Le grand-père du bébé prématuré tué demande une réponse gouvernementale dure
Rechercher

Le grand-père du bébé prématuré tué demande une réponse gouvernementale dure

Lors d'un rassemblement de droite organisé près de la résidence du Premier ministre, Chaim Silberstein a réclamé des actions et une implantation au nom de son petit-fils

Chaim Silberstein s'exprime aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem lors d'un rassemblement de droite protestant contre la réponse gouvernementale aux attentats terroristes récents en Cisjordanie, le 13 décembre 2018 (Capture d'écran :  Twitter)
Chaim Silberstein s'exprime aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem lors d'un rassemblement de droite protestant contre la réponse gouvernementale aux attentats terroristes récents en Cisjordanie, le 13 décembre 2018 (Capture d'écran : Twitter)

Le grand-père d’un bébé mort après une naissance prématurée – l’accouchement avait été déclenché en urgence par les médecins après que sa mère a été grièvement blessée dans un attentat terroriste à l’arme à feu en Cisjordanie – a fustigé la réponse gouvernementale apportée aux attentats, jeudi dans la soirée.

« Mon petit-fils bien aimé Amiad Yisrael sera-t-il seulement une statistique ? », a interrogé Silberstein lors d’un rassemblement organisé devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem.

La fille de Silberstein, Shira Ish-Ran, a été l’une des sept victimes israéliennes de la fusillade qui a eu lieu aux abords de l’implantation d’Ofra, en Cisjordanie, au cours de laquelle des hommes armés, à bord d’une voiture, ont ouvert le feu sur des Israéliens qui attendaient à un arrêt de bus. Ish-Ran — qui était enceinte d’environ de 30 semaines – a été grièvement blessée. Les médecins ont fait naître l’enfant par césarienne en urgence mais le bébé, placé en unité de soins intensifs, est mort mercredi.

La famille a nommé le nouveau-né Amiad Yisrael peu avant son inhumation.

N’oublierons-nous pas les blessés, ne priverons-nous pas nos frères et soeurs de la sécurité dont ils ont besoin parce que, une fois encore peut-être, on va tenter de mettre en place un nouveau processus, on va signer un autre document qui sera vide de sens, ou qu’on va s’effrayer face à un autre politicien anonyme dans un pays ami ? », a demandé Silberstein.

Amichai et Shira Ish-Ran, blessés lors d’un attentat terroriste, le 9 décembre, aux abords d’Ofra, en Cisjordanie, le jour de leur mariage (Autorisation de la famille)

« Monsieur le Premier ministre, je demande, je supplie qu’au nom de mon petit-fils, dont le sang hurle depuis la fraîcheur de la tombe, sur le mont des Oliviers, dans notre capitale éternelle et unie de Jérusalem, que des actes décisifs et couronnés de succès soient accomplis pour empêcher une prochaine attaque », a-t-il ajouté.

Silberstein a également demandé qu’une nouvelle implantation soit construite et porte le nom de son petit-fils, selon la Dixième chaîne.

Les proches d’Amichai et Shira Ish-Ran lors des funérailles de leur bébé, né prématuré par que sa mère a été blessée lors d’une fusillade terroriste aux abords d’Ofra, en Cisjordanie, lors d’une cérémonie sur le mont des Oliviers (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En plus de l’attaque de dimanche, le mouvement de protestation organisé aux abords de la résidence du Premier ministre a eu lieu après la mort de deux soldats israéliens, jeudi, lors d’une fusillade perpétrée à proximité de l’implantation de Givat Assaf.

Un troisième soldat a également été grièvement blessé dans l’attentat et une civile israélienne sérieusement touchée.

Le chef du conseil de Samarie Yossi Dagan a expliqué qu’Israël « perdait sa force de dissuasion », appelant le gouvernement à apporter une « vraie réponse » aux attaques.

« Nous demandons la fondation de nouvelles implantations qui porteront le nom de tous ceux qui ont été assassinés », a-t-il clamé lors de la manifestation.

Dagan, fervent défenseur des implantations, a annoncé que les municipalités se mettraient dimanche en grève pour faire part de leur désaccord face à la gestion des attentats par le gouvernement.

« Nous n’irons pas travailler. Nous resterons devant le bureau du Premier ministre jusqu’à ce que nous assistions à un véritable changement », a-t-il dit.

La demande des habitants d’implantations de davantage de constructions en leur sein est survenue malgré la promesse faite préalablement par Netanyahu de légaliser des milliers de maisons illégalement construites en Cisjordanie et d’approuver de nouvelles constructions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...