Rechercher

Le directeur-général d’Amazon défend le maintien en ligne d’un film antisémite

Andy Jassy déclare qu'il faut permettre l'expression "de points de vue différents" et indique que la décision de son éventuelle suppression n'est pas "évidente"

Andy Jassy d'Amazon en 2019. (Capture d'écran vidéo)
Andy Jassy d'Amazon en 2019. (Capture d'écran vidéo)

Le directeur-général d’Amazon a indiqué, mercredi, que la compagnie n’avait pas l’intention de supprimer de son site un film antisémite virulent – un film qui se trouve aujourd’hui au cœur d’une récente recrudescence de l’antisémitisme.

« En tant que vendeur de contenu à des centaines de millions de clients, des clients qui se caractérisent par une vaste gamme de points de vue différents, nous devons permettre l’expression de ces différents points de vue, même s’ils sont douteux – qu’ils sont douteux et qu’ils diffèrent de nos points de vue personnels », a dit Andy Jussy lors d’un sommet organisé à Manhattan par le New York Times.

Jassy a indiqué que la décision n’était pas aussi « évidente » que lorsqu’il s’agissait de contenus incluant des incitations à la violence ou faisant la promotion de la pédophilie.

Le film en question s’appelle « Hebrews to Negroes: Wake Up Black America, » et repose sur l’idée que les vrais descendants des Israélites antiques sont les Afro-américains – estimant que les Juifs qui revendiquent aujourd’hui cet héritage le font frauduleusement. Il relaie aussi toute une série de tropes antisémites, niant notamment la Shoah et affirmant de façon mensongère que les Juifs ont contrôlé, dans le passé, le marché de l’esclavage américain.

Washington Post hoto composite : Le film Hebrews to Negroes : Wake Up Black America est vu sur Amazon Prime ; Kyrie Irving des Brooklyn Nets joue pendant un match de basket-ball de la NBA, à Philadelphie, le mardi 22 novembre 2022. (Crédits : Capture d’écran ; Matt Slocum/AP)

Le mois dernier, Kyrie Irving, joueur de la NBA, avait partagé un lien renvoyant au film sur les réseaux sociaux, entraînant un torrent de critiques. Il avait été suspendu pendant cinq matchs. Il l’avait réintégrée après avoir présenté des excuses.

La controverse qui avait suivi avait placé un film resté marginal pendant longtemps au centre de l’attention. Ses ventes se sont ensuite envolées, et il est dorénavant à la première place de la catégorie des documentaires sur Amazon Prime Video.

Selon un article publié au début du mois dans Variety, les hauts-responsables d’Amazon ont organisé de nombreuses réunions sur le sujet, ces dernières semaines, sans prendre de décision sur l’éventuelle suppression du film ou du livre qui l’avait inspiré. Aucun avertissement n’a par ailleurs été ajouté en direction des clients.

Jassy n’a pas précisé, mercredi, si le film serait assorti d’une mise en garde, ce que réclament certains groupes.

Andy Jassy, PDG d’Amazon Web Services, parle d’une nouvelle initiative avec la NFL lors de l’AWS re:Invent 2019 à Las Vegas, le 5 décembre 2019. (Crédit : Isaac Brekken/AP Images pour la NFL)

Il y a, chez Amazon, « un nombre significatif d’employés » qui sont impliqués dans les décisions prises dans le cas d’une éventuelle suppression de contenu, a déclaré Jassy. « En plus de cela », a-t-il ajouté, la firme va devoir décider « si elle met en place un nouveau processus visant à évaluer quel contenu devra être associé à une mise en garde ».

Les groupes juifs exercent des pressions sur Amazon, demandant le retrait du site du film et du livre.

L’ADL (Anti-Defamation League) a averti Amazon que l’ouvrage et le documentaire « portent directement atteinte aux Juifs ».

« Ce ne sont pas des points de vue différents sur l’Histoire, c’est de la haine antisémite à l’état pur », a expliqué l’ADL. « Le livre et le film viennent amplifier des tropes antisémites de longue date sur le pouvoir, la cupidité des Juifs, sur le prétendu contrôle des médias par les Juifs ».

Des colis Amazon Prime attendent d’être livrés, le 10 octobre 2018, à New York. (Crédit : AP/Mark Lennihan)

L’AJC (American Jewish Committee) a indiqué qu’il « est déterminant qu’Amazon passe rapidement à l’acte pour supprimer ces contenus ouvertement haineux ».

Irving, qui a initialement défendu son post d’origine pendant plusieurs semaines, a depuis présenté ses excuses, disant qu’il était conscient « de l’impact négatif de ma publication à l’égard de la communauté juive », affirmant qu’il en assumait toute la responsabilité.

Il a présenté « ses profonds regrets à tous ceux qui ont pu se sentir menacés ou blessés » par sa publication, ajoutant que « ce n’était absolument pas mon intention ».

La controverse qui a entouré Irving, et les propos antisémites tenus par la star du rap Kanye West, ont aidé à lancer un débat national sur la recrudescence de l’antisémitisme dans un contexte par ailleurs marqué par un niveau record des signalements portant sur des incidents anti-juifs.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.