Rechercher

Le changement d’image du ministère de la Sécurité nationale va coûter très cher

Le ministère de la Sécurité intérieure va devenir le ministère de la Sécurité nationale, comme exigé par Ben Gvir ; les modifications devraient coûter entre 2 et 3 millions de NIS

Le nouveau ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à droite, et son prédécesseur Omer Barlev lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère de la Sécurité nationale, à Jérusalem, le 1er janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le nouveau ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, à droite, et son prédécesseur Omer Barlev lors d'une cérémonie de passation de pouvoirs au ministère de la Sécurité nationale, à Jérusalem, le 1er janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Renommer le ministère de la Sécurité publique en ministère de la Sécurité nationale, comme demandé par l’un des partenaires de la coalition du Premier ministre Benjamin Netanyahu, coûtera de 2 à 3 millions de shekels, selon une copie de la proposition publiée vendredi par la télévision israélienne.

Le changement de nom était à l’ordre du jour dimanche de la réunion du cabinet, faisant du chef du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, le ministre de la Sécurité nationale. Ce ministère supervise la police et, en vertu de l’accord de coalition entre le Likud de Netanyahu et Otzma Yehudit, il se verra également confier le contrôle de la police des frontières en Cisjordanie.

La copie de la proposition précise que les fonds alloués au changement d’image proviendront du budget existant du ministère.

Les ministres devaient également approuver la nomination de plusieurs hauts fonctionnaires, dont Yehuda Fuchs au poste de secrétaire de cabinet et Tzahi Hanegbi au poste de conseiller à la sécurité nationale. Me Fuchs s’est présenté aux élections législatives du 1er novembre sur la liste du Likud mais n’a pas réussi à entrer à la Knesset. Hanegbi, quant à lui, est un ancien législateur de longue date du Likud.

En outre, la Douzième chaîne a rapporté que le cabinet devait discuter de la nomination de Moshe Ben-Zaken au poste de directeur-général du ministère des Transports, bien que sa nomination ait été rejetée par une commission de Vérification de l’État en raison de son passé d’agent politique.

La commission consultative des nominations aux postes de direction a cité le passé d’agent politique de Ben-Zaken pour rejeter sa candidature au poste. Bien que les recommandations de la commission ne soient pas contraignantes, le gouvernement s’y oppose rarement.

Toutefois, la ministre des Transports Miri Regev a promis de procéder à la nomination et a fait pression sur Netanyahu pour que la nomination de Ben-Zaken soit inscrite à l’ordre du jour de la réunion du cabinet, selon la chaîne, qui n’a pas précisé si les ministres allaient voter sur la nomination ou simplement en délibérer.

« Ben-Zaken remplit toutes les conditions. C’est un candidat digne et expérimenté », avait déclaré Regev, membre du Likud, dans un communiqué mercredi. « Les fonctionnaires, aussi haut placés soient-ils, ne peuvent pas passer outre la décision d’une ministre élue sur la personne à nommer à son poste de confiance le plus élevé. »

Parallèlement à la nomination de Ben-Zaken par Regev, le ministre des Sciences, des Technologies et de l’Espace, Ofir Akunis, a suscité des interrogations en nommant l’ancienne députée du Likud, Osnat Mark, au poste de directrice-générale de son ministère.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.