Le contrôleur d’Etat critique l’armée pour avoir laissé les troupes collecter de l’argent
Rechercher

Le contrôleur d’Etat critique l’armée pour avoir laissé les troupes collecter de l’argent

Selon Yossef Shapira, les soldats qui sollicitent des dons contreviennent aux règlements de l'armée et nuisent à la réputation de l'armée

Le contrôleur de l'Etat Yossef Shapira (Crédit : Uri Lenz/Flash90)
Le contrôleur de l'Etat Yossef Shapira (Crédit : Uri Lenz/Flash90)

Le contrôleur d’Etat a, lundi, critiqué les activités de collecte de fonds non réglementées de l’armée israélienne, en affirmant que les soldats de Tsahal qui sollicitent des dons directs pour payer les armes ou tout autre équipement est une violation flagrante des règlements de l’armée.

Non seulement les initiatives de collecte de fonds individuels vont à l’encontre des procédures officielles de Tsahal, a déclaré Yossef Shapira dans un rapport cinglant, mais le phénomène évite la supervision de l’armée et a un impact négatif sur le moral des soldats.

les règlements de Tsahal stipulent que toute contribution à l’IDF doivent passer par l’Association pour le bien-être des soldats d’Israël, une longue institution nationale mieux connue sous son nom hébreu, « Haaguda Lemaan Hahayal », a écrit Shapira dans son rapport.

Utilisant le terme yiddish pour un mendiant, Shapira a déclaré que la pratique du « schnorrer » signifie fondamentalement que les dons sont distribués aux unités de Tsahal inégalement et que cela a entraine à de la malveillance entre les soldats dans différentes unités.

« Cela nuit à l’égalité entre les unités de Tsahal et les soldats et crée une pression inappropriée sur les parents de soldats et leurs familles de faire un don, et endommage à la bonne réputation de l’armée israélienne comme un militaire qui peut assurer les besoins de base de ses soldats », a ajouté Shapira.

Il a ensuite mis en garde contre le fait qu’accepter des équipements ou des armes pour le compte de l’armée israélienne pourrait constituer un risque pour la sécurité.

« L’armée israélienne doit prendre immédiatement des mesures afin de faire respecter rigoureusement l’éradication de ce phénomène et de travailler pour mieux superviser et contrôler les dons à l’armée », a écrit Shapira. « Ces [dons] devraient être ancrés dans l’efficacité, la transparence, la bonne administration, et l’intégrité ».

Au cours de la guerre entre Israël et le Hamas en 2014 à Gaza, l’armée a été critiquée quand il a été révélé qu’un certain nombre de soldats individuels s’étaient tournés vers des sites de financement participatif en ligne pour payer leur équipement et des fournitures supplémentaires pendant le conflit de 50 jours.

Dans son rapport, Shapira a également critiqué le ministère de la Défense pour la nomination de hauts fonctionnaires « d’une manière injuste ».

Le contrôleur a déclaré que les appels d’offres pour certains postes du ministère de la Défense – y compris pour le poste le chef d’une délégation du ministère pour l’Europe et le chef de la branche de la construction – n’ont pas été menés de manière équitable et transparente.

Les candidats aux postes de haut niveau sont souvent choisis personnellement par le directeur du ministère, plutôt que par un panel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...