Le chauffard arabe qui a tué un garçon de 8 ans à Yom Kippour reconnu coupable
Rechercher

Le chauffard arabe qui a tué un garçon de 8 ans à Yom Kippour reconnu coupable

Amir Abu Laben a admis que son comportement a entraîné la mort d'Itay Margi ; il a avoué également un trafic de drogue dans le cadre d'un plaider coupable

Amir Abu Laben, un chauffeur accusé d'avoir causé la mort du petit Itay Margi, 8 ans, à Tel Aviv à Yom Kippour, arrive au tribunal de district de Tel Aviv, le 23 juin 2020. (Flash90)
Amir Abu Laben, un chauffeur accusé d'avoir causé la mort du petit Itay Margi, 8 ans, à Tel Aviv à Yom Kippour, arrive au tribunal de district de Tel Aviv, le 23 juin 2020. (Flash90)

Un automobiliste a été reconnu coupable d’homicide par imprudence mardi pour avoir renversé et tué un garçon de 8 ans à Yom Kippour l’année dernière à Tel Aviv.

Amir Abu Laben, 21 ans, a également été condamné par le tribunal de district de Tel-Aviv pour trafic de drogue et possession de stupéfiants dangereux dans le cadre d’une négociation de peine.

Le juge a condamné Abu Laben pour avoir renversé Itay Margi alors que le garçon traversait à vélo la route de Namir à Tel Aviv le 9 octobre 2019. Margi, qui portait un casque, a été heurté à un passage pour piétons sur la route habituellement fréquentée, qui était presque complètement déserte en raison des interdits israéliens de conduire le jour du Grand Pardon.

Abu Laben a admis la plupart des faits détaillés dans l’acte d’accusation en échange de la suppression de deux charges supplémentaires incluses dans l’acte d’accusation initial, à savoir obstruction à la justice et conspiration en vue de commettre un crime.

Sa condamnation aura lieu le 18 octobre, date à laquelle le juge pourrait le mettre derrière les barreaux pour une durée allant jusqu’à 12 ans.

Selon l’acte d’accusation, « la mort de l’enfant est le résultat du comportement d’Abou Laben, qui a conduit la voiture de manière imprudente et négligente et au mépris de la vie humaine », en roulant à toute allure pendant Yom Kippour alors qu’il était bien conscient que des piétons et des cyclistes seraient également sur la route.

Itay Margi. (Autorisation)

Abu Laben, un résident de Ramle, a avoué avoir obtenu de la cocaïne et du LSD dans l’intention de les vendre dans la région de Tel Aviv. Après avoir réalisé quatre ventes à Ramat Gan, Petah Tikva et Tel Aviv, il a dépassé la limite de vitesse le long de la route de Namir et, sans se soucier de la sécurité des autres, est entré dans le carrefour, percutant Margi.

Dans les moments qui ont suivi la collision, alors que Margi gisait en sang sur le sol, Abu Laben a jeté le reste de la drogue qu’il avait en sa possession dans les buissons sur le bord de la route, selon l’acte d’accusation. La police a ensuite trouvé 1,6 gramme de cocaïne dans les arbustes, qui, selon elle, était destinée à la vente plutôt qu’à l’usage personnel, comme l’a affirmé Abu Laben. Ses empreintes digitales auraient été retrouvées sur le paquet.

« L’accusé a endossé la responsabilité du principal délit d’homicide par imprudence », a déclaré l’avocat d’Abu Laben, Lior Shtelzer. « Cette affaire n’est pas simple, mais l’accusé a choisi de prendre ses responsabilités et d’avouer plutôt que d’entraîner la famille du défunt dans un procès long et douloureux, en comprenant que ses erreurs ont eu un résultat tragique ».

La famille de la victime ne s’est pas opposée à l’accord, mais leur avocat, Chai Haber, a affirmé que les aveux n’étaient pas authentiques et qu’il demanderait une peine maximale.

« Il a gagné du temps, mais ce n’est certainement pas en assumant ses responsabilités », a-t-il déclaré. « Nous nous souvenons tous de la conversation qui a été publiée dans laquelle il ne se voyait pas lié à cette histoire et a même choisi de blâmer Itay pour avoir fait du vélo pendant Yom Kippour ».

Yom Kippour, le jour juif du Pardon et le jour le plus saint du calendrier juif, est marqué par le jeûne et la prière ardente des Juifs religieux.

Les Israéliens laïcs, en particulier les enfants, sont connus pour profiter de la rareté des voitures sur les routes et autoroutes pendant cette triste fête, remplissant les rues de vélos.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...