Le duo de beach-volley israélien entre dans l’histoire au Qatar
Rechercher

Le duo de beach-volley israélien entre dans l’histoire au Qatar

Sean Faiga et Ariel Hilman ont battu leurs rivaux japonais et sont devenus la première équipe à jouer dans un pays arabe qui n’a pas de relations avec Israël

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman (Crédit : autorisation AVI/Facebook)
Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman (Crédit : autorisation AVI/Facebook)

Le duo de beach-volley Seain Faiga et Ariel Hilman a cumulé deux succès historiques lundi, en devenant la première équipe israélienne de ce sport à disputer une place aux Jeux Olympiques, et les premiers joueurs de volley-ball à participer à une compétition dans un pays arabe.

Le duo a gagné son premier match de qualification contre une équipe japonaise, battant leurs adversaires deux sets à zéro à l’Open FIVB du Qatar, qui a lieu dans la capitale, Doha.

Faiga et Hilman sont les premiers joueurs de volley-ball israéliens à concourir dans un pays arabe. Le président de l’association de volley-ball israélienne (AVI), Yaniv Newman, a déclaré que les membres de l’équipe sont traités chaleureusement par leurs hôtes et ont une protection stricte des forces de sécurité locales et de gardes israéliens, a annoncé la radio publique israélienne.

Les athlètes israéliens ont en général des difficultés à concourir dans les pays arabes. Néanmoins, les Israéliens concourant dans des sports internationaux et qui ont des circuits de tournois dans le monde entier comme le tennis, le judo, la natation et à présent le beach-volley ne peuvent éviter complètement les compétitions dans ces états.

Les athlètes israéliens sont arrivés dimanche à Doha après une légère attente pour savoir s’ils recevraient des visas pour le pays du Golfe, qui n’a pas de relations diplomatiques officielles avec l’Etat juif.

Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman, a l'Open du Qatar à Doha, le 4 avril 2016. (Crédit : autorisation AVI/Facebook)
Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman, a l’Open du Qatar à Doha, le 4 avril 2016. (Crédit : autorisation AVI/Facebook)

Selon le directeur du beach-volley de l’AVI, Elad Simon, les Israéliens ont travaillé pendant deux mois pour faire en sorte que les Qataris leur accordent un visa. La demande de visa a finalement été acceptée vendredi dernier et la délégation israélienne s’est envolée dimanche vers le Golfe.

Ne voulant pas déclencher des troubles dans le pays hôte, l’AVI a gardé l’histoire discrète jusqu’à ce que les deux athlètes, accompagnés de Newman et de l’entraîneur de l’équipe nationale Shaked Haimi, soient arrivés à Doha.

Le défi d’arriver physiquement jusqu’au tournoi n’était que le début de l’aventure pour Faiga et Hilman. Ils devaient gagner deux matchs de qualification simplement pour arriver jusqu’au tournoi principal de Doha, qui se déroule jusqu’à vendredi.

Leur performance au Qatar déterminera aussi leur classement alors qu’ils essaient de se qualifier pour les Jeux Olympiques 2016 à Rio.

Simon a déclaré que bien que l’histoire politique soit intrigante, les athlètes israéliens sont concentrés pour réussir dans leur sport plutôt que dans les cercles diplomatiques.

Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman, a l'Open du Qatar à Doha, le 4 avril 2016. (Crédit : autorisation AVI/Facebook)
Le duo israélien de beach-volley, Sean Faiga et Ariel Hilman, a l’Open du Qatar à Doha, le 4 avril 2016. (Crédit : autorisation AVI/Facebook)

« Nos joueurs veulent concourir dans tous les tournois où ils peuvent entrer, a déclaré Simon. Nous sommes dans le sport, pas dans la politique. »

Il y a eu une certaine confusion pour savoir si le drapeau israélien serait hissé dans le pays du Golfe pendant le tournoi, un embarras qui s’est même répandu dans la presse arabe.

S’exprimant avant le match, Simon a déclaré qu’il n’était pas au courant d’un projet pour hisser le drapeau israélien pendant le tournoi.

« S’ils hissent notre drapeau, c’est super. Mais nous sommes là-bas pour gagner le tournoi », a-t-il déclaré.

Le Qatar est censé accueillir la Coupe du Monde de football 2022.

Les importantes critiques concernant la situation des droits des travailleurs étrangers et les rumeurs quant à de possibles accusations de corruption pour être le pays d’hôte de la plus grande compétition internationale de football.

Dan Shiray, le directeur de la communication de l’AVI, a supposé que les Qataris ne voulaient pas prendre le risque de plus de mauvaise presse en refusant les visas de la délégation israélienne.

« Ils sont censés accueillir la Coupe du Monde 2022, et s’il arrive dans les journaux que les Israéliens n’ont pas reçu de visas, c’est de la très mauvaise publicité », a-t-il déclaré.

Le duo de beach-volley ne sont pas les premiers athlètes israéliens à concourir au Qatar.

La star du tennis Shahar Peer a été la première athlète de l’Etat juif à concourir ici en 2008, puis à nouveau en 2012.

Shahar Peer playing in 2011. (CC-BY-SA Keith Allison, Flickr)
Shahar Peer en 2011. (CC BY-SA Keith Allison/Flickr)

Le Qatar avait également accueilli des nageurs israéliens en 2013 et 2014.

En 2013, les autorités qataries avaient substitué un drapeau totalement blanc au drapeau israélien pendant les diffusions officielles du championnat de natation, et affiché une abréviation erronée du pays dans plusieurs courses de la coupe.

L’année suivante, à la suite d’un scandale, le drapeau israélien et le nom de l’Etat juif avaient cependant été affichés correctement pendant le tournoi qatari et ses diffusions publiques.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...