Le fils d’un député de la Knesset soupçonné de fraude électorale
Rechercher

Le fils d’un député de la Knesset soupçonné de fraude électorale

Ce soldat de l'armée israélienne, qui a accepté de passer un test au détecteur de mensonges, aurait endommagé ou caché des bulletins pour nuire à Kakhol lavan

Des responsables dépouilles les votes des soldats et des diplomates, au lendemain des élections, le 10 avril 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des responsables dépouilles les votes des soldats et des diplomates, au lendemain des élections, le 10 avril 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le fils d’un membre de la Knesset fait actuellement l’objet d’une enquête, soupçonné d’avoir falsifié des bulletins lors des élections de la semaine dernière.

Le suspect est un soldat israélien et il fait l’objet d’une enquête de la police militaire, a fait savoir Kan mardi.

Il aurait endommagé ou caché des bulletins de vote pour le parti Kakhol lavan.

Son identité n’a pas été révélée.

Le suspect a nié toute implication, remettant en cause les preuves l’incriminant, soulignant qu’il était interdit dans les règles mises en place par la commission centrale électorale de prendre des photos ou de filmer dans les isoloirs. Il a accepté de passer un test au détecteur de mensonges dont les résultats seront disponibles dans les prochains jours.

Cette affaire est l’une des enquêtes impliquant des bureaux de vote militaires, a fait savoir le reportage.

La fraude électorale est devenue un problème majeur au cours du dernier scrutin, après les mises en garde répétées du Premier ministre Benjamin Netanyahu contre la fraude électorale « effrénée » présumée au sein des communautés arabes – un effort livré ostensiblement pour glaner des votes en faveur de son parti du Likud.

Il y a eu des perturbations qui ont été rapportées pendant le vote, a fait savoir le jour des élections la directrice de la commission centrale électorale, Orly Adas, un grand nombre d’entre elles liées à des vidéos illégales qui ont été réalisées au sein des bureaux de vote.

La police avait fait fermer trois bureaux de vote du village druze de Yarka, dans le nord d’Israël, le jour du scrutin, inquiète de possibles fraudes électorales. La police avait reçu l’information de tentatives présumées de bourrage des urnes avec des enveloppes de vote.

A Sakhnin également, un bureau avait été brièvement fermé en raison d’une accusation de fraude.

Au cours du scrutin du mois d’avril, des observateurs du Likud avaient amené des caméras cachées dans 1 200 bureaux de vote des villes arabes. La commission avait interdit au parti de répéter une telle initiative lors des élections de la semaine dernière.

La commission a envoyé 3 000 observateurs, la semaine dernière, pour s’assurer que le vote se déroulait conformément à la loi et sans perturbations. Environ 20 000 agents de police avaient également été déployés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...