L’auteur des alertes à la bombe dans les centres juifs récidive depuis la prison
Rechercher

L’auteur des alertes à la bombe dans les centres juifs récidive depuis la prison

La police a reçu plus de 100 appels mensongers faisant état d'explosifs placés dans des écoles à Tel Aviv et à Kfar Saba, menant à des évacuations et à des recherches extensives

L'adolescent juif israélo-américain qui a été accusé d'avoir lancé des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats-Unis et ailleurs, au tribunal de Rishon Lezion, le 23 mars 2017. (Crédit : Flash90)
L'adolescent juif israélo-américain qui a été accusé d'avoir lancé des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats-Unis et ailleurs, au tribunal de Rishon Lezion, le 23 mars 2017. (Crédit : Flash90)

Un adolescent israélo-américain accusé d’avoir mené une campagne d’intimidation sous la forme d’alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs aux Etats-Unis et contre d’autres cibles dans le monde l’année dernière a été accusé lundi d’avoir récidivé en Israël depuis la prison.

Le jeune homme de 19 ans, dont le nom est interdit à la publication par ordonnance judiciaire en Israël, possède la double nationalité israélienne et américaine et il est actuellement incarcéré en Israël dans l’attente de son procès.

La police a fait savoir, dimanche, qu’elle avait reçu deux alertes à la bombe contre des écoles situées à Tel Aviv et à Kfar Saba. Ils ont pu remontrer au jeune homme, actuellement détenu à la prison Nitzan de Ramle.

Toutefois, lors d’une audience consacrée au prolongement de la détention de l’adolescent pour répondre de nouvelles charges, la police a fait savoir qu’elle avait été appelée plus de 100 fois dans plusieurs écoles, dont certaines avaient été évacuées à cause d’alertes à la bombe. A chaque fois, la police a effectué des recherches qui se sont avérées vaines.

Au cours des enquêtes de police, le suspect n’a coopéré que partiellement, même lorsque les enregistrements des faux appels lui ont été présentés.

L’adolescent juif israélo-américain, au centre, qui a été accusé d’avoir lancé des dizaines d’alertes à la bombe antisémites aux Etats-Unis et ailleurs, escorté par des gardes alors qu’il quitte le tribunal de Rishon Lezion, le 23 mars 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)

En plus de devoir répondre à une longue liste d’accusations criminelles en Israël, il a également été inculpé pour crimes de haine par le département américain de la justice.

L’année dernière, l’Etat juif avait élaboré une liste interminable d’accusations contre l’adolescent, qui vit à Ashkelon. Il était notamment accusé d’avoir fait des milliers de fausses alertes à la bombe et autres mises en garde violentes contre des institutions, des écoles et des compagnies aériennes dans plusieurs pays.

Selon les autorités israéliennes, le jeune avait passé 245 appels téléphoniques de menaces – principalement à des centres communautaires et à des écoles aux Etats-Unis – du mois de janvier au mois de mars 2017, utilisant un service d’appel en ligne qui modifiait sa voix et qui lui permettait de dissimuler son identité.

Selon les autorités, l’adolescent avait offert de vendre ses services de menaces sur le marché noir en ligne. Des documents des tribunaux rendus publics au mois d’août reliaient l’adolescent à une publication parue sur Alphabay, une plateforme de vente dorénavant interdite, qui vantait ses « services d’alerte à la bombe par courriel dans les écoles ». L’annonce offrait également d’envoyer des menaces personnalisées dans les écoles pour la somme de 30 dollars avec un surcoût si l’acheteur désirait piéger quelqu’un en particulier.

Ses menaces présumées ont eu d’importantes conséquences, notamment le décollage en urgence des avions-chasseurs, le délestage en carburant d’avions, des atterrissages précipités, des évacuations d’écoles et de nombreuses autres circonstances chaotiques. Dans certains cas, il aurait menacé d’exécuter des enfants qu’il affirmait retenir en otages.

Les menaces avaient effrayé la communauté juive et fait craindre une recrudescence de l’antisémitisme.

Il avait finalement été arrêté au mois de mars 2017 et inculpé en Israël.

Les parents du suspect avaient indiqué qu’il avait une tumeur du cerveau et qu’il souffrait de troubles du spectre autistique, et que ces maladies affectaient son comportement. Au mois de mai 2017, son avocat avait déclaré durant une interview avec la Dixième chaîne que le suspect avait tenté de se suicider à cinq reprises en l’espace de deux semaines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...