L’Arabie saoudite met la pression sur les antivax pour relancer son économie
Rechercher

L’Arabie saoudite met la pression sur les antivax pour relancer son économie

Ryad a interdit pèlerinages, voyages à l'étranger mais aussi l'accès aux universités, centres commerciaux et bureaux ; la politique d'incitation à la vaccination est controversée

Le premier citoyen saoudien à recevoir le vaccin anti-COVID-19 de Pfizer-BioNTech à Ryad, en Arabie Saoudite. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)
Le premier citoyen saoudien à recevoir le vaccin anti-COVID-19 de Pfizer-BioNTech à Ryad, en Arabie Saoudite. (Crédit : Fayez Nureldine/AFP)

L’Arabie saoudite a décidé de serrer la vis concernant les sceptiques du vaccin anti-coronavirus, leur interdisant pèlerinages, voyages à l’étranger mais aussi l’accès aux universités, centres commerciaux et bureaux, une politique d’incitation à la vaccination controversée.

Ryad veut relancer le tourisme, les événements sportifs et le divertissement, secteurs très affectés par la crise sanitaire et essentiels au plan « Vision 2030 » devant diversifier son économie tributaire du pétrole.

Suscitant des mécontentements, Ryad n’a ainsi autorisé que les pèlerins vaccinés, ou ceux s’étant remis du Covid-19 au cours des six derniers mois, à effectuer la Omra, le petit pèlerinage musulman réalisable tout au long de l’année.

Une mesure similaire devrait être prise pour le grand pèlerinage annuel du hajj, selon des sources proches du gouvernement.

Les pèlerins musulmans se rassemblent à la Grande Mosquée de La Mecque, la ville sainte de l’Arabie saoudite, le 7 août 2019, avant le début du pèlerinage annuel du Hadj dans cette ville sainte. (Photo par FETHI BELAID / AFP)

A la réouverture des frontières en mai, seules les personnes vaccinées ou immunisées ont par ailleurs été autorisées à voyager à l’étranger.

Le royaume a également annoncé que la vaccination serait obligatoire à partir d’août pour entrer dans les établissements gouvernementaux et privés, y compris les lieux d’enseignement et de divertissement, ainsi que les transports en commun. Et seuls les employés vaccinés dans les secteurs public et privé pourront retourner sur leur lieu de travail.

Ces mesures ont entraîné des critiques, notamment sur les réseaux sociaux avec les hashtags « Non à la vaccination obligatoire » et « Mon corps, mon choix ».

« Tu ne pourras plus faire toutes les choses suivantes (…) Voyager! Travailler! Aller dans les lieux publics! Même pas acheter de la nourriture! Ni étudier! », a tweeté avec virulence un internaute.

« Coercitif »

Les mesures saoudiennes contrastent avec la politique incitative de certains pays comme les Etats-Unis, où les médias ont évoqué des bonus en liquide, des tickets pour des matches de baseball et même des bières gratuites pour encourager les vaccinations.

« Une monarchie comme l’Arabie saoudite peut mettre en place de tels principes et cela sera probablement efficace pour pousser ceux qui ne voulaient pas être vaccinés », explique à l’AFP Monica Gandhi, professeure de médecine à l’Université de Californie. « Cependant, cela peut être perçu comme coercitif. »

D’autres gouvernements de la région ont pris des mesures similaires. Aux Emirats arabes unis, Dubaï a indiqué en mai que les personnes non vaccinées ne pourraient assister aux événements sportifs et aux concerts.

Une vue générale de Dubaï est photographiée depuis la tour Burj Khalifa, le plus haut bâtiment du monde, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 8 novembre 2016. (AP Photo/Jon Gambrell/File)

La semaine dernière, Bahreïn a dit prévoir des restrictions temporaires, autorisant uniquement l’accès aux centres commerciaux, restaurants, cinémas et salons de beauté aux personnes immunisées.

Au Qatar, au Koweït et aux Emirats, des citoyens ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux pour dénoncer la « vaccination obligatoire ».

Mais l’Arabie saoudite, plus grande économie arabe, semble déterminée à aller de l’avant, au moment où elle se prépare à organiser des événements très médiatisés pour adoucir son image ultraconservatrice.

« Choix personnels » 

Ryad pourrait offrir un montant record de plus de 150 millions de dollars pour organiser un match de boxe entre Tyson Fury et Anthony Joshua cette année, a rapporté en avril la chaîne américaine ESPN.

Le royaume devrait aussi accueillir un sommet sur l’investissement en octobre et son tout premier Grand Prix de Formule 1 en décembre.

« Les vaccinations sont cruciales pour relancer le moteur économique du pays à pleine vitesse », estime Robert Mogielnicki, de l’Institut des pays arabes du Golfe à Washington.

« Un taux de vaccination plus important aidera les industries non pétrolières stratégiques comme le tourisme. Les responsables saoudiens veulent assurer que la fête continue avec plus de concerts et d’événements culturels », ajoute-t-il en allusion à la récente ouverture du royaume ultraconservateur aux divertissements.

Mais la façon dont Ryad compte s’y prendre pour vacciner le gros de sa population avant août reste peu claire.

Des flacons de vaccin anti-coronavirus Pfizer/BioNTech dans une chambre froide avant d’être emballés pour être livrés dans un entrepôt d’une banlieue de Paris, le 30 mars 2021. (Crédit : Joel Saget/AFP)

Le ministère de la Santé dit avoir déjà administré plus de 12 millions de doses, dans le pays de 34 millions d’habitants.

Face à une pénurie, il a cependant retardé l’administration des deuxièmes doses pour de nombreux résidents malgré une augmentation des infections. Le pays a recensé officiellement plus de 440 000 cas et 7 200 décès.

Les autorités sont peu promptes à tolérer les hésitations qui, comme dans d’autres pays, sont alimentées par la désinformation mais aussi par les inquiétudes sur les effets méconnus à long-terme des vaccins.

« Il y a peu de place pour les choix personnels qui vont à l’encontre du plan saoudien Vision 2030 », souligne M. Mogielnicki.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...