Le directeur adjoint d’une école juive à New York arrêté pour pédopornographie
Rechercher

Le directeur adjoint d’une école juive à New York arrêté pour pédopornographie

La SAR Academy dit que le chef des études juives pour les élèves de la 6e à la 4e, le rabbin Jonathan Skolnick, a été renvoyé après révélations du FBI sur de possibles abus sexuels

La Salanter Akiba Riverdale Academy dans le Bronx, New York. (Capture d'écran via Google Street Map)
La Salanter Akiba Riverdale Academy dans le Bronx, New York. (Capture d'écran via Google Street Map)

NEW YORK (JTA) – Un administrateur d’une prestigieuse école juive moderne orthodoxe de New York a été arrêté pour production de pornographie pédophile.

Dans un courriel envoyé lundi à la communauté scolaire, le directeur de la Salanter Akiba Riverdale Academy dans le Bronx, connue sous le nom de SAR Academy, a informé les parents que le rabbin Jonathan Skolnick, le directeur adjoint des études juives du collège, a été arrêté tard vendredi soir. Le courriel indiquait que l’école avait des raisons de croire que des élèves de l’établissement pourraient avoir été victimes de Skolnick.

« Je sais qu’il s’agit d’un message extrêmement difficile à lire et à traiter à de nombreux niveaux », a écrit le directeur, le rabbin Benjamin Krauss. « Il est choquant de savoir que quelqu’un en qui nous avions confiance avec nos enfants a été accusé de leur avoir fait du mal. Malgré les pratiques en place pour protéger nos enfants, nous ne sommes pas à l’abri de manquements tels que celui qui semble s’être produit à SAR. »

SAR a licencié Skolnick, qui était à l’école depuis 14 mois. L’école coopère pleinement avec le FBI. Au-delà de l’allégation de « production de pornographie » et de la mention de « photos inappropriées », le courriel ne contenait pas plus de détails.

De 2012 à 2018, Skolnick a travaillé à la Yeshivah of Flatbush, une école orthodoxe de Brooklyn. Raymond Harari, le directeur de l’école, et Jeffrey Rothman, le directeur général de l’école, ont écrit dans un courriel à la communauté scolaire lundi qu’ils n’ont « pas connaissance d’un comportement inapproprié » de la part de Skolnick pendant son séjour à l’école. Ils ont demandé que toute personne ayant des révélations d’inconduite communique avec l’école et le FBI.

L’an dernier, SAR a commandé un rapport sur l’emploi d’un enseignant qui a abusé d’au moins une douzaine d’élèves à l’école. Stanley Rosenfeld, aujourd’hui âgé de 84 ans, qui a admis avoir abusé des centaines de garçons tout au long de sa vie, a travaillé comme directeur adjoint à SAR dans les années 1970 et y a également enseigné l’anglais une décennie plus tard. L’école a commandé l’enquête en janvier, peu après avoir pris connaissance des allégations contre Rosenfeld.

« Nous nous efforçons de créer un environnement d’apprentissage dans lequel les élèves se sentent à l’aise de faire part de leurs préoccupations ou de tout autre comportement répréhensible », a écrit Krauss à la Jewish Telegraphic Agency, l’année dernière, après la publication de son rapport. « Rien n’est plus important que la sécurité de nos élèves. Si nous apprenions l’existence d’un signalement d’abus, nous travaillerions rapidement pour commencer une enquête en nous assurant, tout au long du processus, que les élèves sont en sécurité. »

Krauss a écrit dans son courriel de lundi que l’administration de l’école discutera de l’arrestation avec les élèves du collège mardi, ainsi qu’avec les élèves qui sont maintenant en Troisième et qui étaient sous l’autorité de Skolnick l’année dernière.

L’école a également encouragé les parents à discuter de la situation avec leurs enfants, et les administrateurs se rendent disponibles pour parler aux parents mardi et dans les jours à venir.

SAR a instauré une politique sur le harcèlement sexuel en 2014. La politique exige que les allégations crédibles d’inconduite sexuelle soient signalées aux organismes d’application de la loi, ainsi que des lignes directrices sur la façon de signaler les allégations à l’école et d’enquêter sur celles-ci.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...