Rechercher

Le gouvernement fait enfin avancer le projet du nouvel hôpital de Beer Sheva

La première phase du centre hospitalier destiné aux habitants du sud devrait ouvrir en 2028 ; Bennett a salué cette initiative "après des années de stagnation"

Des médecins israéliens transfèrent une victime de crise cardiaque d'une ambulance à l'hôpital Soroka de Beer Sheva (Crédit : Dudu Greenspan/Flash90)
Des médecins israéliens transfèrent une victime de crise cardiaque d'une ambulance à l'hôpital Soroka de Beer Sheva (Crédit : Dudu Greenspan/Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré mercredi qu’il avait approuvé les plans d’un nouvel hôpital à Beer Sheva après des années de retard, ce qui, selon les responsables, permettra de réduire la surpopulation chronique dans une partie du pays où il existe peu de centres hospitaliers.

L’hôpital, qui sera le deuxième de la ville, devrait ouvrir ses portes en 2028 et comprendra des lits d’urgence, des lits d’hospitalisation à long terme, des lits d’hospitalisation psychiatrique, ainsi que des salles de chirurgie, a indiqué le ministère.

D’ici 2030, le ministère prévoit d’ajouter des blocs opératoires supplémentaires, des centres de consultation et de conseil externe, un centre de dialyse et un centre de traitement ambulatoire du cancer.

La troisième phase, qui devrait être achevée en 2032, comprendra d’autres extensions telle qu’une salle d’urgence, un centre de cancérologie pour les patients hospitalisés, un service pédiatrique, entre autres.

Les services de santé du sud d’Israël ont eu du mal à suivre le rythme de la croissance démographique de la région. En 2017, l’hôpital Assuta Ashdod a ouvert ses portes, devenant ainsi le premier nouvel hôpital public à avoir été construit en Israël en 40 ans. Le centre hospitalier Soroka à Beer Sheva, qui a ouvert en 1959, est le principal pôle médical pour les près d’un million de résidents du sud. L’hôpital Yoseftal, plus petit, desservait également Eilat, à environ 250 kilomètres de distance.

Selon un rapport du Taub Center de 2019, les personnes vivant dans la périphérie géographique d’Israël souffrent de la plus grande pénurie de lits. Dans le nord et le sud du pays, le nombre de lits pour 1 000 personnes est le plus faible – respectivement 1,32 et 1,55 – tandis que les hôpitaux de Jérusalem comptent le plus de lits avec 2,36 pour 1 000 personnes.

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est félicité de l’approbation de ces plans au sein du cabinet socio-économique du gouvernement mercredi, saluant cette avancée « après des années de stagnation. »

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz s’exprime lors d’une visite au centre médical Beilinson, le 27 juillet 2021. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a qualifié ces démarches de « révolution sanitaire dans la périphérie » après « des années de paralysie et de procrastination. »

Horowitz a déclaré que le nouvel hôpital offrira « un changement spectaculaire dans la qualité et l’accessibilité des services médicaux pour les résidents du sud. »

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a noté que cette initiative avait été approuvée pour la première fois par le gouvernement en 2014, sous la direction du Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu. mais qu’il était au point mort depuis.

« Nous sommes déterminés à relever les défis de la médecine dans le sud », a déclaré Liberman, « en améliorant et en rationalisant la qualité et en raccourcissant considérablement les temps d’attente pour les traitements et les opérations chirurgicales dans le sud et la périphérie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...