Le Bryn Mawr College instaure un moratoire sur l’usage du nom de sa fondatrice antisémite
Rechercher

Le Bryn Mawr College instaure un moratoire sur l’usage du nom de sa fondatrice antisémite

La bibliothèque et la grande salle sont nommées en mémoire de M. Carey Thomas, qui n’employait pas d’enseignants juifs et qui s’était opposé à l’admission d’une étudiante juive

La grande salle de la bibliothèque M. Carey Thomas du Bryn Mawr College, situé dans la périphérie de Philadelphie. (Crédit : domaine public/Wikimedia)
La grande salle de la bibliothèque M. Carey Thomas du Bryn Mawr College, situé dans la périphérie de Philadelphie. (Crédit : domaine public/Wikimedia)

NEW YORK – Le Bryn Mawr College, situé dans la périphérie de Philadelphie, a annoncé qu’il allait instaurer un moratoire d’un an sur l’usage du nom de sa fondatrice et ancienne présidente, connue pour son antisémitisme.

La bibliothèque et la grande salle sont nommées en mémoire de M. Carey Thomas, qui était présidente de l’université privée de 1894 à 1922.

Selon sa biographe Helen Lefkowitz Horowitz, Thomas a empêché le recrutement d’enseignants juifs à la Bryn Mawr School de Baltimore, et s’est ensuite assurée de ne pas avoir à gérer de candidatures pour des postes à la faculté de l’université. Horowitz a également souligné que Thomas avait fait pression contre l’admission de Sadie Szold, une étudiante juive, en 1886.

Thomas « a eu un impact profond sur les opportunités données aux femmes dans l’enseignement supérieur, sur le développement académique et identitaire de Bryn Mawr, et sur les aspects physiques du campus », a déclaré Kim Cassidy, présidente de l’université dans une lettre adressée à la communauté de Bryn Mawr la semaine dernière.

« [Elle] a également fait progresser le racisme et l’antisémitisme de façon ouverte et vigoureuse dans le cadre de sa vision de l’université. Certains avaient suggéré que l’université rebaptise la Thomas Library et le Thomas Great Hall, à cause de ce qu’elle a légué, et d’autre ont suggéré que l’histoire soit explicitée autrement. »

Cassidy a indiqué qu’un groupe de membres de la faculté, d’étudiants, de personnels, d’administrateurs et d’anciens élèves s’était formé durant le printemps « pour nous former et pour mener une réflexion sur notre histoire de l’exclusion, sur la résistance, et sur la façon d’organiser nos pensées et nos actions en tant que communauté », a-t-elle écrit.

« Je comprends, cependant, que c’est un moment difficile pour les membres de plusieurs groupes marginalisés, dont les droits et la dignité sous attaqués si ouvertement, et avec tant de virulence », poursuit la lettre, en référence aux évènements de Charlottesville et aux rassemblements d’extrême droite et autres incidents dans le pays.

Cassidy a déclaré que l’université « instaurera un moratoire sur l’usage » du nom de Thomas pour qualifier la bibliothèque et la grande salle pour l’année scolaire 2017/2018, le temps que cette question soit débattue par le groupe de travail.

Selon le Forward College Guide, Bryn Mawr compte 1 346 étudiants, parmi lesquels 200, soit 15 %, sont juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...