Israël en guerre - Jour 139

Rechercher

L’armée tue deux Palestiniens soupçonnés d’avoir perpétré une attaque en Cisjordanie

Tsahal et la police ont affirmé que les deux hommes étaient impliqués dans la fusillade qui a blessé un Israélien la semaine dernière ; deux autres suspects arrêtés à Tulkarem

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un garçon regardant des taches de sang après un raid de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de Nur Shams près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, le 6 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)
Un garçon regardant des taches de sang après un raid de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de Nur Shams près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, le 6 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Deux Palestiniens armés ont été abattus par les troupes israéliennes lors d’un raid tôt samedi dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie, ont déclaré l’armée et les responsables palestiniens de la Santé.

Dans un communiqué commun, Tsahal et la police ont déclaré que des soldats et des agents infiltrés de la police des frontières étaient entrés dans le camp près de la ville de Tulkarem pour arrêter plusieurs suspects accusés d’être à l’origine d’une fusillade survenue mardi près de l’implantation d’Avnei Hefetz, en Cisjordanie, au cours de laquelle une personne a été légèrement blessée.

« Les deux tireurs ont été abattus après avoir tenté de fuir les lieux », précise le communiqué. La police a ensuite publié une vidéo montrant les tireurs armés alors qu’ils tentaient de s’enfuir par un toit.

Les deux hommes ont été identifiés comme étant Hamza Jamil Kharyoush et Samer Salah al-Shafei, tous deux âgés de 22 ans.

Kharyoush et al-Shafei ont été présentés comme des membres du « bataillon de Tulkarem », une nouvelle aile du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien peu structurée dans la ville de Cisjordanie.

Les médias palestiniens ont déclaré que les deux hommes étaient des « membres de la résistance » et qu’ils avaient été tués au cours d’un échange de tirs.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a déclaré qu’al-Shafei avait été touché au cou, à la poitrine et à l’abdomen, et que Kharyoush avait été touché à la poitrine, à l’abdomen et à la jambe gauche. Un troisième Palestinien a été transporté dans un hôpital de Tulkarem dans un état stable, a ajouté le ministère.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent les troupes israéliennes fouillant les corps des deux hommes sur le toit d’un bâtiment. Une vidéo montre un soldat en train de prendre un fusil d’assaut sur le corps de l’un des terroristes.

La police a ensuite publié des images montrant deux fusils d’assaut, des chargeurs et une veste militaire saisis sur les corps des hommes.

Tsahal a déclaré que deux autres Palestiniens recherchés, soupçonnés d’être impliqués dans l’attentat de la semaine dernière, Muhammad Abd al-Fattah, 21 ans, et Ibrahim Ahmed, 19 ans, avaient été arrêtés dans la région. Ils ont été remis à l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet pour un interrogatoire plus approfondi.

Aucun soldat israélien n’a été blessé au cours du raid.

Des armes à feu et de l’équipement saisis lors d’un raid militaire, près de Tulkarem, le 6 mai 2023. (Crédit : Police israélienne)

Lors de la fusillade de mardi, des témoins oculaires, cités par les services de secours, ont déclaré que le tireur était descendu d’un véhicule à la jonction de Shufa – près de la ville palestinienne du même nom – et avait tiré en direction de trois voitures qui quittaient l’implantation située dans le nord de la Cisjordanie.

Le service de secours du Magen David Adom a indiqué qu’un Israélien de 39 ans qui se trouvait dans l’un des véhicules avait été légèrement blessé par des éclats de verre et qu’il avait été transporté à l’hôpital Laniado de Netanya, où son état a été jugé satisfaisant.

Le président du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, inspectant les dommages causés à une voiture appartenant à un Israélien à la suite d’une fusillade près d’Avnei Hefetz dans le nord de la Cisjordanie, le 2 mai 2023. (Crédit : Sergei Kamshev/Conseil régional de Samarie)

Le raid de Tulkarem intervient quelques jours après que les forces israéliennes ont tué trois terroristes palestiniens – dont deux accusés d’avoir tué Lucy Dee et ses filles Maia et Rina lors d’une fusillade dans la vallée du Jourdain le mois dernier – au cours d’un raid dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie.

Les troupes sont entrées dans la Vieille Ville de Naplouse jeudi afin d’arrêter Hassan Qatnani et Moaz al-Masri, les membres du groupe terroriste palestinien du Hamas qui auraient perpétré l’attaque meurtrière du 7 avril.

Les trois membres de la famille Dee avaient la double nationalité israélo-britannique et vivaient dans l’implantation d’Efrat en Cisjordanie, juste au sud de Jérusalem, après avoir immigré en Israël il y a environ huit ans.

Les tireurs palestiniens ont ouvert le feu sur la voiture des victimes près de l’implantation de Hamra, dans le nord de la vallée du Jourdain, alors qu’elles se rendaient à Tibériade le 7 avril. Le véhicule s’est écrasé sur le bas-côté de l’autoroute et les terroristes ont à nouveau tiré sur la voiture à bout portant. Les filles, Maia, 20 ans, et Rina, 15 ans, ont été déclarées mortes sur place, tandis que Lucy, 48 ans, a été transportée d’urgence à l’hôpital dans un état critique, et est décédée trois jours plus tard.

De gauche à droite : Lucy Dee, avec ses filles Rina et Maia. Elles sont mortes toutes les trois après une fusillade terroriste en Cisjordanie le 7 avril 2023. (Autorisation)

Les tensions entre Israël et les Palestiniens ont été intenses ces douze derniers mois, l’armée israélienne menant des opérations antiterroristes quasi-quotidiennes en Cisjordanie suite à plusieurs attentats terroristes palestiniens particulièrement meurtriers.

Une série d’attaques à Jérusalem et en Cisjordanie, depuis le début de l’année, a fait 19 morts et plusieurs blessés graves du côté israélien.

Au moins 101 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’année, la majorité d’entre eux alors qu’ils commettaient des attaques ou pendant des affrontements avec les services de sécurité. Certains étaient toutefois des civils non-impliqués et d’autres ont perdu la vie dans des circonstances qui font actuellement l’objet d’une enquête.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.