aspect sacré », a dit Salim.

Une image créée par le caricaturiste palestinien Bahaa Yassin montrant la photo d'un âne combinée avec le drapeau palestinien (Facebook)
Une image créée par le caricaturiste palestinien Bahaa Yassin montrant la photo d’un âne combinée avec le drapeau palestinien (Facebook)

Selon Salim, le tribunal de district de Ramallah a tenu une session jeudi dernier où ils ont demandé le renvoi de Yassin devant le bureau du procureur palestinien pour y être jugé. Selon Salim, Yassin doit être arrêté s’il entre dans une zone sous souveraineté de l’Autorité palestinienne et s’il ne le fait pas, il doit être jugé par contumace.

Heureusement pour Yassin, le mandat d’arrêt délivré a peu de poids puisque le tribunal de Ramallah n’a pas compétence dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas où il réside.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...