Le Hamas prévient que sa « patience a des limites » après les morts à Gaza
Rechercher

Le Hamas prévient que sa « patience a des limites » après les morts à Gaza

Deux enfants ont été tués près de leur maison lors d'un bombardement de Tsahal sur un camp d'entraînement en réponse à des tirs de roquettes ; le chef d'une collectivité locale israélienne a envoyé ses condoléances à la famille des victimes

Les funérailles de deux enfants tués dans une frappe de représailles de l'armée israélienne suite à une salve de roquette tombée la veille au soir, le 12 mars 2016 à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)
Les funérailles de deux enfants tués dans une frappe de représailles de l'armée israélienne suite à une salve de roquette tombée la veille au soir, le 12 mars 2016 à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)

Le Hamas a averti samedi que sa patience s’écoulait après la mort de deux enfants tués dans une frappe israélienne dans la bande de Gaza vendredi soir.

« Le sang des deux enfants n’a pas été versé en vain, » a déclaré le groupe terroriste dans un message samedi soir.

« Le Hamas au sujet du décès des enfants de Gaza : Notre patience atteint ses limites au vu des crimes causés par l’occupation. »

L’armée israélienne a affirmé avoir frappé quatre cibles du Hamas dans le nord de Gaza en représailles à des tirs de roquettes sur Israël – quatre roquettes lancées depuis Gaza ont frappé le sud d’Israël plus tôt ce même vendredi soir.

Des sources palestiniennes indiquent que les bombardements ont eu lieu près de la ville de Beit Lahiya.

Deux frères et sœurs, une fillette de 6 ans et son frère de 10 ans, ont été tués par un tir ayant frappé leur maison.

Alon Shuster, le chef du conseil régional de Shaar HaNegev, a présenté ses condoléances à la famille gazaouie, mais a accusé les terroristes à Gaza d’avoir déclenché l’escalade.

« Je veux envoyer mes condoléances à la famille, » a dit Shuster, dont les enfants « ont été tués suite à une represaille israélienne justifiée aux attaques violentes contre nous sur le territoire souverain d’Israël. »

Selon la Deuxième chaine, l’armée israelienne estime que le Hamas n’a pas tiré de roquettes vendredi soir, et n’a pas recherché d’escalade des hostilités.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a déclaré samedi qu’Israël « ne tolérera pas les tentatives visant à briser le calme dans le sud d’Israël et à perturber la vie de ses résidents ». Il a ajouté que l’armée répondrait « avec une force accrue si ces tentatives se poursuivaient ».

Le ministre de la Défense Moshé Yaalon arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 13 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Moshé Yaalon arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 13 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Reuters a rapporté que la maison des victimes de Gaza était située près de la base de formation du Hamas qui a été ciblée par les raids de représailles israéliens.

L’agence a précisé que la maison a été frappée par les débris d’une explosion de missiles à proximité.

Le haut responsable du Hamas, Ismail Radwan, a appelé les frappes israéliennes « une escalade » et a placé « l’entière responsabilité » de l’incident sur l’Etat juif.

Le ministère de la Santé du Hamas a déclaré que Yassin Sleiman Abou Khussa, 10 ans, a été tué. Sa sœur, Issa, âgée de 6 ans, ainsi que son frère de 13 ans ont été blessés lors des frappes aériennes, Isaa étant décédée plus tard de ses blessures.

Des centaines de personnes ont assisté aux funérailles de Yassin qui se sont tenues samedi après-midi.

Plus tôt vendredi soir, le Hamas a réussi à pirater l’alimentation par satellite privée de la Deuxième chaîne israélienne, interrompant la diffusion de ses programmes par une vidéo promettant que le «terrorisme ne cessera jamais. » Les roquettes ont été tirées peu après.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...