Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

L’armée nie que Sinwar se soit enfui dans le Sinaï ; reprise des combats dans la ville de Gaza

Un soldat est mort, ce qui porte le bilan humain à 236. Poursuite des combats à Khan Younès et arrivée au Caire du chef du Hamas pour une reprise des pourparlers sur les otages

Des soldats déployés dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 20 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats déployés dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée le 20 février 2024 (Crédit : Armée israélienne)

Mardi, les autorités israéliennes ont démenti l’information donnée par un média saoudien selon laquelle elles craindraient que le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, ne se soit réfugié en Égypte en empruntant le vaste réseau de tunnels qui passent sous la frontière en même temps qu’annoncé la reprise des combats dans certaines parties de la ville de Gaza.

L’information de Elaph, en langue arabe, est sortie au même moment que l’annonce par l’armée israélienne de la poursuite des combats dans la ville méridionale de Khan Younès, sur fond d’opposition généralisée à l’extension de l’offensive jusqu’à Rafah, dans le sud, et des 236 morts côté israélien suite à la mort d’un réserviste à Kahn Younès la semaine dernière.

Selon l’information publiée par Elaph ce mardi, les forces de l’ordre israéliennes pensent que les dirigeants du Hamas, à commencer par Sinwar et son frère Mohammed, se sont échappés il y a peu vers la péninsule égyptienne du Sinaï via des tunnels de Rafah, et ont peut-être pris des otages comme boucliers humains.

Il est impossible de confirmer ou non cette information, adossée à une source unique, sachant en outre que les précédentes informations d’Elaph se sont révélées erronées.

L’armée israélienne a assuré n’avoir aucune information sur une possible fuite de Sinwar.

Sinwar n’a pas été vu en public depuis l’attaque du 7 octobre menée par le Hamas, au cours de laquelle près de 1 200 personnes ont été tuées en Israël, essentiellement des civils. Les milliers d’assaillants qui ont envahi le sud d’Israël ont commis des actes d’une grande brutalité, dont des violences sexuelles généralisées, et pris 253 otages séquestrés à Gaza.

Israël a réagi à cette attaque par une offensive aérienne, maritime et terrestre destinée à renverser le Hamas et libérer les otages, dont plus de la moitié sont toujours en captivité. Si l’armée affirme avoir détruit 75% des bataillons du Hamas, les dirigeants du groupe terroriste – Sinwar au premier chef – sont eux toujours en liberté.

Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, dans un tunnel à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 10 octobre 2023. (Crédit : Porte-parole de Tsahal)

Le chef politique du groupe terroriste au Qatar, Ismail Haniyeh, est quant à lui arrivé au Caire mardi pour négocier un cessez-le-feu et libérer les 134 otages – vivants ou leur dépouille – retenus à Gaza.

Les négociations menées par les autorités américaines, qataries et égyptiennes semblent au point mort, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ayant qualifié les demandes du groupe terroriste de « délirantes » et exclu de renvoyer une délégation israélienne au Caire suite à sa première visite, la semaine dernière.

Le Conseil de sécurité de l’ONU est sur le point d’examiner une proposition algérienne demandant un cessez-le-feu humanitaire immédiat, malgré le veto annoncé des États-Unis.

Washington a déclaré que la résolution pourrait perturber ces délicates négociations et proposé en conséquence une proposition alternative faite d’un cessez-le-feu temporaire pour arrêter l’avancée israélienne sur Rafah, où près d’un million de Gazaouis déplacés ont trouvé refuge.

Cette photo prise à Rafah montre de la fumée au-dessus de Khan Younès dans le sud de la bande de Gaza pendant les frappes israéliennes le 20 février 2024. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

L’armée israélienne a déclaré mardi que ses soldats avaient tué des dizaines de membres du Hamas ces dernières 24 heures, un grand nombre d’entre eux à Khan Younès. Tsahal a combattu et tué à bout portant de nombreux hommes armés, certains armés de lance-roquettes, et bombardé depuis les airs un dépôt d’armes dans la ville.

Lundi, elle déclarait avoir tué 12 000 membres du Hamas depuis le début des combats, le 7 octobre, soit le double du nombre rapporté par le Hamas.

Selon l’armée, 236 soldats israéliens ont été tués lors des combats, le dernier en date ayant succombé aux blessures subies le 15 février lors d’une bataille avec des membres du Hamas à Khan Younès.

Il s’agit du sergent-major Maoz Morell, 22 ans, membre de l’unité de reconnaissance de la brigade parachutiste et originaire de Talmon.

Un autre soldat, le sergent-major Rotem Sahar Hadar, avait été tué lors de la même bataille.

Le sergent chef Maoz Morell (Crédit : Armée israélienne)

Ce mardi, l’armée a confirmé se trouver encore à l’hôpital Nasser de Khan Younès, où ses soldats détiennent plus de 200 suspects de terrorisme, la plupart d’entre eux liés à la séquestration des otages du Hamas.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, qui a déclaré mardi avoir évacué 32 patients ces derniers jours, l’établissement n’est plus en état de fonctionner, là où l’armée israélienne assure tout faire pour que que l’hôpital demeure opérationnel, notamment au moyen de l’approvisionnement en électricité.

« L’hôpital Nasser n’a ni électricité ni eau courante, et les déchets médicaux qui s’ajoutent aux ordures sont un terreau propice à la propagation des maladies », a déclaré l’OMS dans un communiqué mardi.

Israël a apporté la preuve de l’utilisation par le Hamas des installations hospitalières de Gaza, notamment en s’approvisionnant en électricité à ses dépens ou en construisant des bunkers souterrains sous les hôpitaux, ce qui en fait des cibles militaires légitimes pour Israël.

L’armée s’est jusqu’ici abstenue d’envahir la zone de Rafah, ultime bastion du Hamas situé à l’extrémité sud de Gaza, mais elle a indiqué mardi qu’elle pourrait reprendre les combats dans deux quartiers de la ville de Gaza et a appelé les habitants à évacuer vers la « zone humanitaire » d’al-Mawasi, sur la côte sud de Gaza.

Des soldats interviennent à Gaza, dans une image distribuée par l’armée israélienne aux fins de publication, le 19 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Mardi, les médias palestiniens ont fait état de victimes lors des frappes israéliennes sur Zeitoun, l’un des deux quartiers en question.

Au début de l’offensive terrestre d’Israël contre le Hamas, l’armée israélienne a appelé tous les civils palestiniens du nord de Gaza à évacuer vers le sud, mais tous n’ont pas obtempéré.

Selon les autorités sanitaires du Hamas, plus de 29 000 personnes ont été tuées à Gaza, mais ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés et ne font pas le distinguo entre hommes armés et civils.

La guerre a provoqué une crise humanitaire dans la bande de Gaza, avec une grande partie de la population victime de déplacement et menacée de famine.

Des bénévoles distribuent des rations de soupe de lentilles corail à des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024 (Crédit : SAID Khatib/AFP)

L’organisation des Nations Unies pour le bien-être des enfants a indiqué mardi qu’un enfant sur six, dans le nord de Gaza, souffrait de malnutrition sévère.

La pénurie de nourriture et d’eau à Gaza expose les enfants et femmes de la bande de Gaza à un fort regain de malnutrition, a averti l’UNICEF, ajoutant que la situation était sur le point « d’alourdir encore le niveau déjà insupportable des décès infantiles ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.