L’armée enquête sur des soldats qui ont frappé un Palestinien à Hébron
Rechercher

L’armée enquête sur des soldats qui ont frappé un Palestinien à Hébron

L’armée va étudier l’incident après des photos montrant des soldats frappant un homme désarmé

Un soldat israélien donne un coup de pied à un Palestinien pendant son arrestation à Hébron, en Cisjordanie, le 20 septembre 2016. (Crédit : AFP/Hazem Bader)
Un soldat israélien donne un coup de pied à un Palestinien pendant son arrestation à Hébron, en Cisjordanie, le 20 septembre 2016. (Crédit : AFP/Hazem Bader)

L’armée a indiqué mercredi enquêter sur le comportement de soldats au cours d’une arrestation à Hébron suite à la publication de photos de soldats frappant un Palestinien non armé.

Les photos publiées dans la presse montre des soldats donnant des coups de pieds à l’homme et le frappant à la tête, puis le bousculant violemment pour le mettre à terre avant de l’arrêter.

L’armée a annoncé qu’une enquête préliminaire avait montré que l’homme avait refusé une inspection des soldats, plus nombreux dans la ville suite au pic de violence des récentes attaques.

« L’utilisation de la force est en cours de vérification et l’incident est en train d’être examiné », a indiqué l’armée dans un communiqué.

La semaine dernière a été le témoin d’un regain d’attaques, après quelques mois où la violence qui a marqué 2015 et le début de 2016 semblait avoir diminué. Entre vendredi et mardi, des assaillants palestiniens ont quotidiennement attaqué des forces de sécurité à Jérusalem et dans la région de Hébron, où vivent des Palestiniens en étroite proximité avec des juifs et des soldats israéliens.

Des responsables craignent que la période des fêtes juives qui approche et la fin de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha puissent être à l’origine de ces tensions accrues.

Mercredi matin, des soldats en garde à un checkpoint du nord de la Cisjordanie ont tiré sur une jeune Palestinienne de 13 ans, la blessant, au cours de ce qui semblerait une tentative de suicide, alors qu’elle transportait un sac et qu’elle n’a pas tenu compte de leurs appels à s’arrêter.

Au cours d’une enquête préliminaire sur cet incident, l’adolescente a déclaré « je suis venue mourir », selon le ministère de la Défense.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...