Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Le CGRI saisit un navire « lié » à Israël avec 25 membres d’équipage près du détroit d’Ormuz

Des commandos sont descendus en rappel d'un hélicoptère sur le navire MSC Aries, battant pavillon portugais et associé au groupe Zodiac de l'israélien Eyal Ofer

Des terroristes du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) descendant en rappel sur un porte-conteneurs, le MSC Aries, en train de capturer 25 otages, à proximité du détroit d'Ormuz, sur une image extraite d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le 13 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran/AP)
Des terroristes du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) descendant en rappel sur un porte-conteneurs, le MSC Aries, en train de capturer 25 otages, à proximité du détroit d'Ormuz, sur une image extraite d'une vidéo publiée sur les réseaux sociaux le 13 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran/AP)

Des commandos du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) iranien sont descendus en rappel d’un hélicoptère sur un porte-conteneurs affilié à Israël près du détroit d’Ormuz et s’en sont emparés samedi.

L’agence de presse iranienne IRNA a déclaré qu’une unité des forces spéciales de la marine du CGRI avait mené l’attaque contre le navire, le MSC Aries, un porte-conteneurs battant pavillon portugais et associé à la société Zodiac Maritime, basée à Londres. Zodiac Maritime fait partie du groupe Zodiac du milliardaire israélien Eyal Ofer.

Une vidéo rapportée pour la première fois par l’Associated Press montre des commandos en train d’attaquer par hélicoptère le navire près de la voie d’eau principale.

Zodiac s’est refusé à tout commentaire et a renvoyé les questions à MSC.

La société MSC, basée à Genève, a par la suite reconnu la saisie et a déclaré que vingt-cinq membres d’équipage se trouvaient à bord du navire. L’IRNA a déclaré que le CGRI emmènerait le navire dans les eaux territoriales iraniennes.

Le MSC Aries avait été localisé pour la dernière fois vendredi au large de Dubaï, en direction du détroit d’Ormuz. Le navire avait désactivé ses données de repérage, ce qui est courant pour les navires affiliés à Israël qui se déplacent dans la région.

La vidéo montre l’attaque signalée précédemment par les opérations commerciales maritimes de l’armée britannique. Elle décrit le navire comme étant « saisi par les autorités régionales » dans le golfe d’Oman, au large de la ville portuaire émiratie de Fujairah.

Dans la vidéo, les commandos descendent en rappel sur une pile de conteneurs posés sur le pont du navire.

On entend un membre de l’équipage du navire dire : « Ne sortez pas. » Le membre d’équipage demande ensuite à ses collègues de se rendre sur la passerelle du navire alors que d’autres commandos descendent sur le pont. On peut voir un commando s’agenouiller au-dessus des autres pour leur fournir une couverture de tir potentielle.

Bien que l’AP n’ait pas pu vérifier immédiatement la vidéo, elle correspond aux détails connus de l’embarquement et l’hélicoptère impliqué semble être un Mil Mi-17 de l’ère soviétique, que le CGRI et les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont utilisé dans le passé pour mener des raids de commandos sur des navires.

L’incident survient dans un contexte de tensions accrues entre l’Iran et l’Occident, Israël se préparant à une attaque de Téhéran après la frappe, le 1er avril, d’un bâtiment de l’ambassade d’Iran dans la capitale syrienne, Damas, qui a tué plusieurs commandants du CGRI, dont deux généraux.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Israel Katz, a appelé les pays à inscrire le CGRI sur la liste des groupes terroristes.

L’Iran « un régime criminel qui soutient les crimes du [groupe terroriste palestinien du] Hamas et qui mène maintenant une opération de piraterie en violation du droit international », a déclaré Katz.

« J’appelle l’Union européenne et le monde libre à déclarer immédiatement le Corps des gardiens de la révolution iranien comme un groupe terroriste et à sanctionner l’Iran dès maintenant. »

Lors des saisies précédentes, l’Iran a fourni des explications initiales sur ses opérations afin de faire croire que les attaques n’avaient rien à voir avec les tensions géopolitiques plus larges, même s’il l’a reconnu par la suite. Dans le cas de l’attaque de samedi, cependant, l’Iran n’a fourni aucune explication pour la saisie, si ce n’est que le MSC Aries avait des liens avec Israël.

Depuis plusieurs jours, les responsables iraniens, dont le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, menacent de « gifler » Israël pour l’attaque en Syrie. Les gouvernements occidentaux ont lancé des avertissements à leurs citoyens dans la région pour qu’ils se préparent à des attaques.

Toutefois, l’Iran a largement évité par le passé d’attaquer directement Israël, bien qu’il ait procédé à l’assassinat ciblé de scientifiques nucléaires et à de multiples campagnes de sabotage contre les sites atomiques iraniens. Au fil des décennies, l’Iran a toutefois pris pour cible des sites israéliens ou liés au judaïsme par l’intermédiaire de forces supplétives.
Le golfe d’Oman est proche du détroit d’Ormuz, l’étroite embouchure du golfe Persique par laquelle transite un cinquième du pétrole. Fujairah, sur la côte orientale des Émirats arabes unis, est le principal port de la région où les navires peuvent prendre en charge de nouvelles cargaisons de pétrole, se ravitailler ou échanger leur équipage.

Depuis 2019, les eaux au large de Fujairah ont été le théâtre d’une série d’explosions et de détournements. La marine américaine a blâmé l’Iran pour des attaques de mines à pattes sur des navires qui ont endommagé des pétroliers.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.