L’Arabie saoudite pourrait bientôt normaliser ses relations avec Israël
Rechercher

L’Arabie saoudite pourrait bientôt normaliser ses relations avec Israël

Un responsable de la défense déclare que le royaume pourrait être le prochain à "franchir le cap", alors qu’Israël a normalisé ses relations avec le Soudan

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à gauche, s'adresse à son père, le roi Salmane, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, le 9 décembre 2018. (Autorisation : Agence de presse saoudienne via AP)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à gauche, s'adresse à son père, le roi Salmane, lors d'une réunion du Conseil de coopération du Golfe à Riyad, le 9 décembre 2018. (Autorisation : Agence de presse saoudienne via AP)

Un haut responsable de la défense a anticipé jeudi que l’Arabie saoudite allait bientôt normaliser ses relations avec Israël.

Le responsable a formulé ces commentaires lors d’un échange avec des journalistes pendant la visite du ministre de la Défense Benny Gantz aux États-Unis, alors que des rumeurs se propagaient, selon lesquelles le Soudan était sur le point de suivre les Émirats arabes unis et le Bahreïn vers la normalisation des relations diplomatiques avec l’État juif. Ce qu’il a fait ce vendredi.

« Bientôt le Soudan et plus tard l’Arabie saoudite franchiront le cap », avait déclaré le responsable cité par les médias israéliens, sans donner de détails.

Les dirigeants saoudiens ont publiquement exclu d’établir des relations avec Israël avant la création d’un État palestinien, bien qu’ils se soient réjouis des accords de normalisation entre l’État juif et les États arabes du Golfe signés à Washington le mois dernier.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a encouragé la semaine dernière l’Arabie saoudite à reconnaître Israël.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, à droite, écoute le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin-Farhan al-Saud, lors de leur rencontre au Département d’État, le 14 octobre 2020 à Washington. (Manuel Balce Cenate / Pool / AFP)

« Nous espérons que l’Arabie saoudite envisagera également de normaliser ses relations [avec Israël]. Nous voulons les remercier pour l’aide qu’ils ont déjà apportée au succès des accords d’Abraham », a déclaré Pompeo en accueillant le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin-Farhan al-Saud, à Washington.

Lorsque la Maison Blanche a annoncé en août que les Émirats arabes unis et Israël s’étaient mis d’accord pour établir des relations diplomatiques complètes – rejoints par le Bahreïn quelques semaines plus tard – l’Arabie saoudite s’est abstenue de critiquer l’accord ou d’organiser un sommet pour les condamner, malgré l’insistance palestinienne. Les Palestiniens ont qualifié ces accords de « trahison de Jérusalem, de la mosquée al-Aqsa et de la cause palestinienne », mais les médias saoudiens, contrôlés par le gouvernement, les ont salués comme historiques et positifs pour la paix dans la région.

Le royaume a également autorisé l’utilisation de l’espace aérien saoudien pour les vols israéliens vers les Émirats arabes unis, une décision annoncée au lendemain de la rencontre entre Jared Kushner, gendre et conseiller principal de Trump, et le prince héritier Mohammed ben Salmane à Riyad. Kushner a poussé les États arabes à normaliser leurs relations avec Israël et a insinué que l’Arabie saoudite pourrait éventuellement normaliser ses relations avec l’État juif.

Il semble que des liens secrets entre Israël et l’Arabie saoudite se soient développés ces dernières années. Ce changement de politique aurait été opéré par le prince héritier, qui considère Israël comme un partenaire stratégique dans la lutte contre l’influence iranienne dans la région.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à droite, rencontre le conseiller présidentiel Jared Kushner à Riyad, en Arabie saoudite, le 1er septembre 2020. (Agence de presse saoudienne via AP)

Certains responsables saoudiens ont également renforcé leur critique des Palestiniens.

Dans une récente interview, l’ancien ambassadeur saoudien aux États-Unis et ancien chef du renseignement, le prince Bandar ben Sultan, ont qualifié de « ratés » les dirigeants palestiniens, dont les échecs ont ruiné les opportunités de paix depuis des décennies.

« La cause palestinienne est une cause juste, mais ses partisans sont des échecs. La cause israélienne est injuste, mais ses défenseurs ont réussi. Cela résume les événements des 70 ou 75 dernières années », a déclaré ben Sultan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...