Rechercher

Le faux nez de B. Cooper dans le film sur L. Bernstein relance le débat « Jewface »

Des accusations d’antisémitisme ont fusé sur les réseaux sociaux, suite aux photos publiées par Netflix d’un acteur méconnaissable dans le rôle du chef d'orchestre emblématique

Bradley Cooper en Leonard Bernstein sur le plateau de 'Maestro' (Crédit : Netflix/JTA)
Bradley Cooper en Leonard Bernstein sur le plateau de 'Maestro' (Crédit : Netflix/JTA)

JTA – Lorsque Netflix a publié les premières photos du tournage de « Maestro », le prochain film biographique sur Leonard Bernstein réalisé par Bradley Cooper, la plupart des fans étaient unanimes sur un point : Cooper était totalement méconnaissable, en particulier sur une des images où il joue une version âgée de l’emblématique chef d’orchestre juif.

Comme l’ont souligné lundi de nombreux internautes en colère sur les réseaux sociaux, une partie de la transformation de Cooper impliquait une prothèse nasale, que beaucoup ont trouvé antisémite – d’autant plus que Cooper n’est pas Juif.

« Il n’y a aucune raison de penser que la décision de porter un faux nez est un acte délibérément antisémite », a écrit James Hirsh, co-animateur du podcast Menschwarmers sur les athlètes juifs, dans le Canadian Jewish News. « Cooper est vraisemblablement intéressé à faire partager la vie d’un grand compositeur qu’il admire. Un certain nombre de Juifs sont impliqués dans la production. Et la prothèse contribue sans doute à la ressemblance. »

« Mais c’est néanmoins la troisième fois que Cooper incarne un personnage historique à l’écran », ajoute Hirsh. « Aucune prothèse n’a été utilisée pour jouer Chris Kyle d’American Sniper ou Jon Peters de Licorice Pizza. Il n’en a pas utilisé pour jouer Elephant Man à Broadway non plus ».

Hirsh était loin d’être le seul à dénoncer la prothèse.

Même si les acteurs adaptent fréquemment leur corps lorsqu’ils jouent des personnages historiques, des débats sur le nombre de non-Juifs jouant des personnages juifs à Hollywood – et dans quelle mesure cela devrait être autorisé – existent depuis des années.

A LIRE : Qui peut interpréter un Juif ? Les acteurs et la représentation à l’écran

Le débat sur le « Jewface » a pris de l’ampleur l’année dernière, notamment après que l’actrice non juive Kathryn Hahn a été choisie pour incarner la pionnière de la comédie, ouvertement juive, Joan Rivers (dans une série qui a finalement été abandonnée). L’humoriste Sarah Silverman a fait la une des journaux en dénonçant ce casting et en déclarant « Right now, representation f***ing matters » [« De nos jours, la question de la représentation est d’une p*** d’importance »] dans un épisode de son podcast.

Le discours sur le biopic de Bernstein est particulièrement chargé depuis 2018, lorsque Cooper et Steven Spielberg – qui était censé réaliser « Maestro » au départ, avant qu’il ne devienne le second film de Cooper après son remake à succès de « Une étoile est née » en 2016 – ont battu l’équipe acteur-réalisateur de Jake Gyllenhaal et Cary Fukunaga pour obtenir les droits musicaux de la succession de Bernstein.

Lors d’une interview accordée l’année dernière, Gyllenhaal, qui est Juif comme Spielberg, a évoqué la judéité de Bernstein en admettant sa défaite.

« Se mouiller, espérer pouvoir raconter les histoires que l’on aime et qui sont dans notre cœur depuis très longtemps, c’est quelque chose dont on peut être fier. Et cette histoire, cette idée de jouer l’un des artistes juifs les plus éminents d’Amérique et sa lutte avec son identité était dans mon cœur depuis une vingtaine d’années, mais les choses ne se passent pas toujours comme on veut », a-t-il déclaré à Deadline.

Certains fans ont fait resurgir la possibilité d’un Bernstein joué par Gyllenhaal dans leurs coups de crayon sur les images de Cooper sur le plateau.

La production de « Maestro », avec Carey Mulligan dans le rôle de Felicia Montealegre, la femme de Bernstein, a commencé ce mois-ci. Le film sortira probablement en 2023.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...