Le chef de l’ONU arrive en Israël en pleine négociations de paix et après l’accord turc
Rechercher

Le chef de l’ONU arrive en Israël en pleine négociations de paix et après l’accord turc

Ban Ki-Moon se rendra aussi en Cisjordanie et à Gaza et rencontrera Rivlin, Netanyahu et Abbas

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe à Jérusalem, le 22 juillet 2014. (Crédit : Flash 90)
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon (à droite) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse conjointe à Jérusalem, le 22 juillet 2014. (Crédit : Flash 90)

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon devrait arriver lundi en Israël pour rencontrer les dirigeants israéliens et palestiniens, pendant les efforts de paix de l’Union européenne (UE) et un accord de réconciliation israélo-turc.

Le chef de l’ONU rencontrera lundi le président Reuven Rivlin et mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le dirigeant israélien est en ce moment à Rome en visite officielle, et devrait dévoiler lundi les termes complets d’un accord de restauration des relations avec la Turquie, après six ans de relations distendues. Netanyahu a également rencontré le secrétaire d’Etat américain John Kerry dimanche soir pour discuter entre autres de l’initiative française pour relancer les négociations de paix, et devrait le revoir à nouveau lundi.

Netanyahu a récemment envoyé des signaux contradictoires sur l’Initiative de paix arabe rédigée par l’Arabie saoudite pour la résolution du conflit israélo-palestinien, suggérant un soutien partiel mais demandant également sa modification.

Le directeur général de son ministère des Affaires étrangères, Dore Gold, a déclaré ce mois-ci au Times of Israël qu’Israël pense que l’amélioration des relations avec certains états arabes pourrait permettre des progrès conséquents avec les Palestiniens.

Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)
Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères. (Crédit : Kobi Gideon/Flash90)

« Pendant les dernières décennies, la sagesse commune était de dire que la solution au problème palestinien entraînerait l’amélioration des relations entre Israël et le monde arabe, avait déclaré Gold. Mais il y a des raisons sérieuses pour penser qu’en fait, la séquence est exactement le contraire : en améliorant les relations avec les états arabes, nous mettons en place une avancée future avec les Palestiniens. »

Ban se rendra également mardi à Ramallah pour rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et devrait se rendre dans la bande de Gaza pour inspecter de près le travail d’aide des agences des Nations unies dans ce territoire côtier.

Cette visite intervient pendant des efforts diplomatiques internationaux pour la reprise des négociations de paix israélo-palestinienne, arrêtées depuis 2014.

Un responsable européen a déclaré la semaine dernière que l’UE était prête à fournir à Israël et aux Palestiniens un soutien politique, économique et sécuritaire massif dans le cadre de tout accord entre eux.

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE ont voté la semaine dernière leur soutien au projet français pour faire avancer le processus de paix. Israël a à plusieurs reprises rejeté l’initiative française, affirmant qu’elle durcit les positions des Palestiniens, et éloigne ainsi la paix.

Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. (Crédit : Twitter)
Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. (Crédit : Twitter)

Israël a été jusqu’à critiquer l’aspect « colonial » de ces efforts de paix.

« Quand j’observe la séquence de mise en place des étiquetages [pour les produits des implantations] par l’UE, et à présent son soutien à une conférence internationale, j’ai le sentiment qu’il s’agit des fantômes du passé colonial européen qui reviennent à la vie », avait déclaré la semaine dernière au Times of Israël Emmanuel Nahshon, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...