Le grand écran à l’honneur au 35e festival du film de Jérusalem
Rechercher

Le grand écran à l’honneur au 35e festival du film de Jérusalem

Ce sont 180 films, israéliens et internationaux, qui vont être projetés dans la capitale dont un grand nombre d'entre eux en plein air

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La Cinémathèque pendant le Festival du film de Jérusalem, en 2009. (Crédit : Gilabrand/travail personnel/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
La Cinémathèque pendant le Festival du film de Jérusalem, en 2009. (Crédit : Gilabrand/travail personnel/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Pour sa 35ème édition, le festival du film de Jérusalem va encore une fois ravir les spectateurs.

Au programme de cette fête du grand écran qui durera onze jours, la projection de 180 oeuvres tournées dans 60 pays ainsi que des concours, des ateliers, des rencontres avec des réalisateurs et même, pour la première fois, un cinéma itinérant chargé sur un camion.

Le film qui sera projeté lors de l’inauguration s’appelle « The Unorthodox ». Ce sera la grande première de cette oeuvre réalisée par Eliran Malka, qui s’est intéressé à la fondation du parti politique Shas dans les années 1970. Avec Shuli Rand, il offre un aperçu d’une heure et demie sur un mouvement fondé par un groupe d’Israéliens exaspérés.

Malka a également créé « Shababnikim », la série télévisée lauréate diffusée sur HOT et consacrée à des étudiants de yeshivot aux tendances égocentriques à Jérusalem.

La série est en hébreu et en yiddish, avec des sous-titres en hébreu et en anglais, et l’équipe de réalisation comme les acteurs seront présents lors de la nuit d’ouverture à la piscine Sultan.

Avaec le « JFF on the Go », le premier cinéma itinérant officiel du festival, des écrans géants se déplaceront dans neuf quartiers : Pisgat Zeev, Katamonim, la colline française, Beit Hakerem, la colonie allemande, German Colony, Kiryat Hayovel, Armon Hanatziv, la Première station et Ramot.

Des films israéliens et étrangers seront présentés au public du 23 juillet au 4 août, et davantage d’informations sont disponibles sur le site du festival de Jérusalem.

Notez bien que le film de Matan Yair, « Scaffolding », au sujet d’un jeune trublion de 17 ans tentant de déterminer ce qu’est sa vie, sera projeté à deux occasions.

Des projections en plein air auront également lieu au parc du cinéma, dans le parc de l’Indépendance, au centre-ville, du 28 juillet au 1er août, avec des films-culte comme « The Big Lebowski », « Bob l’éponge », « les Dents de la mer » et « Grease », et des performances de hip-hop. Des services de restauration itinérants permettront de manger sur place.

Dans la Vieille Ville, « Back 2 Back » diffusera deux films correspondant sur deux écrans, simultanément, sur la place Muristan, tandis que la Nouvelle porte accueillera des films, de la musique et beaucoup d’ambiance – le tout du 31 juillet au 2 août.

Les tensions engendrées par le travail de promotion des films seront à expérimenter en direct au Pitch Point Jérusalem 2018, le 27 juillet. Des réalisateurs en herbe projetteront et tenteront de vendre leurs films. A vivre également, l’événement « Hop, Skip & a Jump — Troisième édition, le 3 août, au cours duquel des animateurs locaux tenteront de promouvoir leurs projets. Il y aura également un atelier de travail d’animation le 2 août.

Et enfin, voici certains films à découvrir cette année – ils sont au choix étranges, psychologiques, comédies dramatiques audacieuses ou histoires malheureuses :

“Skate Kitchen” est un récit tendre sur le passage à l’âge adulte, parfait pour les amoureux de New-York et les amateurs de skateboard, avec des images époustouflantes de la ville. Si vous préférez l’excitation un peu kitsch, alors allez voir « Knife + Heart », une oeuvre un peu gore sur les aspects sombres de la passion.

Les amoureux de la science-fiction vont raffoler de « Upgrade » – qui s’intéresse à la vie australienne dans un avenir proche – et « Lemonade », qui marque les poignants débuts de la réalisatrice roumaine Ioana Uricaru sur les miracles (mitigés) de l’expérience de la carte verte aux Etats-Unis.

Les fans de tennis ne pourront pas rater « John McEnroe: In the Realm of Pefection », un documentaire fascinant, inhabituel, qui explore les parallèles entre le tennis et le conéma en se concentrant principalement sur ce champion des années 1970.

A découvrir aussi, « Whitney » de Kevin Macdonald qui offre un aperçu captivant sur la chute dans la toxicomanie de la star de la pop des années 1980 et qui revient brièvement également sur les autres éléments qui ont touché l’existence de cette voix prometteuse.

Le festival sera également l’occasion d’une compétition internationale, avec la remise d’un prix de 20 000 dollars octroyés par la fondation Gabriel Sherover à l’un des onze films en lice.

Il y a aussi « Aga », le voyage épique de Milko Lazorov dans le nord de la Sibérie où il a fait le portrait de la vie simple de Nanuk et de son épouse, qui mènent une vie traditionnelle dans leur yourte en peau qui est toutefois perturbée par un monde contemporain envahissant. Leur fille les a quittés après un désaccord et ils pleurent dorénavant son départ tout en tentant de gérer les transformations qui surviennent également dans leurs propres vies.

Parmi les autres films nominés, « Touch Me Not », grand lauréat au festival de Berlin, qui sera projeté à Jérusalem en présence de l’actrice Laura Benson, et qui aide à explorer la sexualité lors de ce tout premier film qui chevauche la réalité et la fiction.

« Le poirier sauvage », un autre film en compétition, sera projeté en présence de l’acteur Dogu Demirkol, qui revient chez lui dans ce film turc pour lever des fonds pour son premier roman mais qui doit d’abord s’attaquer à des problèmes familiaux.

« Dogman », la nouvelle oeuvre de Matteo Garronen qui raconte l’histoire d’un homme frappé par la malchance, n’est pas un film facile à regarder mais Marcello Fonte, qui joue le rôle du propriétaire d’un chenil, a remporté le prix du meilleur acteur au festival de Cannes et il assistera à la projection.

Le festival du film de Jérusalem se déroule du 26 juillet au 5 août à la cinémathèque de Jérusalem et dans toute la ville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...