Le Hamas menace de boycotter les élections après des arrestations par l’AP
Rechercher

Le Hamas menace de boycotter les élections après des arrestations par l’AP

Des sources proches du groupe terroriste affirment que la menace est “réelle” ; selon un dirigeant du Hamas, le Fatah envisage de retarder le vote

Des étudiants palestiniens soutenant le Hamas pendant un rassemblement de campagne électorale pour le conseil de l'université de Bir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 26 avril 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Des étudiants palestiniens soutenant le Hamas pendant un rassemblement de campagne électorale pour le conseil de l'université de Bir Zeit, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 26 avril 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Un dirigeant du groupe terroriste palestinien du Hamas a confirmé lundi soir pour la première fois que le groupe islamiste envisageait de boycotter les prochaines élections municipales palestiniennes si l’Autorité palestinienne (AP) ne cesse pas d’arrêter ses membres en Cisjordanie.

Mahmoud al-Zahar, sur al Jazeera, a déclaré que le Hamas avait beaucoup de « remarques au sujet du Fatah en raison des arrestations continues de [ses] dirigeants en Cisjordanie. »

« Les élections ne peuvent pas avoir lieu si ces problèmes continuent », a-t-il déclaré.

Depuis que le Hamas, considéré comme un groupe terroriste par Israël et la plupart des gouvernements occidentaux, avait accepté, de manière surprenante, de participer aux élections municipales prévues pour le 8 octobre, il s’est plaint que ses militants en Cisjordanie sont arrêtés par les forces de sécurité de l’AP, ce qu’il a appelé une tentative pour influencer les élections.

Mahmoud al-Zahar pendant une manifestation à Khan Younis, dans la bande de Gaza, en 2012. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)
Mahmoud al-Zahar pendant une manifestation à Khan Younis, dans la bande de Gaza, en 2012. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash 90)

Le Fatah a émis des plaintes similaires sur certains de ses représentants arrêtés dans la bande de Gaza.

Le dirigeant du Hamas a également indiqué pour la première fois que le Fatah, le parti rival du Hamas qui contrôle l’AP en Cisjordanie, envisage à présent de retarder les élections.

« Il y a des conflits au sein du Fatah qui l’ont empêché jusqu’à présent de former des listes. Ils ne peuvent pas surmonter leurs différences internes et tirent les uns contre les autres », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il y « a beaucoup de fuites venant du gouvernement parlant de la possibilité de repousser les élections. »

‘La menace est réelle’

Des sources proches du Hamas ont déclaré au journal londonien arabophone Rai Alyoum que la menace du Hamas de boycotter les élections « est réelle ».

Selon les sources, des membres du Hamas à Gaza et en Cisjordanie ont promis de ne permettre aucune « manœuvre politique » par le Fatah avant d’accepter de participer aux élections.

Manifestants palestiniens avec le drapeau du Fatah, à Hébron, dans le centre de la Cisjordanie, le 4 novembre 2015. (Crédit : AFP/Hazem Bader)
Manifestants palestiniens avec le drapeau du Fatah, à Hébron, dans le centre de la Cisjordanie, le 4 novembre 2015. (Crédit : AFP/Hazem Bader)

Les sources ont également déclaré que le Hamas avait été particulièrement aggravé par la récente arrestation de Nader Sawafta, un dirigeant de l’organisation en Cisjordanie qui travaille aussi à la supervision des élections et la sélection des candidats du groupe islamiste.

Le Hamas aurait transmis sa frustration à l’AP après l’arrestation de Sawafta.

Les Palestiniens ont commencé mardi à enregistrer leurs listes pour les municipales prévues le 8 octobre, premières élections depuis 2012 dans les territoires en proie aux divisions, a indiqué le chef de la commission électorale.

Les listes ont jusqu’au 25 août pour s’enregistrer en vue de ce scrutin à la proportionnelle, a précisé Hana Nasser devant la presse à Ramallah, en Cisjordanie.

La place Manara, au centre de Ramallah, où se situe le siège de l'Autorité palestinienne, le 14 février 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La place Manara, au centre de Ramallah, où se situe le siège de l’Autorité palestinienne, le 14 février 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le 8 octobre, 1 951 203 électeurs seront appelés à choisir les membres des conseils municipaux de 416 villes et villages en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Le ministère des Collectivités locales a récemment estimé le coût des élections à huit millions de dollars.

Ces municipales seront les troisièmes depuis la création en 1993 de l’AP. L’Autorité présidée par Mahmoud Abbas est à couteaux tirés avec le Hamas qui refuse de la laisser assumer le pouvoir dans la bande de Gaza.

Le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), ont annoncé mardi avoir formé une coalition pour présenter des listes unies.

« Le but est de dire qu’il est possible de former une troisième force pour briser le système bipolaire » représenté par le Fatah et le Hamas, a expliqué à l’AFP Issam Abou Bakr, l’un des cadres de cette « Alliance démocratique ».

Selon les sondages d’opinion et les experts politiques, le Hamas, qui jouit d’une popularité inhabituelle en Cisjordanie et maintient une forte base de soutien à Gaza, devrait remporter des victoires importantes dans les prochaines élections locales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...