Rechercher

Le festival du film DocOlim se concentre sur l’expérience de l’oleh moderne

L'événement organisé par DocAviv s'ouvre le 7 octobre à la Cinémathèque de Tel Aviv

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Extrait de " Babylon Dreamers " (Les Rêveurs de Babylone), un film sur les immigrants d'Union soviétique en Israël, projeté dans le cadre du festival DocOlim de DocAviv, le 7 octobre 2021 (Crédit : avec l'aimable autorisation de Doc Aviv).
Extrait de " Babylon Dreamers " (Les Rêveurs de Babylone), un film sur les immigrants d'Union soviétique en Israël, projeté dans le cadre du festival DocOlim de DocAviv, le 7 octobre 2021 (Crédit : avec l'aimable autorisation de Doc Aviv).

Le festival DocAviv de la ville blanche organise six projections sur l’expérience des immigrants israéliens, du 7 au 14 octobre, à l’occasion de la Semaine de l’Alyah 2021.

Les films DocOlim seront projetés dans des centres communautaires de Tel Aviv, avec une soirée d’ouverture le 7 octobre à la Cinémathèque de Tel Aviv, où sera projeté le film de 2016 « Babylon Dreamers », sur les breakdancers d’un quartier pauvre d’Ashdod, suivi d’une performance en direct.

Les six films dépeignent les différentes luttes et réussites des immigrants en Israël en provenance de l’ancienne Union soviétique, d’Argentine, d’Angleterre, d’Éthiopie et de France.

L’événement est parrainé par la municipalité de Tel Aviv et le ministère de l’Alyah et de l’intégration des immigrants.

Parmi les autres films présentés, citons le film de 2012 de Reuven Brodsky, « Home Movie », sur des immigrants russes et leur appartement qui les maintient ensemble ; « With No Land » (2021) sur des militants éthiopiens, 30 ans après l’opération Salomon ; et le film de 2010 « Just Like the Queen of England », sur David Bergman, un survivant français de la Shoah.

Dans « The Bentwich Syndrome », le réalisateur Gur Bentwich raconte la saga de sa famille anglo-juive, tandis que « Violeta Mi Vida » est le film de 2012 d’Or Sinai sur des immigrants d’Argentine aux prises avec les difficultés de l’immigration.

La plupart des projections seront suivies d’une séance de questions-réponses avec les réalisateurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...