L’armée lève la fermeture de Qabatiya, ville des terroristes de Jérusalem
Rechercher

L’armée lève la fermeture de Qabatiya, ville des terroristes de Jérusalem

L’armée avait fermé Qabatiya mercredi, à la suite de l’attaque mortelle à main armée et au couteau qui a tué une policière de 19 ans

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Qabatiya, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 4 février 2016. Illustration. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes à Qabatiya, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 4 février 2016. Illustration. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Israël a levé samedi soir la fermeture d’une ville de Cisjordanie où habitaient les trois Palestiniens responsables d’une attaque au couteau et à main armée fatale qui a tué une policière de la police des frontières de 19 ans.

« A la suite d’une évaluation opérationnelle, les entrées et les sorties de Qabatiya seront rouvertes », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué samedi.

L’armée avait fermé et mis en place des checkpoints autour de Qabatiya, ville de 15.000 habitants du nord de la Cisjordanie, mercredi soir, à la suite de l’attaque menée par Ahmad Zakarna, Muhammad Kamil et Ahmad Abu Al-Roub, qui ont poignardé et tiré sur des policiers devant la Vieille Ville de Jérusalem, tuant Hadar Cohen et blessant sérieusement une autre policière.

Cohen a été enterrée jeudi.

Les trois terroristes ont été tués sur place par les forces de sécurité.

Qabatiya, près de Jénine, est l’un des centres de population palestiniens d’où ont émergé des terroristes dans la vague actuelle de violence, une liste qui comprend le village de Samua, près de Hébron, et les camps de réfugiés de Shuafat et Qalandiya près de Jérusalem.

Les trois Palestiniens qui ont tué Hadar Cohen pendant une atatque le 3 février 2016 devant la porte de Damas, à Jérusalem, comme ils sont présentés dans les médias palestiniens. Le texte dit : 'martyr' Ahmad Zakarna, ‘martyr’ Muhammad Kamil et ‘martyr’ Ahmad Abu Al-Roub (Crédit : Palestinian Media Watch)
Les trois Palestiniens qui ont tué Hadar Cohen pendant une atatque le 3 février 2016 devant la porte de Damas, à Jérusalem, comme ils sont présentés dans les médias palestiniens.
Le texte dit : ‘martyr’ Ahmad Zakarna, ‘martyr’ Muhammad Kamil et ‘martyr’ Ahmad Abu Al-Roub (Crédit : Palestinian Media Watch)

Des milliers de résidents de la ville ont assisté vendredi aux funérailles de Zakarna, Kamil et Al-Roub, après qu’Israël a rendu à leurs familles les corps des trois terroristes plus tôt ce jour-là.

Des officiels militaires ont déclaré à la Deuxième chaîne que les corps avaient été remis après la promesse des familles que les funérailles des trois hommes ne seraient pas transformées en rassemblement incitant à d’autres violences.

Hadar Cohen, 19 ans, l'une des victimes de l'attaque de la Vieille Ville le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)
Hadar Cohen, 19 ans, l’une des victimes de l’attaque de la Vieille Ville le 3 février 2016 (Crédit : police israélienne)

Les forces israéliennes ont mené plusieurs raids à Qabatiya mercredi soir et jeudi, arrêtant plusieurs personnes et préparant à la démolition les maisons des trois terroristes.

Trois soldats avaient été légèrement blessés par des manifestants qui jetaient des pierres pendant les opérations en ville. Quatre Palestiniens ont été blessés quand les soldats ont retourné le feu, dont un qui était en condition critique après avoir été blessé à la tête par une balle réelle, selon l’agence de presse palestinienne Maan.

Une bombe artisanale avait été jetée vendredi sur les troupes israéliennes s’occupant d’un barrage routier dans la banlieue de Qabatiya.

L’AFP et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...