Le Festival d’Israël s’invite dans les maisons de retraite – corona oblige
Rechercher

Le Festival d’Israël s’invite dans les maisons de retraite – corona oblige

Les artistes, mêlés aux personnes âgées, offrent un nouveau regard sur la routine et sur la réalité de la crise en cours

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

L'artiste vocale Faye Shapiro a travaillé avec le personnel de l'Institut national d'assurance d'Israël en juillet et août 2020, dans le cadre de sa résidence au Festival d'Israël (Autorisation Faye Shapiro)
L'artiste vocale Faye Shapiro a travaillé avec le personnel de l'Institut national d'assurance d'Israël en juillet et août 2020, dans le cadre de sa résidence au Festival d'Israël (Autorisation Faye Shapiro)

Les résidents âgés étaient assis en demi-cercle, feuilles de chants à la main, élevant leurs voix grinçantes pour chanter « Money makes the world go round » de Cabaret, un classique musical.

Pas facile de dire exactement ce que chantaient les voix. Mais c’était bien ainsi.

Nous assistions à l’exploration des voix et des chants par l’artiste Raya Bruckenthal, dans le cadre de sa résidence Institutional Routine 2.0 au centre de vie assistée de Neve Horim à Jérusalem, pour le Festival d’Israël de cette année, qui se déroule du 3 au 12 septembre à Jérusalem.

Ce n’est pas la première année de résidences d’artistes au festival, mais cette année, comme tout le reste, le festival et ses résidences se présentent un peu différemment. Les artistes sont généralement en résidence pendant trois ou quatre semaines dans une institution ou une organisation de leur choix, où ils établissent un dialogue permanent avec les membres de la communauté.

La chorale du centre médicalisé Neve Horim à Jérusalem, qui fait partie d’une résidence du Festival Israël 2020 (Autorisation Jessica Steinberg)

À la fin de la résidence, les artistes donnent une représentation qui implique la communauté, offrant un nouveau regard sur la routine quotidienne et, cette année, sur la réalité d’une crise en cours.

Bruckenthal espère qu’un spectacle aura lieu dans le vaste jardin de la maison, bien que cela dépende, comme tant d’autres choses en ce moment, des chiffres du coronavirus.

Raya Bruckenthal, une artiste vocale qui a été en résidence dans une maison de retraite de Jérusalem pour une résidence du Festival Israël 2020 (Autorisation Raya Bruckenthal)

Elle est néanmoins très reconnaissante pour les deux mois qu’elle a passés à Neve Horim, à faire entendre des voix et à apprendre les avantages et les inconvénients de la vieillesse.

« Ce n’est pas un projet égoïste, il ne s’agit pas de moi, il m’ouvre d’autres possibilités », a déclaré Bruckenthal. « Je ne suis pas un activiste ici, j’observe quelque chose. »

Elle a entendu parler de l’établissement par sa sœur, Talia Kirsch, qui dirige la chorale depuis six ans et qui était assise au piano lors d’une récente répétition, cajolant les résidents avec la célèbre chanson « Cabaret ».

« Tout devait se passer ici et rester ici », a déclaré Bruckenthal. « Ce projet est une sorte de vue d’ensemble de ces choses, des efforts et des émotions. Ce sont des voix brisées, mais ce sont nos voix, ou ce que seront nos voix à un moment donné. »

Ces cinq mois ont également été compliqués pour le centre médicalisé, qui s’est frayé un chemin à travers la pandémie de coronavirus, veillant à ses résidents, mais aussi cherchant des projets pour les motiver, a déclaré le directeur Avituv Zalkin.

« Nous disons oui à chaque projet, parce que le simple fait de leur donner des soins ne suffit pas pour leur âme », a-t-il déclaré.

Et quand l’assistante sociale Rachel Malumed entend les résidents fredonner des morceaux de « Cabaret » sur le chemin de la salle à manger, elle sait que cela fait une différence pour eux.

« Cela donne de la vie à la pièce », a déclaré Rachel Malumed.

Guérir les âmes, c’est aussi ce à quoi pense Faye Shapiro, chanteuse, compositrice et artiste vocale qui aspire à divertir, à guérir et à opérer un changement social par la voix et la musique.

Lorsque Faye Shapiro, 36 ans, a été invitée à résider au Festival d’Israël cette année, il ne lui a fallu « qu’une seconde » pour penser au Bituach Leumi, l’Institut national d’assurance qui traite les questions de chômage, de sécurité sociale, de prestations de santé et d’une myriade d’autres services sociaux.

Faye Shapiro, artiste vocale, à l’Institut national d’assurance d’Israël, où elle séjourne dans le cadre du Festival Israël 2020 (Autorisation Faye Shapiro)

« Huit ou neuf millions de personnes paient et reçoivent de l’argent par le biais de cette grille, un système de ce collectif national », a déclaré Shapiro. « Cela incarne la solidarité et l’unité de la nation, et une bonne dose de déception peut l’accompagner, quand les besoins ne sont pas satisfaits.”

Shapiro cherchait, comme elle le fait depuis un certain temps, des rencontres plus intimes, des moyens d’avoir un contact direct avec le public, des possibilités de se connecter sans scène.

Elle a passé les six dernières semaines dans la branche de Jérusalem de l’organisation gouvernementale, à tenir de longues conversations avec le directeur, à rencontrer d’autres membres du personnel et à organiser des ateliers de voix. Ce faisant, elle a modifié une grande partie de sa réflexion sur le mastodonte du gouvernement.

« Ils font un travail sacré », a déclaré Shapiro, qui est connue du public de Jérusalem pour son travail avec le Great Gehenna Choir et l’expérience « Une nuit en Atlantide » du festival Mekudeshet, une expérience son et eau dans la piscine du YMCA.

« Ils sont vraiment liés à ce qu’ils font et ils ont un besoin profond d’être entendus et vus étant donné la façon dont ils sont présentés dans les médias. »

Shapiro a formé un groupe de 15 personnes de différents départements, en tenant des conversations sur la façon de guérir, et avec l’espoir que toute action de guérison se répercuterait.

Faye Shapiro, artiste vocale, a travaillé pendant deux mois avec le personnel de l’Institut national d’assurance dans le cadre d’une résidence du Festival Israël 2020 (Autorisation Faye Shapiro)

Le 9 septembre, l’antenne de Jérusalem ouvrira ses portes au public pour une représentation dans le hall d’entrée habituellement réservé aux rendez-vous concernant les allocations de chômage et les services sociaux.

Cette fois, cependant, les places seront inversées, les spectateurs étant derrière les pupitres et les membres du personnel assis sur les sièges habituellement occupés par le grand public.

« Ces personnes se voient comme des émissaires dans leur travail », a déclaré Shapiro.

Le 7 septembre, Shapiro organisera également un atelier sur la manière dont l’art peut créer le changement, dans le cadre de sa série d’ateliers Plexus qui visent à créer une nouvelle civilisation vocale.

Pour obtenir les billets et les horaires des événements de la résidence, rendez-vous sur le site du Festival d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...