Rechercher

L’Arabie saoudite accuse l’Iran et le Hezbollah d’aider les rebelles au Yémen

"Le Hezbollah forme les Houthis à piéger et utiliser des drones à l'aéroport", a déclaré le général Turki al-Maliki

Drapeau de l'Arabie saoudite (Crédit : Wikimedia commons)
Drapeau de l'Arabie saoudite (Crédit : Wikimedia commons)

La coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen a accusé dimanche l’Iran et le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah d’avoir aidé les rebelles pro-Iran Houthis à attaquer son territoire, au lendemain de frappes meurtrières.

Ces derniers jours, la coalition a visé des positions des rebelles Houthis, proches de l’Iran, dans la capitale du Yémen, Sanaa, qu’ils contrôlent depuis le début du conflit en 2014.

La coalition, qui soutient depuis 2015 le gouvernement yéménite dans sa guerre contre les rebelles, les a accusés d’avoir « militarisé » l’aéroport de Sanaa, fermé aux vols humanitaires depuis mardi après des raids saoudiens.

« Le Hezbollah forme les Houthis à piéger et utiliser des drones à l’aéroport », a déclaré le général Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition.

Une manifestante libanaise porte son chien et tient une pancarte lors d’une manifestation contre le groupe terroriste Hezbollah et la visite du ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, Beyrouth, Liban, 6 octobre 2021. (AP Photo/Hussein Malla)

« Les Houthis utilisent l’aéroport de Sanaa comme point principal de lancement de missiles balistiques et de drones » vers l’Arabie saoudite, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Ryad.

Il a diffusé des images de ce qui est, selon lui, « le siège des experts iraniens et du Hezbollah à l’aéroport » de Sanaa, ainsi que des hommes présentés comme des membres du mouvement terroriste chiite libanais.

Turki al-Maliki a appelé à la « responsabilité de la communauté internationale » pour faire « cesser ces actes hostiles » contre le royaume.

Missiles sol-air iraniens saisis par la marine américaine dans une cargaison destinée aux rebelles houthis au Yémen, le 9 février 2020. (Ministère américain de la justice)

Représailles saoudiennes

Le conflit s’est intensifié au Yémen ces derniers jours, l’Arabie saoudite ayant déclenché samedi une opération militaire « à grande échelle » dans le pays après que deux personnes ont été tuées et sept blessées sur son propre territoire, dans une attaque revendiquée par les Houthis.

Si les rebelles yéménites attaquent régulièrement l’Arabie saoudite voisine, ciblant des aéroports et des infrastructures pétrolières, il s’agissait de la première attaque mortelle touchant le royaume depuis 2018.

En représailles, trois personnes ont péri et six autres ont été blessées, selon des médecins yéménites, lors de frappes aériennes menées par la coalition au nord-ouest de Sanaa.

Des combattants loyaux aux rebelles houthis lors d’un rassemblement en soutien aux négociations de paix en cours qui avaient eu lieu en Suède, photo prise à Sanaa, au Yémen, le 13 décembre 2018. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

La coalition a affirmé plus tôt dimanche avoir détruit des entrepôts d’armes à Sanaa, selon l’agence officielle saoudienne SPA.

L’Arabie saoudite accuse depuis longtemps l’Iran de fournir des armes aux Houthis et le Hezbollah de former les insurgés. Si Téhéran reconnaît son soutien politique aux rebelles, il dément leur fournir des armes.

L’ambassadeur de l’Arabie saoudite au Yémen, Mohammed al-Jaber, avait comparé samedi sur Twitter les Houthis au Hezbollah, affirmant qu’ils utilisent des armes iraniennes pour attaquer son pays.

Jeudi, la marine américaine a annoncé avoir saisi 1 400 fusils d’assaut AK-47 et des munitions sur un bateau de pêche parti d’Iran et à destination des rebelles yéménites.

Un partisan des rebelles chiites Houthis, avec une ceinture de munitions placée sur sa tête, assiste à une célébration à Sanaa, au Yémen, le 9 novembre 2019. (Crédit : Hani Mohammed/AP)

« Escalade contre escalade »

Depuis le déclenchement du conflit il y a sept ans, les Houthis ont progressivement pris le contrôle d’une vaste partie du nord du Yémen en dépit de l’intervention de la coalition militaire.

A Sanaa, les Houthis ont promis de « répondre à l’escalade par l’escalade ». « Nous n’hésiterons pas à mener des opérations ciblées dans la période à venir », a déclaré leur porte-parole militaire Yahya Saree, lors d’une allocution diffusée par la chaîne yéménite pro-rebelles Al-Massirah.

Les récentes attaques des Houthis contre l’Arabie saoudite ont été condamnées par plusieurs pays, dont les Etats-Unis et la France.

Des partisans loyaux aux rebelles houthis scandent des slogans en brandissant des armes lors d’un rassemblement visant à mobiliser plus de combattants pour le mouvement Houthi à Sanaa, au Yémen, le 25 février 2020. (Crédit : AP Photo/Hani Mohammed)

Ces attaques « perpétuent le conflit, prolongent la souffrance de la population yéménite et mettent en danger les Saoudiens, ainsi que les 70 000 ressortissants américains qui résident en Arabie », a indiqué l’ambassade des Etats-Unis à Ryad dans un communiqué samedi.

Dans un tweet, l’ambassadeur de France, Ludovic Pouille, a de son côté présenté ses condoléances aux familles saoudiennes touchées par les attaques des rebelles, qu’il a qualifiées de « barbares ».

Selon les Nations unies, la guerre au Yémen a causé la mort de 377 000 personnes, dont plus de la moitié en raison des conséquences indirectes du conflit, notamment le manque d’eau potable, la faim et les maladies.

Mercredi, le Programme alimentaire mondial de l’ONU s’est dit « contrainte » de réduire l’aide au Yémen, faute de fonds suffisants, en dépit de la hausse de la faim et des risques de famine dans ce qui est l’une des pires crises humanitaires au monde.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...