Le frère du garçon syrien dont la photo a choqué le monde est mort de ses blessures
Rechercher

Le frère du garçon syrien dont la photo a choqué le monde est mort de ses blessures

Ali Daqneesh, 10 ans, jouait dehors avec son frère Omrane, 5 ans, quand une attaque a détruit leur maison d’Alep

Omran Daqneesh, 5 ans, après le bombardement de sa maison à Alep, le 17 août 2016. Sa photo a fait le tour du monde, et est, selon Washington, "le vrai visage" du conflit. (Crédit : capture d'écran YouTube/BBC News)
Omran Daqneesh, 5 ans, après le bombardement de sa maison à Alep, le 17 août 2016. Sa photo a fait le tour du monde, et est, selon Washington, "le vrai visage" du conflit. (Crédit : capture d'écran YouTube/BBC News)

Le frère d’un garçon syrien blessé dont la photo redoutable a touché le monde entier est mort samedi, quelques jours après avoir été blessé dans le même bombardement qui avait laissé son petit frère choqué et couvert de sang.

Ali Daqneesh, 10 ans, a été blessé en même temps que son petit frère Omrane, cinq ans, et le reste de leur famille quand une frappe aérienne a dévasté mercredi soir leur immeuble.

Les frères jouaient dans la rue quand des avions russes ou syriens ont rasé leur immeuble dans le quartier de Qaterji, tenu par les rebelles, a déclaré samedi leur père au Telegraph. « Il est très douloureux de voir vos enfants tomber devant vos yeux », a-t-il déclaré. Le père a refusé de donner son nom complet, ne se présentant que comme Abu Ali, le père d’Ali.

Pendant le week-end, un groupe rebelle local avait publié une photo d’Ali sur internet, le montrant inconscient et avec des blessures sur le visage, respirant via un réanimateur.

Les images d’Omrane, sous le choc, assis dans une ambulance et couvert de poussière, le visage ensanglanté, se sont rapidement répondues dans les réseaux sociaux, intensifiant les appels internationaux à un cessez-le-feu à Alep.

La fresque réalisée par deux artistes allemands et représentant Aylan Kurdi, enfant de trois ans mort noyé en Méditerranée. (Crédits : Frank C. Müller/WikiCommons)
La fresque réalisée par deux artistes allemands et représentant Aylan Kurdi, enfant de trois ans mort noyé en Méditerranée. (Crédits : Frank C. Müller/WikiCommons)

Le scandale déclenché par l’image est similaire à la réponse qu’a eu l’année dernière la photo d’Aylan Kurdi, petit garçon syrien de 3 ans, dont le corps noyé avait été retrouvé sur une plage turque après le naufrage du bateau qui le transportait, avec sa famille, dans la mer Méditerranée.

L’imagé déchirante d’Omrane a été qualifiée par Washington de « vrai visage » du conflit.

Samedi, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a déclaré que plus de 300 civils avaient été tués pendant les trois dernières semaines de combats et de bombardements à Alep.

La bataille pour la deuxième ville de Syrie a tué 333 civils depuis le 31 juillet, quand les rebelles ont lancé une offensive importante pur briser le siège gouvernemental des districts sous leur contrôle, a annoncé l’association.

Le bilan comprend 165 civils, dont 49 enfants, tués par des tirs de l’opposition vers les districts occidentaux de la ville, tenus par le gouvernement.

Un homme parmi les ruines après un bombardement sur la ville d'Alep, le 31 janvier 2014.  (Crédit : AFP/Mohammed Al-Khatieb)
Un homme parmi les ruines après un bombardement sur la ville d’Alep, le 31 janvier 2014.
(Crédit : AFP/Mohammed Al-Khatieb)

Autrefois centre économique de la Syrie, la ville d’Alep a été déchirée par les violences depuis le milieu de l’année 2012, quand es avions ont bombardé l’est de la ville et que des roquettes pleuvaient sur l’ouest.

La Russie mène des raids aériens pour soutenir les forces du président Bashar el-Assad en Syrie depuis septembre 2015.

Vendredi, la Russie a démenti que l’un de ses raids aériens ait touché la maison des Daqneesh dans l’est d’Alep, déclarant dans un communiqué que ses avions « ne travaillent jamais sur des cibles situées dans des zones habitées ».

Plus de 290 000 personnes ont été tuées depuis que le conflit syrien a commencé en mars 2011. Les efforts internationaux pour mettre fin à la guerre ont échoué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...